👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je viens d'enquiller les 8 épisodes et j'en ressors séduit bien qu'un peu sceptique. Comme si la faim que m'avait généré les premiers épisodes n'avait été étanchée qu'en partie, la faute à une conclusion un brin facile. Une série de haute voltige qui construit des personnages envoûtants mais qui peine, à mon sens, à les faire grandir. Qu'on s'entende, Marty et Rust sont tout deux passionnants et leurs caractères respectifs génialement écrits. Mais on ressort tout de même de ces 8h avec le sentiment d'avoir été un peu baladé sans réel objectif.

Si j'ai beaucoup adhéré aux ambiances mises sur pied et à la propale d'acting de Woody et McConaughey, j'ai un peu plus de mal avec le script qui use de ficelles un peu éculées. Le coup du pédophile redneck complètement à l'ouest, c'est un peu court et pas forcément intéressant. Un certain sentiment de déception se fait ressentir en fin de parcours, quand toutes les pistes qu'on a pourtant dégustées avec plaisir finissent par être classées sans suite. Comme ce dossier qui était plein de promesse, et qui finalement aura bouffé 15 piges de la vie de deux inspecteurs pour se conclure dans une séquence sans idée, en pleine forêt, avec quelques peintures sur des cabanes. D'ailleurs, quand on voit la réal de cet ultime épisode, on sent que les idées commençaient à manquer pour boucler l'histoire. Il y a bien cet ultime moment que se partagent Marty et Rust qui relève un peu le niveau, mais le dernier acte est tout de même décevant, expédié bien trop rapidement.

True detective est pour moi un chef d'oeuvre manqué. Un série qui restera dans les mémoires, c'est certain, elle a pour elle de belles qualités. Mais dans la mienne, elle restera comme une oeuvre qui avait tout pour exploser et ne se sera contentée que de briller. Avec un casting d'acteurs aussi impliqués, des décors si envoûtants, il ne manquait qu'un peu d'inspiration pour relever l'histoire qui unit toutes ces composantes. Les promesses du petit côté fantastique qui s'était invité en début d'intrigue ne sont pas tenues, je m'attendais à mieux qu'un réseau de salopards dont l'unique représentant est un débile en couple avec sa demie soeur débile aussi. Où est passé cette subtilité qui avait été au menu du premier épisode. Cette finesse avec laquelle nous était présenté le premier meurtre, qui voyait le regard de Matthew McConaughey se teinter de mystère.
oso
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleures séries qui durent moins de 15h et L'ours, mangeur de séries, en 2015

il y a 8 ans

90 j'aime

10 commentaires

True Detective
Gothic
8

Cohle of Cthulhu

Du jour où j'ai appris l'existence d'une série policière portée par le duo d'acteurs McConaughey/Harrelson, j'avoue avoir été emballé dans la seconde. Cerise sur le gâteau, HBO chapeaute le tout. Vu...

Lire la critique

il y a 8 ans

195 j'aime

True Detective
Jambalaya
9

Les Enfants Du Marais

True Detective est un générique, probablement le plus stupéfiant qu’il m’a été donné d’admirer. Stupéfiant par les images qu’il égraine patiemment, images d’une beauté graphique rare, images sombres...

Lire la critique

il y a 8 ans

151 j'aime

15

True Detective
Sergent_Pepper
8

Les errants du marais

Il est fréquent qu’on insiste auprès de quelqu’un qui ne se dit pas convaincu par une série : accorde-lui du temps, laisse l’univers s’installer, attends encore quelques épisodes avant d’abandonner...

Lire la critique

il y a 7 ans

111 j'aime

12

La Mule
oso
5
La Mule

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Lire la critique

il y a 3 ans

80 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Lire la critique

il y a 7 ans

73 j'aime

15

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8