👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

1h10. J'ai tenu 1h10 devant le pilote de la série du célèbre Del Toro, et que l'on décrit comme "macabre et inquiétante".

(La critique qui suit contient des spoilers du pilote)

Après l'introduction dans l'avion, nous voilà face au héro, un épidémiologiste avec un job beaucoup trop exigeant, une vie sentimentale à la ramasse... et un charisme frôlant le néant. Malgré le scepticisme que m'apportent les premières minutes de la série, j'attends.

Mais les scènes s'enchaînent et je réalise que mon mauvais pressentiment est fondé. Tout est rabâché, fade, superficiel. Le personnage principal, face au mystère du méchant virus tueur, joue le typique héro plein de vaillance, lâche son monologue insipide, et termine par boire sa petite brique de lait tout en lançant son regard fixe et déterminé.

On voit défiler les personnages et on se rend compte qu'ils se valent tous en terme de platitude. On a l'assistante sexy qui entretient une relation ambiguë avec son patron, le traître, le rebelle, le vieil homme d'affaire mystérieux et machiavélique, et l’antiquaire qui fait également office de guerrier-protecteur de l'ancien temps.

On a l'impression désagréable d'être en face d'une mauvaise série tout droit sortie des années 90, ou plutôt d'une espèce de mixture de tous les gros clichés des films vampiriques ou post-apocalyptiques. L'illustration la plus grossière de cette critique est évidemment le personnage du vieillard antiquaire, qui pendant des années a attendu le retour de la menace vampire, et garde dans son sous-sol secret sa vieille épée en forme de serpent que l'on croît tout droit sorti d'un épisode d'Highlander.

Alors que je pensais déjà avoir touché le fond, le climax de mon exaspération est apparu vers la fin du pilote. Je ne parle pas ici de la scène finale prévisible et ridicule, ni de la voix-off et de ses aphorismes à 5 centimes ("L'amour est notre grâce, l'amour est notre perte"), mais de la révélation sur les origines du vieillard guerrier.

En fait, le centenaire est un juif rescapé des camps de concentration. Je fais tant bien que mal le lien dans mon cerveau... "Attendez, le cercueil vampire venait de Berlin.. ne me dîtes pas que ce vampire est également nazi !".

Cette hypothèse ne me sera pas confirmée. Et c'est tant mieux, je ne veux plus rien savoir sur The Strain.
Reileen
2
Écrit par

il y a 8 ans

9 j'aime

2 commentaires

The Strain
Vivienn
5
The Strain

Let the Sunshine In

Le développement de The Strain aura été très long et très chaotique. En 2006, Guillermo del Toro vient vers le réseau FOX pour leur proposer son projet de série télévisée - rapidement, les deux...

Lire la critique

il y a 7 ans

34 j'aime

4

The Strain
joelasperge
2
The Strain

Coup de pression - Pilote only

Coup de pression «  à quelle fréquence vous touchez vous le visage ? - je ne sais pas une fois par heure ? - toutes les trois minutes (…) C'est comme ça que fonctionne la contagion. Vous n'aimez...

Lire la critique

il y a 8 ans

26 j'aime

9

The Strain
Halifax
5
The Strain

De la qualité mais beaucoup d'imperfections !

FX, un casting qui envoie de la saucisse, un sacré gars au commande, une histoire qui envoie du boudin...The Strain a un énorme potentiel, peut-être la série de l'été avec le plus de potentiel...

Lire la critique

il y a 8 ans

15 j'aime

1

C'est pas moi, c'est mon tic
Reileen
8

Lumière de cul !

Portant sur le syndrome de Gilles de la Tourette, Andi Rogenhagen prend le risque de mettre en lumière un trouble neurologique relativement peu connu sous le ton de l'humour. Les personnages mis en...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

Bright Star
Reileen
10
Bright Star

L'amour sous sa forme la plus pure.

Les mots me manquent pour qualifier Bright Star. Je suis tombée littéralement amoureuse de ce film. De mon point de vue, ce film frôle la perfection, que ça soit dans sa réalisation, ses textes, son...

Lire la critique

il y a 9 ans

5 j'aime

1

Bons baisers de Bruges
Reileen
9

Fucking Bruges.

En regardant l'affiche du film, je m'attendais à une sorte de comédie classique sur un fond d'histoire de gangsters. Je me trompais. Dès le début, McDonagh pose le décor de son film. La belle...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

3