The LOSTMEN...

Avis sur Watchmen

Avatar RedDragon
Critique publiée par le

Alors, pour commencer, je comprends tout à fait la polémique autour de cette série et les nombreuses déceptions des fans qui s'attendaient, peut-être, à revoir le Hibou ou Silk Spectre en tenue moulante, dès les premiers épisodes. Non, Watchmen la série n'est pas dans la continuité directe du film, mais se situe 30 ou 35 ans plus tard, par contre, elle reprends certains éléments propres à la BD, comme, par exemple, la pluie de calamars, expérience d'Ozymandias pour faire croire à une invasion extraterrestre. Par ailleurs, l'uchronie autour de Nixon et la guerre du Vietnam, qui reste en toile de fond, a fait place aux problèmes des suprémacistes blancs et du Ku Klux Klan qui ont repris le masque de Rorschach, ce qui n'est pas incohérent sachant que Rorschach était lui-même extrémiste sur les bords, et Watchmen avant tout un pamphlet satirique sur les états-unis et ses travers.

De Damon Lindeloff, on pourrait prendre en référence LOST, dont il est scénariste, et qui construit sa narration autour d'une succession de flashbacks et d'énigmes disséminés ici et là. Un puzzle se reconstituant par étapes. Watchmen la série suit le même style narratif, et l'on risque d'être un peu perdu par rapport aux codes de notre Watchmen habituel. Petit à petit, les évènements se recoupent et trouvent plus ou moins leur logique. Evidemment, sans avoir vu la fin, il est trop tôt pour se manifester et mettre une note objective. Je constate simplement beaucoup de longueurs dans la mise en place des éléments qui, je l'espère, trouveront justification. Pour l'heure, c'est assez bien filmé dans l'ensemble, pas toujours excitant, mais j'ai confiance. En tout cas, le personnage d'Adrian Veidt alias Ozymandias, un des seuls personnages en connection directe avec le premier film (avec Silk Spectre II, méconnaissable) et interprété par Jeremy Irons, est impressionnant de froideur et de détermination. Fort heureusement, il est à nouveau au centre de l'intrigue, et là est à mon sens, la véritable relation avec l'histoire précédente. Le voir faire des expériences sur des clones humains est étrange et terrifiant à souhait, mais on a hâte qu'il s'échappe de son dôme de chatelain et mette un peu le boxon en ville ! S'il est toujours possible de communiquer avec le Docteur Manhattan, via des cabines téléphoniques, le reverra t'on également ?

Pour les moins patients, il faudra aller au moins jusqu'à L'épisode 5 pour commencer à recoller les morceaux. Lindeloff se démarque d'Alan Moore et Dave Gibsons en restant plus ou moins dans l'esprit. J'avoue que je n'ai pas trop retrouvé, jusqu'à présent, la passion qui m'avait animé avec l'adaptation de Zack Snyder, et il semblerait qu'Alan Moore, lui-même, n'ai pas cautionné cette série, mais tout reste à suivre. Le monde des comics n'est pas cloisonné, il n'est pas nouveau que différents scénaristes apportent une vision différente d'un même univers...

PS: je recommande d'avoir lu Watchmen mais également Before Watchmen, Minute Men, certains flashbacks notamment dans l'épisode 6 faisant référence aux Minute Men.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1559 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de RedDragon Watchmen