Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

L'haleine glacée d'une nuit sans étoiles

Avis sur Twin Peaks

Avatar Neeco
Critique publiée par le

Une cascade ralentit pour nous donner le temps d’entrer dans le monde étrange et atemporel de Twin Peaks. On courbe l’échine et se jette à pieds joints dans un univers en torsion. Les règles les plus élémentaires de la physique ne s’y appliquent pas. Entrez à vos risques et périls.

Le miroir déformant de la nature humaine, le monde de l’envers. Rien ne s’emboite correctement. Dans un patchwork sordide fait de personnalités brisées et de forces subhumaines, Twin Peaks nous happe, nous appâte avec ce qui semble représenter le profond reflet de la nature humaine, le soap-opéra dans ses recoins les plus tièdes. Dialogues aériens, bourrasques nocturnes et obscures bizarreries coincés entre deux nuits interminables.

Le hululement effrayé d’une chouette à l’œil torve, connectée aux mondes souterrains veinés de terreur qui soutiennent l’entièreté de cette petite ville à l’écart du temps.

Rien n’est croyable tant tout nous retourne violemment et nous met nez-à-nez avec notre nature profonde. Twin Peaks est un siphon coincé entre deux mondes. Les personnages s’égrènent, se remplacent à l’écran pour maintenir le subterfuge, pendant que dans l’ombre, hors-champ, se trament les pires atrocités que l’esprit soit capable d’appréhender.

Sauver les apparences. Twin Peaks n’est qu’apparence. Un vernis épais et luisant. Une loupe qui nous met le nez dans des dialogues mièvres au-delà de tout entendement. Par moment, lorsque la série relâche un peu son étau, on peut apercevoir une ombre, subrepticement. Un éclat noir, l’intuition de forces qui nous dépassent et que Twin Peaks et ses personnages nous cachent volontairement pour préserver le peu d’humanité qui suinte encore des pores visqueux de ce monde.

Alors, le vernis cède, les faux-semblants volent en éclat et laissent place à l’abominable calamité qui sévissait dans l’ombre. Le cerveau se braque, rejette en bloc l’impensable et reconstruit fugacement et primairement une scène niaise dans un jardin surexposé.
Un pique-nique copieux sur un tapis de fleurs dorées.
Un sourire inhumain sur une jolie tête impeccablement coiffée.
Une caméra complice qui se love doucement entre deux rayons de lumière céleste pour s’y laisser tendrement mourir.

Twin Peaks n’en finit plus de faire sauter un à un tous nos repère spatiaux et temporels et de jouer outrageusement avec les strates de la conscience. Pendant qu’on navigue à vue en suivant la voix suave de nos bons amis, la série ouvre grand ses puissantes mâchoires dans l’attente du lâcher-prise qui n’aura guère de mal à venir.

Fermez les yeux, on ne sait jamais qui ce qui pourrait en sortir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
10 apprécient

Neeco a ajouté cette série à 7 listes Twin Peaks

Autres actions de Neeco Twin Peaks