Le coup du parapluie [Critique de "Umbrella Academy" saison par saison]

Avis sur The Umbrella Academy

Avatar Eric Pokespagne
Critique publiée par le

Saison 1 :

On voit bien ce que Netflix a voulu faire avec cette nouvelle série, "The Umbrella Academy" : répéter le succès artistique et commercial du formidable "Haunting of Hill House" en appliquant la même recette - la chronique très émotionnelle d'une famille dysfonctionnelle - au récit de super-héros. Et le résultat, sans atteindre à la grandeur de la série de Mike Flanagan, est loin d'être un échec : souvent passionnant, parfois profondément touchant - comme lors de l'épisode 6, qui est le couronnement absolu de la saison, où est offert aux personnages lors d'une boucle temporelle (vite refermée) la possibilité du bonheur -, "The Umbrella Academy" fait d'ores et déjà partie des belles réussites de Netflix. A partir d'un excellent matériau de départ, la BD par Gerard Way et Gabriel Bá, les showrunners ont en effet réussi à créer et maintenir tout au long des 10 épisodes de cette première saison une esthétique originale, assez proche finalement d'un baroque ludique à la Tim Burton, et surtout une ambiance à la fois dépressive et humoristique qui permet de passer outre les habituelles errances d'un scénario qui est loin d'être parfait.

Les ruptures de rythme et les invraisemblances du scénario sont d'ailleurs le principal reproche fait à une série qui intègre au forceps des éléments de deux récits différents de la BD, et qui n'hésite pas à aller s'aventurer sur des chemins de traverse qui ne font pas avancer l'intrigue (comme la jolie histoire d'amour entre Hazel et Agnes), mais dont on peut trouver qu'ils constituent une grande partie du charme de "The Umbrella Academy". On peut, à l'inverse de ces critiques "utilitaristes", pointer que la véritable faiblesse de la série, c'est l'absence d'une véritable vision d'auteur qui lui apporte cohérence et "purpose" (comme disent les Anglo-Saxons), ce qui était exactement le point fort de "The Haunting…" : on reste trop finalement du mauvais côté de la limite entre Entertainment facile et véritable œuvre, la preuve en étant les tous derniers épisodes, décevants, qui en recentrant l'histoire sur le sujet principal de la menace "de l'Apocalypse" retombent un peu dans le commun du cinéma de super-héros, avant de nous laisser en plan avec un cliffhanger indigne.

On peut également déplorer un casting très moyen (ou bien une direction d'acteurs très standard), d'où émerge seulement le fascinant Aidan Gallagher qui, du haut de son 1m60 et de ses quinze ans, enfonce tous les autres interprètes, et en particulier une Ellen Page sans substance qui n'arrive jamais à trouver la vérité de son personnage.

En résumé, malgré ces réserves, on sort de "The Umbrella Academy" plutôt satisfait, et prêts à attendre un an la seconde saison.

[Critique écrite en 2019]

Saison 2 :

Sans surprise particulière par rapport à la première saison de "Umbrella Academy", Jeremy Slater et Steve Blackman répètent dans cette seconde aventure de notre chère fratrie outrageusement dysfonctionnelle de (drôles de) super-héros les mêmes mécanismes : on ramasse quelques idées fortes et quelques éléments épars dans la BD ahurissante de Gerard Way et Gabriel Bá, que l’on réorganise de manière totalement différente, voire même contradictoire. Et on y ajoute une bonne ration d’histoires beaucoup plus conventionnelles, qui tranchent d’ailleurs violemment avec l’humour débridé et la folie furieuse de l’œuvre originale : car cette sorte de violence punk assaisonnée au psychédélisme sixties qui enchante dans les BDs, et qui exprime parfaitement la culture « rock’n’roll » de Way – chanteur de My Chemical Romance, rappelons-le – et , fan auto-déclaré de punk rock et de grunge, est évidemment peu compatible avec le souci du « tout public » poursuivi par Netflix !

