Une question d'attentes

Avis sur Tokyo Ghoul √A

Avatar Shania_Wolf
Critique publiée par le

Tokyo Ghoul √A n’est, ma foi, pas l’anime de la décennie, mais puisque je vois qu’il ne recueille ici que des critiques au mieux peu élogieuses, je me dois bien de rétablir la balance des opinions.
Je pense que la question, avant tout, est celle de l’état d’âme avec lequel on attaque cette deuxième saison. En effet, dans les échos que j’ai reçus de Tokyo Ghoul, il n’y en a guère eu que de deux sortes : « La saison 1 est un peu chiante mais c’est à la 2 que ça devient intéressant » ou « La saison 2 est un gâchis qui assassine la saison 1 ». Et en effet, on est ici face à deux saisons qui n’ont pas grand-chose à voir l’une avec l’autre. Tout dépend de quel côté l’on se positionne.
Personnellement, quand on m’a parlé de Tokyo Ghoul, au vu du nom et des visuels, je me suis tout de suite imaginé quelque chose de sanglant, violent, sans pitié ; une guerre acharnée entre les goules et les humains jusqu’à l’annihilation. Du coup, quelle ne fut pas ma… désorientation, face à une saison 1 qui a certes ses moments de cruauté et de tragédie, mais qui laisse surtout un arrière-goût de « Bienvenue à Kawaii City ». Bon, j’exagère un peu, mais les faits sont là : la saison 1 s’attelle principalement à nous montrer que les goules sont comme les humains, qu’eux aussi ont leurs attaches, leurs douleurs, leurs espoirs…
Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais, mais ce n’était pas désagréable pour autant. Je me suis laissée prendre, et cette saison est sans doute essentielle pour « brouiller » les valeurs, nous faire nous demander de quel côté l’on se place dans la guerre que l’on sent couver. Mais voilà. Pour moi, cela ne prend sens que parce que justement, on sait que l’affrontement arrive. Que parce que la saison 2 est là pour faire éclater cette bulle, cette « slice of ghoul life ».
Mais venons-en à la saison 2 à proprement parler. La réponse est oui, il y règne une certaine confusion, une apparence de manque de sens et de justification. Cependant, je voudrais ici faire une objection : ce n’est pas incohérent pour autant. Certes, il nous manque des informations, et en ordre général les décisions des personnages ne sont pas explicitées : mais pourtant, en y mettant un peu du sien, on peut sans peine, et même avec le peu d’éléments dont on dispose, comprendre ce qu’il se passe et pourquoi.
La plus grande énigme, bien sûr, reste Kaneki Ken, notre héros. C’est peut-être celui qui apparaît le plus émotionnellement inconsistant à première vue. Cependant, il ne faut pas oublier pour autant que lui-même, dans sa situation, n’est pas forcément en mesure d’être tout à fait rationnel, alors pour moi, même s’il prend des décisions un peu discutables, cela fonctionne. Après, je ne suis pas en mesure de déterminer ce qui relève d’une simple faiblesse scénaristique ou d’une volonté de laisser le public deviner les rouages, mais j’ai de bonnes raisons de penser que quoi qu’il en soit, c’est moi aléatoire qu’il n’y paraît.
Et puis, tout simplement, c’est une saison beaucoup plus tournée vers l’action, vers un « power porn » qui peut se montrer assez jouissif pour peu qu’on n’y attribue pas trop de prétention. La psychologie des personnages n’est pas laissée de côté pour autant, au contraire, elle est même plus développée que dans la saison 1 : mais elle est déplacée, exprimée sous forme de flash-backs qui bouffent souvent un quart ou un tiers des épisodes – ce qui peut être frustrant, mais que dans mon cas j’ai trouvé raisonnable.
Sans trop en dire, j’ai beaucoup de regrets concernant la fin : trop de portes laissées ouvertes, trop de pistes qu’on aurait aimé voir exploitées tout au long de l’anime et qui sont vouées à rester en suspens ; une conclusion en forme de statu quo. Oui, c’est un gros défaut de cette saison. Mais j’ai vu cela dans tellement de séries, et surtout j’ai vu tellement pire qu’honnêtement, je ne vois pas là de quoi se plaindre. Je préfère de loin ça à la « conclusion panic » dont souffrent tant d’animes quand, à deux épisodes de la fin, ils commencent à balancer absolument n’importe quoi pour accélérer les choses et arriver à une conclusion, qui en plus de ne faire aucun sens, le plus souvent ne résout rien pour autant (Pandora Hearts, Gantz, Claymore…). L’absence de résolution est généralement une stratégie pour se réserver la possibilité de faire une saison de plus, et je trouve que de ce point de vue-là, Tokyo Ghoul √A a réussi à trouver un équilibre pas trop dégueulasse : on a envie de savoir ce qui arrive après, mais d’un autre côté l’intrigue principale a été (a priori) clôturée.
Ensuite, les autres critiques que j’ai à adresser à cette saison sont les mêmes qu’à la première : quelques personnages ridicules (je pense au Gourmet) ou peu intéressants (Tōka, pour ma part) ; des questions laissées en suspens sur fond de TGCM. Mais comme le focus de la saison est plus sur l’action à proprement parler, on arrive vite à le laisser de côté.
En somme, Tokyo Ghoul et sa suite n’ont rien d’exceptionnel, mais c’est loin d’être une boucherie pour autant. Il est vrai que tout le potentiel n’est pas exploité, loin de là, mais l’ensemble reste efficace malgré ces frustrations. Je pense que cet anime a surtout souffert de trop grandes attentes placées en lui. Moi, ça m’aura quand même arraché ma petite larme.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4678 fois
16 apprécient · 1 n'apprécie pas

Shania_Wolf a ajouté cet anime à 2 listes Tokyo Ghoul √A

Autres actions de Shania_Wolf Tokyo Ghoul √A