Avis sur

The Young Pope par lami34

Avatar lami34
Critique publiée par le

Je ne vais pas refaire l'éloge des bons points de la série, ils ont été commentés largement : esthétique, jude Law, humour décalé parfois truculent, Jude Law, trouvailles scénographiques, esthétique, Jude Law... Je vais donc parler d'autre chose : les personnages féminins et surtout celui qui est non seulement raté mais qui cause du tord à la série tellement il en ralentit le rythme entre le 3è et le 5è épisode (en gros, je ne suis pas sûre de la numérotation). Le personnage d'Esther a faillit me faire lâcher la série. Il est au centre de plusieurs épisodes, avec une intrigue d'une banalité affligeante, saupoudrée de scènes de sexe gratuites. J'ai eu l'impression de regarder un "vieux film" (dans le sens négatif du terme, de film dépassé), tant on a depuis longtemps -heureusement- dépassé, dans les bonnes oeuvres cinématographique et sérielles, ce personnage de femme " fantasme" qui n'est là qu'en miroir des hommes. On la regarde, on la désire, on la b**se, on l'utilise. Mais elle? Eh bien, elle bouge lentement, elle regarde avec dévotion, elle entrouvre les lèvres sensuellement, elle se déboutonne, elle se laisse b**ser. Soyons clairs : je n'ai rien contre les scènes de sexe, j'aime les sex-symbols et je dirais même que la femme fatale est mon archétype féminin préféré. Mais on est en 2020 : même les sex-symbols ont de la personnalité ! Ce personnage combine tous les archétypes de la femme dans la religion catholique : la prostituée, la femme adultère, la tentatrice, et bien sûr, la mère. Une marie-madeleine qui trouve sa rédemption dans la maternité, désir suprême et ultime de la femme, qui, quand elle l'obtient quitte le Vatican, quitte la scène. Et elle n'est plus objet de désir. On ne la montre plus en jupe et cardigan qu'on a envie de déboutonner, jambes nues dans la douceur printanière : elle est en jean et blouson zippé jusuq'au cou dans le vent et le froid. Elle n'a plus le regard extatique, non; il est rivé sur la télé dans une scène de "ménage" d'un quotidien quelconque. Le deuxième personnage féminin, celui de Dianne Keaton, est lui aussi un et même LE symbole féminin catholique : la mère vierge. Une nonne et mère de substitution de Lenny et de centaines d'autres enfants. Heureusement que Cécile de France est là pour moderniser tout ça ! J'accorde ça aux scénaristes. Mais c'est un personnage dont on ne sait rien, qui n'est pas développé. Comme si cet OVNI leur était " incompréhensible", ils ne nous en disent rien. Ah, j'oubliais Soeur Antonia. Mais qui parmi vous, comme moi, a eu l'impression qu'on a juste changé le sexe de ce personnage, habituellement masculin, en femme, juste pour "faire original" ? En résumé, dommage qu'une série qui se veut décalée, novatrice, n'aie pas dépoussiéré, ou ne serait- ce mis en réflexion, le thème de la femme dans la religion (catholique ou autre).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 222 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de lami34 The Young Pope