That's what she said

Avis sur The Office (US)

Avatar Pariston
Critique publiée par le

Arrivé à la toute fin de la fameuse septième saison, une question me reste en tête : comment est-ce possible de s'attacher autant à des personnages d'une série TV ?
Dès les premiers épisodes, je me voyais mal pouvoir supporter une série qui tourne tout autour d'un seul personnage, ici Michael Scott, qui de surcroit apparait comme lourdingue, branleur et avec une nette tendance à taper sur le système. Je remarque d'ailleurs que ces mêmes traits de caractère seront ceux qui porteront la série jusqu'au 10/10 impeccable et mérité.

Commençons simplement : The Office, c'est l'histoire d'une petite compagnie de vente de papier, Dunder Mifflin, dont la filiale de Scranton est dirigée par Michael Scott, entrepreneur égocentrique, capricieux, imbitable mais avant tout extraordinaire. Il faut aussi signaler que tout est filmé en mockumentary, ce qui favorise les interludes, les confessions caméra et autres moments gênés.
Les premiers épisodes sont sympathiques mais on ne comprend pas exactement ce qui fait l'aspect culte de la série. Puis viennent les saisons 2, 3 et 4 et là, c'est la révélation. MAIS D’OÙ VIENNENT CES PERSONNAGES ?! Tous, je dis bien tous, sans exception sont fabuleux. Dwight, Jim, Pam, Kevin, Angela, Oscar, Meredith, Phyllis, Andy, Creed, Stanley, Toby, Khelly, Ryan, Daryl, Todd Packer, tous les mecs de l'entrepôt (y compris la catcheuse allemande), les bureaucrates du siège ; BREF, tous les personnages sont à tomber. A tel point qu'aujourd'hui, décidant de faire une pause dans la série avant de la boucler enfin, j'en viens à éprouver un manque crucial, comme si la série avait réussi à m'absorber dans son univers complètement barré.
J'oublie volontairement Michael dans cette liste de personnages, mais c'est parce que ça serait trop peu de lui accorder un mot. Steve Carell est prodigieux dans ce rôle. De gros connard détestable des premiers épisodes (je me souviens encore du faux licenciement de Pam...), il devient la pierre angulaire d'une série qui non seulement s'articule autour de sa personne, mais aussi qui fait la part belle aux relations entre Michael et les autres personnages, tous plus ou moins influencés par lui et son modèle (ce que la saison 7 rappellera à grands coups de pleurs et de larmes).
Il faut dire un mot de Creed aussi. C'est le meilleur ratio "temps d'apparition à l'écran / fous rires" de la série, pour environ 20 secondes de dialogues par épisode... Ce perso est dingue de dingue.

Sur l'humour, il n'y a rien à redire. C'est typiquement ce qui fait mouche sur moi, le style mockumentary amplifiant les choses à grands coups de regards gênés vers la caméra. Il y en aussi pour tous les styles d'humour, mais aucun du type lourdingue. Même les running-gags sur Toby ou Dwight réussissent à chaque fois... Je regrette peut être un peu la baisse de régime de certains (Jim, Andy, Pam...), mais largement compensée par les sommets d'humour d'autres (l'épisode de la fausse alarme incendie de Dwight : meilleur épisode de la série, avec les fameux de la saison 7, évidemment).

Je me dis peut être que le 10/10 est assez surnoté quand on réfléchis sur le long terme. La série connait des bas au début de la saison 7 et est apparemment en dessous de ses possibilités pendant les huitième et neuvième exercices, mais globalement, ça reste la meilleure série comique que j'ai jamais pu voir. En clair, une combinaison d'humour, de références, d'émotions, d'attachement aux personnages qui font que c'est une réussite totale.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3729 fois
19 apprécient

Pariston a ajouté cette série à 5 listes The Office (US)

Autres actions de Pariston The Office (US)