👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Le second chef-d’œuvre du réalisateur David Simon porte cette fois-ci sur la reconstruction d’une ville dévastée par un ouragan, soit la Nouvelle Orléans par Katrina. Il porte toujours, avec brio, son regard qui permet de dévoiler les fléaux de la ville, empêchant une reconstruction saine et prospère. Une partie des acteurs de The Wire ont un rôle, qu’ils incarnent toujours avec autant finesse dans cette nouvelle série.

Il nous plonge dans le destin d’une dizaine de personnages principaux, tous plus ou moins inter-connectés, évoluant dans le chaos d’une ville en proie à des politiques et des entrepreneurs véreux cherchant les profits à court terme aux dépends des citoyens sans toits. Néanmoins, la plupart des citoyens de New Orleans possèdent une force que personne ne peut affronter, celle de la musique et de l’espoir qui s’en dégage. En effet, même lors d’enterrements, la musique accompagne le cercueil de l’église au cimetière, avec une danse mortuaire pour avancer avec grâce. La Nouvelle Orléans nous est montrée tant dans ses fabuleux défilés, les plus connus étant ceux de mardi gras, que dans la délinquance qui résulte du manque de présence policière. Mais aussi, à l’habitude de ce réalisateur, la police est décriée et une grande partie de ses agents de la paix abusent de leur pouvoir.

Il s’agit donc bien d’une nouvelle fresque des plus phénoménales que David Simon nous offre, pour notre plus grand bonheur. Comme déjà indiqué dans How to make it in America, la bande originale est pour moi un indice clé de la qualité, et ici elle vaut le détour également. Cependant, la bande originale dans cette série ne peut se résumer aux deux minutes de début d’épisode, mais bien à tous les morceaux de jazz, sous toutes ses mouvances, qui sont interprétés au cours de l’épisode. En cela, Simon a réussi à transmettre le feu de vie de cette ville à travers cette série, qui respire la joie de vivre, même lors des creux habituels parcourant toute épopée, que sont les destins de ces personnes!

Mereri_Magis
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Top 10 Séries

il y a 6 ans

1 j'aime

Treme
artificier
10
Treme

Down in the treme, it's me and my baby, we're all going crazy while jammin' and having fun ! Whoo !

Je suis sans voix. Treme n'est pas le genre de série qu'on lance en rentrant du boulot et qui va nous permettre de souffler un peu. Treme, c'est 10 épisodes d'une heure environ. C'est dense, très...

Lire la critique

il y a 11 ans

77 j'aime

7

Treme
Docteur_Jivago
10
Treme

And there's a saxophone !

C'est quand même assez rare que je devienne à ce point accro à une série et c'est en très peu de temps que j'ai dévoré les quatre saisons de "Treme", et quelle claque ! Ce nom vient de "Tremé", un...

Lire la critique

il y a 7 ans

58 j'aime

12

Treme
pphf
8
Treme

Chantons sous la vague

En amont. Faut-il tenir Treme pour le chef d’œuvre de David Simon ? Il s’agit en tout cas de son œuvre la plus ambitieuse, et surtout la plus radicale. On croit pourtant retrouver David Simon tel...

Lire la critique

il y a 5 ans

21 j'aime

How to Make It in America
Mereri_Magis
8

Dans l'ère du temps

Cette série me tient particulièrement à coeur, et le premier de ses atouts : son générique! En effet, un vrai travail sur cette partie, si essentielle d’un film ou d’une série, à été fait. Il s’agit...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Treme
Mereri_Magis
10
Treme

Une ode à la vie

Le second chef-d’œuvre du réalisateur David Simon porte cette fois-ci sur la reconstruction d’une ville dévastée par un ouragan, soit la Nouvelle Orléans par Katrina. Il porte toujours, avec brio,...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Starbuck
Mereri_Magis
8
Starbuck

Hilarant !

En ce temps maussade et pluvieux de juin, j’ai choisi de vous faire partager une comédie fraîche et pétillante : Starbuck de Ken Scott. Cette histoire incongrue retrace une partie de la vie d’un...

Lire la critique

il y a 6 ans