Le Darabont: la brute est le truand.

Avis sur The Walking Dead

Avatar Gothic
Critique publiée par le (modifiée le )

Du spoil sur le déroulement des saisons, mais pas sur "qui vit, qui meurt".

Mon ressenti après les trois premières saisons est assez curieux. Le sentiment prédominant, c'est le côté inégal de la série, que ce soit d'une saison à l'autre, mais aussi d'un épisode à l'autre. Les moments de bravoure côtoient d'autres séquences qui tombent totalement à plat, soit par des choix scénaristiques douteux, soit par une mise en scène mollassonne, soit, et c'est plus grave, quand on constate un cumul des deux défauts précités.

ATLANTA (A LA PUDEUR)
A noter que ce n'est pas forcément le jeu des comparaisons avec le comics qui est défavorable à la série. En effet, j'ai visionné la première saison avant de découvrir l'oeuvre originale de Kirkman/Moore/Adlard. Et c'est seulement en cours de saison 2 que j'ai commencé à la lire, curieux que j'étais de constater par moi-même les changements opérés lors de l'adaptation d'un média à l'autre. Et si l'idée de dévier de l'oeuvre originale peut être payante, elle peut également s'avérer risquée.
Payante, dans le sens où cela permet d'éviter un sentiment de redite, et apporter son lot de bonnes surprises à ceux qui auraient déjà tout lu. Risquée, dans le sens où il est facile si l'on emprunte ce chemin, de décevoir les fans, voire, plus grave encore, de décevoir tout un public, synonyme d'échec dans l'écriture et/ou la narration.
Sans totalement rentrer dans les détails, je retiens ceci:

PREVIOUSLY ON AMC'S THE WALKING DEAD
Saison 1: 6 épisodes, et heureusement. Si le pilote est d'excellente facture, tout en silences, il arrive à nous mettre instantanément dans l'ambiance, mais rapidement, on déchante. Les acteurs n'y sont pourtant pas pour grand chose, le casting est globalement bon, Andrew Lincoln parfait en Rick Grimes, Jon Bernthal très bon en Shane. Les autres personnages sont rapidement identifiables, et plutôt attachants. Pour les amateurs des livres, on nous présente même de nouvelles têtes, et intéressants de prime abord, chouette, se dit-on ! La psychologie des survivants commence à se développer. Qui plus est, on a doit à du headshot plein cadre, à du gore, à des maquillages de mort-vivants réussis, comme on en voit très peu à la télévision. Une révolution dans le monde souvent aseptisé des séries ?

Oui, mais non, car en fait, malgré six petits épisodes, on arrive à s'ennuyer, le rythme n'étant pas très soutenu. Heureusement, quelques scènes arrivent tout de même à sortir du lot. Mais on nous offre alors une fin de saison foireuse. Sentiment global positif. Un bon 6/10, d'encouragement on va dire, un début correct, qui demande à être confirmé.

Saison 2: la dilution du comics se poursuit. La première moitié de la saison est un peu longuette, on se perd dans des (Linda) de "sous-arcs" narratifs maigrelets, parfois absents de l'oeuvre de Kirkman. Mais cela ne fonctionne pas. D'un point de vue strictement divertissement et émotions, c'est poussif, on a peu d'empathie pour des personnages qu'AMC fait disparaitre alors que jusque là ils ont été trop secondaires pour qu'on s'y attache. Maladroit.

Puis vient la deuxième partie de la saison, des personnages prennent de l'importance, avec notamment un Daryl tout en charisme. S'enchaînent des scènes mémorables, violentes ou poignantes, on se mange claque sur claque, c'est bien filmé, on sent un tournant dans la psychologie de Rick. Et hop, bouquet final...Boom ! K.O. 8/10, voire 9/10 avec un gros coeur parce que ça prend aux tripes et qu'on se dit que la série est définitivement lancée.

Saison 3: Nouveau lieu, important s'il en est dans le comics. On reprend son souffle, on introduit de nouveaux personnages, de nouvelles intrigues. Le cadre est intéressant. Quelques petites surprises, avec notamment ce Rick en pleine mutation. Sympa. Sauf que Woodbury. Et vas-y que je te colle des allers et retours, du faux suspense, quelques personnages caricaturaux, de la capture, du retournement de veste en veux-tu en voilà, de la torture suggérée, non violente et gratuite, on en vient à se demander si la production n'a pas peur de rattraper le travail de Kirkman trop vite, et se permet donc quelques...non, plein de détours ! Au détriment du rythme, et de la cohérence de l'oeuvre. Et puis ce "season finale" en mousse !

Du point de vue du fan des livres, c'est simple, il n'y a aucune ressemblance: déroulement, personnages, actions, interactions, et on se demande bien quelle mouche a piqué les scénaristes, tant ce qu'on a sous les yeux ne transcrit aucunement le chaos vécu à ce moment dans le comics. Et je ne parlerai pas du côté viscéral omniprésent dans l'oeuvre dessinée, tant la série d'AMC emprunte la voie d'une série de zombies inspirée par les Bisounours en comparaison.

Du point de vue du profane, et de celui du "simple" divertissement donc, c'est raté aussi, ou aussi raté, au choix. Les gunfights sont mal filmés, mous du genou, et puis, sans pour autant espérer un déferlement de violence, on assiste à du "no balls", fade et super frileux. Deux ou trois scènes sont marquantes dans la saison. Pour le reste, c'est zéro tension, et on se demande si les scénaristes savent eux-mêmes où ils vont.
Bref, 5 à 6/10, pour les quelques bonnes scènes.

BRAINDEAD
Walking Dead version AMC n'est pas un mauvais divertissement. Mais il est trop inégal pour ne serais-ce qu'approcher l'excellent show qu'il aurait pu, et dû être. Et c'est donc sur cet énorme sentiment de gâchis que le spectateur comme le fan du comics, qu'ils soient une seule et même personne ou non, peuvent se retrouver, à espérer des jours meilleurs pour la saison 4 qui se prépare, si tant est qu'ils attendent encore quelque chose de la série.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4872 fois
66 apprécient · 3 n'apprécient pas

Gothic a ajouté cette série à 5 listes The Walking Dead

Autres actions de Gothic The Walking Dead