Entre deux sommets jumeaux, le lit de la déception

Avis sur Twin Peaks

Avatar Oneiro
Critique publiée par le

Ah... Twin Peaks, ses conifères, son air rude et froid légué par la proche montagne, sa cascade, son hôtel aux parois boisées, ses habitants excentriques occupant des fonctions qui ne leur siéent parfois guère (le psy a l'air dingue; un flic laisse tomber son flingue chargé ou fond en larmes devant des drames...), sa scierie, ses lieux pleins de charmes, ses mystères et son cadavre rejeté par les eaux du lac.
Cadavre d'une jeune lycéenne momifiée de plastique dont la découverte déclenche tous les événements qui vont s'abattre sur la communauté de cette ville atypique.

L'agent du FBI Dale Cooper est dépêché sur les lieux pour prêter main forte aux autorités du coin.
On comprend vite qu'il était l'homme de la situation. Insaisissable, lesté d'un lourd passé sans le laisser paraître, parfois excentrique, illuminé, adepte de la méditation, de l'interprétation des rêves et du lancer de caillou sur bouteilles (!!!) pour démêler les fils de ses enquêtes, il ne dépareille pas dans cette galerie de caractères grotesques, pathétiques ou torturés qui peuplent Twin Peaks et qui s'effritent, s'échauffent ou paniquent alors que l'investigation suit son cours.
Et il fallait bien un esprit ouvert pour embrasser l'étrange parfum, à la limite du paranormal, qui paraît entourer cette affaire.

Nous voici saisis dès l'abord par ce mélange de bizarre, de violence, de passions, de secrets, nous voici accrochés par la mécanique bien huilée de cette trame épisodique parfaitement menée. On est captivés par les méandres et les ramifications insoupçonnées de ce crime, transportés de coups de théâtre en rebondissements.

Et surtout, nous découvrons bien vite que cette série a quelque chose. J'allais dire quelque chose en plus. C'est vrai et inexact à la fois. Disons qu'elle a quelque chose à elle. Dans des échappées oniriques ou dans des parenthèses théâtrales, David Lynch a parsemé son oeuvre d'instants où l'on travaille dans le génie.
C'est bien parti pour être la série des séries, le parangon du feuilleton aux hautes ambitions. Et puis, soudain, désastre...
Le bât blesse, et il ne fait pas semblant.

Comment a-t-on pu passer de petits miracles comme le rêve sous les pendrillons rouges, le concert interrompu, le "réveil" de Cooper après qu'on lui a tiré dessus et j'en passe, à ce qui suit la révélation ?

Nous avons été happés à Twin Peaks grâce à un mystère obsédant, l'assassinat brutal de Laura Palmer, et lorsque nous découvrons son incroyable résolution, tout se casse la gueule.
Car le "véritable" responsable court toujours, certes (approximatif résumé de la situation pour bien éviter tout spoil), mais nous savons enfin ce qui nous a cruellement fait défaut jusqu'alors.
Virage périlleux à négocier, pour les scénaristes qui font le choix de poursuivre la série sur la durée.
Et virage manqué.
Même si nous nous sommes attachés à nos personnages en pleine tempête, les petites péripéties qui les attendent alors apparaissent bien fades.
Voire en dangereuses proximité du ridicule (qui a pu pondre cette idée de force surhumaine de Nadine ou le délire "Guerre de Sécession" de Ben ? Du bizarre et du macabre, on a glissé vers la farce "fourre-tout et n'importe quoi").

Alors que tout semble perdu, la série parvient à retrouver des rails plus enthousiasmants avec l'arrivée de Earle et de son échiquier sanglant. On ne retrouve pas les sommets d'avant, mais on regoûte à l'addiction.

La conclusion laisse sur quelques sujets et personnages secondaires un goût amer, les cicatrices d'une fin programmée en quatrième vitesse et d'une suite qui était visiblement prévue, encore espérée par les scénaristes.

Mais ce final... Pfiou...
Sans doute la séquence aux plus fortes ambitions artistiques, scénaristiques et formelles qu'il m'ait été donné de voir à la télévision.

Si seulement, il n'y avait pas eu ce long ventre mou au goût rance de remplissage entre le grand twist de la série et cette fin glaçante...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 342 fois
2 apprécient

Autres actions de Oneiro Twin Peaks