Avis sur

The Third Day par Olivier Antoine

Avatar Olivier Antoine
Critique publiée par le

Update après ép. 5: bon et bien cette série n'a pas d'histoire. Elle se compose essentiellement d'emprunts, j'ai déjà cité The Wickerman, mais le thème de la communauté isolée et pratiquant un culte aussi ancien qu'étrange et en besoin d'un "héritier" pardon mais ce n'est pas neuf. Et qu'apporte la série à ce cadre fait d'emprunts? Et bien honnêtement je cherche encore... pas grand chose je dirais. Voire rien. Franchement c'est vide. Peut-être destiné à un public sans culture, je sais pas.

La perspective de retrouver Jude Law dans un format différent était intéressante erreur de casting à mon avis, je ne le trouve pas très à sa place, son jeu a qq chose de théatral je crois, là où il faudrait du naturalisme. Ca matche pas terrible, cette atmosphère et cet acteur.
Le premier épisode m'a fait dire "oui bon ok c'est The Wickerman quoi...".
Le second "ha d'accord j'ai compris le principe de l'intrigue, voyons voir comment ils vont amener ça..."
Lors du troisième le principe de l'intrigue est donc révélé et ça laisse plutôt indifférent puisqu'on s'y attend.
Le 4° épisode est d'une débilité remarquable, complètement invraisemblable: "mais si moi je veux rester sur cette île inhospitalière rempli de gens tous plus louches les uns que le autres avec des tags hostiles un peu partout où personne veut nous héberger où on risque de se retrouver coincé par la marée montante et où on se les gèle". Et le twist de fin n'y changera rien du tout, il ne fait que préciser la roublardise de l'écriture, ce qui n'est pas bon signe pour la suite.
Le 5 brasse allégrement du vide et joue encore le jeu des antagonismes absurdes pour créer un semblant d'intrigue. Quand on a pas d'idée, faire s'affronter les personnages, voir TWD, c'est leur grande spécialité. Voilà, c'est une série de ce niveau-là.

En résumé: la série utilise les codes de l'horreur moderne (Midsommar, get out, hereditary, mise à mort du cerf, Mother etc etc) c'est-à-dire le trouble, l'ambiguité et le bizarre. Elle use de ses codes pour pallier la pauvreté de l'histoire, tout en se prenant plutôt au sérieux en appuyant ses codes dans une approche formelle dédiée (filtre, mouvement de caméra, montage syncopé etc) mais propose une histoire convenue et pas spécialement bien écrite: l'univers n'est pas développé au-delà du principe facile consistant à opposer des protagonistes, la série se contente de dévoiler progressivement les éléments d'une intrigue prévisible au milieu d'effets visuels et c'est tout (Osea est "l'âme du monde"? Ha bon? depuis quand? Pourquoi? C'est juste comme ça), l'escalade dans l'étrange, une dynamique classiquement rattaché à ce type de fiction, n'a pas lieu.
Je m'attendais à bcp mieux, c'est très quelconque. Ca m'a tout l'air d'être plombé par une écriture faible et très peu inspirée, écueil habituel des productions d'horreur contemporaine où les auteurs se prennent pour des génies parce qu'ils malmènent l'image et utilisent des musiques dissonantes, au point d'en négliger leur récit. J'ai bcp aimé Utopia du même Dennis Kelly, mais là ça ne fonctionne pas.

Update après ép. 5 et spoil: bon et bien cette série n'a pas d'histoire. Elle se compose essentiellement d'emprunts, j'ai déjà cité The Wickerman, mais le thème de la communauté isolée et pratiquant un culte aussi ancien qu'étrange et en besoin d'un "héritier" pardon mais ce n'est pas neuf. Et qu'apporte la série à ce contexte d'emprunts? Et bien honnêtement je cherche encore... pas grand chose je dirais. Voire rien. Franchement c'est vide. Peut-être destiné à un public sans culture, je sais pas.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 653 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Olivier Antoine The Third Day