Cette hétérogénéité du scénario, qui se traduit logiquement par une grande hétérogénéité d’atmosphères, d’une scène à l’autre, sera vue, suivant le cas, comme une faiblesse de la série, navigant à vue entre l’absurde ultra-violent et le soap des plus classiques avec grands moments d’émotion à la clé, ou au contraire comme une délicieuse aberration : faisons donc le second choix, et réjouissons-nous d’être constamment surpris, déstabilisés, par un objet aussi peu formaté – presque « malade » – que "Umbrella Academy" !

Car le meilleur de la première saison est toujours là, cet aspect sauvagement psychanalytique de l’histoire d’enfants (mal) élevés par un double père, l’un démiurge manipulateur et cruel, obsédé par la performance, l’autre primate et simple serviteur à tout-faire et chargé de leur donner l’amour qui leur manque, sans même mentionner une mère remplacée par un robot domestique… Et ayant développé, sans que Freud n’en soit le moins du monde surpris, toute une batterie de complexes, de déviances (l’amour fraternel vaguement incestueux entre Allison et Luther de la première saison ; les abus d’alcool et de drogues de Klaus)… Le résultat le plus extrême de cette éducation pour le moins expérimentale reste l’état psychotique de Vanya, à qui son identité aura été niée tout au long de son existence, et qui décompense de manière particulièrement violente en provoquant des apocalypses à répétition !

L’histoire de cette seconde saison est plus détachée de la BD, se contentant de reprendre le sujet de l’attentat contre JFK qui doit être perpétré par Five, mais elle retravaille avec une vraie intelligence les mêmes thèmes psychanalytiques, en les répétant dans un double scénario nouveau qui vient se greffer sur le premier : nous avons d’une part The Handler (Kate Walsh, délicieuse de méchanceté !) qui se choisit une fille (avec un processus d’adoption particulièrement brutal) et l’élève dans un mécanisme très similaire à celui de « l’Umbrella Academy », avec des résultats tout aussi désastreux ; et d’autre part, la possibilité de « sauver » un enfant autiste en substituant au couple américain modèle, gangrené par une haine machiste de la différence (le père qui n’accepte pas d’avoir un tel fils et souhaite avant tout le faire interner, « pour son bien ») un couple « déviant » (du point de vue de 1963), homosexuel, mais surtout capable de donner de l’amour… Même si, et heureusement les scénaristes ne tombent pas dans les clichés habituels, l’Amour, c’est surtout beaucoup de douleur, et jamais la solution !

Si l’on peut trouver fatigante cette idée très anglo-saxonne qui voudrait que l’assassinat de JFK soit une sorte de péché originel qu’il conviendrait à toute force d’effacer, de réparer, le fait de transposer « l’Umbrella Academy » en 1963 s’avère une idée magistrale, qui nous vaut les meilleures épisodes de la saison, montrant de manière positive l’évolution de notre mentalité depuis cette époque finalement très obscurantiste : toutes les scènes tournant autour du mouvement pour les libertés civiques des Noirs, si elles n’échappent certes pas aux clichés du genre, s’avèrent passionnantes, introduisant un vrai poids – et une vraie pertinence – historique dans la série.

Bien entendu, et comme ce fut déjà le cas pour la première saison, les deux derniers épisodes déchaînent une violence un peu fatigante, et maints retournements de situation qui déçoivent au sein d’une histoire plutôt bien construite jusque-là. Mais ce n’est pas là une raison valable de bouder une série qui confirme cette année sa belle singularité…

[Critique écrite en 2020]
Retrouvez cette critique et bien d'autres sur Benzine Mag : https://www.benzinemag.net/2020/08/13/netflix-umbrella-academy-saison-2-love-hurts-lamour-ca-fait-mal/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4935 fois
26 apprécient · 1 n'apprécie pas

Eric Pokespagne a ajouté cette série à 1 liste The Umbrella Academy

Autres actions de Eric Pokespagne The Umbrella Academy