The Truman Show avec des super-héros

Avis sur WandaVision

Avatar HoochOnTheMoon
Critique publiée par le

WandaVision est la première série du MCU qu’on peut qualifier de « nouvelle génération », ou prenant place suite aux événements du film Avengers : Endgame (qui aurait pu être la fin de cette belle aventure, mais comme chez Disney on adore l’argent… Enfin, tant que c’est bien ne nous plaignons pas).

Dans cette mini-série de 9 épisodes, nous suivons donc Wanda Maximoff/La Sorcière Rouge et Vision (enfin… c’est plus compliqué que ça) dans ce qui semble être une anomalie spatio-temporelle transformant la petite ville de Westview en sitcom. En parallèle, le S.W.O.R.D. (c’est un peu comme le S.H.I.E.L.D.) tente de comprendre et de résoudre ce mystère (et d'en profiter, pour certains).

Bien que le concept de la série ne soit pas si inédit que ça sur le fond (il suffit de lire le titre de cette critique), il reste assez rare pour être appréciable, particulièrement dans un format qu’on pourrait appeler « série blockbuster ». De plus, je dis bien « sur le fond » car sur la forme, cette série nous propose de voyager dans le temps. En effet, chaque épisode du premier au septième (excepté le quatrième qui se déroule simultanément avec les trois premiers et où nous suivons le parcours d'un autre personnage) rend hommage aux sitcoms des années 1950 à 2000, chaque épisode représentant une décennie avec les codes définissant ces séries à l’époque (noir et blanc ou couleur, mouvements de caméras, rires/applaudissements hors-champ, génériques, publicités, …). Dans l’avant-dernier épisode, nous avons même certaines des séries originales ayant inspiré la série (et le délire de Wanda à l'origine de cette anomalie) qui nous apparaissent directement : Ma Sorcière bien aimée et Malcolm, pour ne citer qu’elles.

Si je peux trouver deux bémols à la série, c’est d’une part que les parties se déroulant dans le monde réel cassent un peu le rythme et sont parfois un peu lourdes, voire inutiles. Elles sont quoi qu’il en soit nécessaires pour la plupart afin de comprendre ce qui se cache derrière le monde de Wanda ainsi que ses motivations. D’autre part, l’antagoniste final qui se dévoile à la fin de l’épisode 7 (mais qu’il est possible de voir venir avec un peu d’attention et d’intuition) est… comment dire… tout pourri. Ses origines sont nulles, ses pouvoirs sont… ben, les mêmes que Wanda en moins bien, et elle se permet en plus de nous apprendre une origine toute pourrie pour la Sorcière Rouge. Ah, et on a aussi un deuxième Vision qui est albinos et qui part avec explication mais sans raison, car il aurait très bien pu venir en aide aux protagonistes pour la fin du combat. Ma foi, on le reverra peut-être dans de prochains films en tant que « New Vision ».

Mais mise à part ces petits pinaillages, WandaVision nous offre un voyage dans le temps et dans l’histoire des séries télévisées, apportant son lot de nostalgie, de rires et de tendresse. On a aussi droit à quelques moments touchants, en particulier dans les deux derniers épisodes. Oh, et on appréciera la subtilité d’introduire Evan Peters en Vif-Argent dans le MCU, faisant un grand pas dans une introduction des X-Men « nouvelle-génération » dans cet univers qui devient de plus en plus large et risque de finir en joyeux bordel.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 76 fois
1 apprécie

Autres actions de HoochOnTheMoon WandaVision