👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Dynamique sportive vertueuse : transmission générationnelle. "Hime ! Hime !"



  • C'était un plaisir de diriger une telle équipe. Vous avez travaillé dur, vous avez tout donné sur la route. Je vous en suis reconnaissant, du fond du cœur. Merci.

  • Le plaisir était pour nous.

  • Pareil.

  • Merci beaucoup !!!

  • Ha ! Ha ! Ha ! Ce club était d'enfer, on s'est éclatés comme jamais.

  • Teshima.

  • Oui !

  • Le club de cyclisme de Sôhoku a besoin d'un nouveau capitaine. Ce sera toi, Junta Teshima !

  • Entendu.

  • Hajime Aoyagi.

  • Présent.

  • Tu seras son vice-capitaine.

  • J'accepte !

  • Je compte sur toi.

  • Roule. La moindre seconde compte. La prochaine compétition commence maintenant.

  • Compris !!!!!

  • Nous avons gagné le trophée contre le lycée Hakone. Ça nous met la pression. Cette victoire ne vient pas seule. Elle est accompagnée de responsabilités. Dès les préliminaires de la prochaine compétition, nos adversaires vont nous marquer. Nous devons gagner sans y prêter attention. Nous conservons le même dossard, au prochain inter-lycées. Et ce que nos concurrents verront, c'est un dossard de champion !



Yowamushi Pedal : New Generation d'Osamu Nabeshima, en tant que suite de Yowamushi Pedal : Grande Road, est un Shonen sportif énergique séduisant produit par le studio TMS Entertainment, qui adapte le manga de Wataru Watanabe, construit autour du cyclisme dans lequel l'on suit les aventures sportives d'un jeune otaku novice dans l'art de cette pratique, aujourd'hui devenu le Roi des Montagnes. Ça fait du bien de retrouver Onoda Sakamichi accompagné de son équipe Sôhoku, ainsi que de ses rivaux de toujours avec le club de Hakone, pour une seconde année pleine de surprise !
Le quarante-et-unième inter-lycées est terminé, Sôhoku est enfin champion. Voir l'après-victoire des membres devenus les tenants du titre dans une posture allégée est très plaisant, surtout après les nombreux moments de tension survenue durant le tournoi. Seulement, les meilleures choses ont une fin ! À peine le temps de fêter la victoire qu'il faut retourner à la réalité avec une année scolaire qui s'achève, laissant inexorablement présumer le départ des cadres et mentors de l'équipe : « les troisième année ». Shingo Kinjo, Jin Tadokoro et Yusuke Makishima, arrivent au bout de leur scolarité et doivent céder leurs places. S'ensuit des adieux déchirants avec le départ de Makishima parti dans une fac en Angleterre, laissant Onoda terriblement affecté par cette perte dont il a du mal à se remettre. C'est l'apanage des mentors que de faire perdurer par la transmission les valeurs sportives pour mieux ouvrir et préparer l'apprenti au monde qui s'ouvre devant lui. Faire perdurer l'expérience et l'expertise d'un savoir au-delà de sa simple présence dans le respect intergénérationnel, qui à son tour sera transmis par l'apprenti devenu mentor. Une jeunesse s'oblige à la transmission pérenne du mentor affranchi. Une accession élémentaire où Onoda détient l'héritage de Makishima, Naruko celui de Tadokoro, et Imaizumi celui de Kinjo. Le relais est transmis, la restructuration du club peut commencer. Un nouveau départ pour débuter cette nouvelle année avec des nouveaux cadres comprenant le capitaine Junta Teshima et le vice-capitaine Hajime Aoyagi, ainsi que des nouvelles recrues avec Issa Kaburagi, Kimitaka Koga, ou encore Ryûhou Danchiku, avec le soutien indéfectible de Miki Kanzaki, Tôji Kanzaki, Mr. Pierre, Sugimoto Terufumi, Aya Tachibana...

Une troisième saison placée sous l'effigie de l'évolution jusqu'au traitement de nos cyclistes chevronnés qui en plus de gagner en années, évoluent considérablement à commencer par Onoda, qui de l'ombre est passée à la lumière suite à sa victoire. En tant que grand champion renommé, il doit à présent gérer les responsabilités que lui incombe son titre, ce qui lui met une pression monstrueuse. Ajouter à cela l'apparition de ses premières fans, ce qui le rend d'autant plus mal à l'aise lui qui est si timide. Cela a le mérite d'apporter des scènes amusantes dans lesquelles Sakamichi perd tout ses moyens. Véritable transformation pour Naruko Shôkichi, qui est dans une remise en cause totale avec une reconversion de style, cherchant à élargir son champ de possibilités en sortant du rôle de sprinteur pour devenir coureur polyvalent. Imaizumi Shunsuke gagne en maturité en prenant son rôle de mentor au sérieux, s'ouvrant aux autres malgré une difficulté à concilier ce rôle avec ses entraînements sans physiquement en pâtir. Un trio toujours aussi percutant rejoint cette fois-ci par Junta Teshima et Hajime Aoyagi qui enfin sortent de l'ombre pour prendre les rênes de Sôhoku. Le nouveau venu Issa Kaburagi, me laisse dubitatif quelquefois drôle, il est surtout agaçant et futile. Avec une couronne à défendre, Onoda et son équipe doivent persévérer et s'améliorer sans les terminales pour les guider, à travers des entraînements rudes. À présent le sort du club est entre leurs mains, ils sont les ennemis à abattre.



  • Tu t'éclates quand tu pédales ?

  • Carrément !



Bouleversement similaire du côté du club de Hakone, qui perd ses champions devenus également trop vieux pour continuer avec : Juichi Fukutomi, Jinpachi Tôdô, Hayato Shinkai et Yasutomo Arakita. Seuls Sangaku Manami (rival d'Onoda), en tant que vice-capitaine et Toichiro Izumida, en tant que nouveau capitaine sont encore là, accompagnés par des nouvelles têtes, comprenant le chevronné Yukinari Kuroda (également vice-capitaine), le géant Takuto Ashikiba, le mystérieux Yuto Shinkai et l'imposant Masakiyo Dôbashi. Une nouvelle équipe de tueurs pour les anciens champions qui comptent bien regagner le titre. Les adieux entre les membres de Hakone sont également très touchants, par le biais d'une ultime course interne sur 120 km opposant les anciens membres aux nouveaux. Une formidable conception dramatique autour d'une palette de personnages décidément remarquablement portée par la teneur du récit aussi bien sur les personnages principaux que sur les autres. Une histoire scindée en trois parties avec une première consacrée aux adieux des mentors et à la transmission léguée. Un moment extraordinaire. Une seconde centrée sur la construction d'une nouvelle équipe avec une recomposition tactique et idéologique. Enfin, une troisième basée sur l'ouverture du nouvel inter-lycées, la 42ème édition qui se déroule dans la préfecture de Tochigi.

Une nouvelle saison qui parvient habilement à maintenir l'attention du spectateur et a échapper à une répétition de ce qui fut déjà fait grâce à un récit évolutif avec ses personnages, mais aussi grâce au beau message sportif idéologique adressé en sous-texte, que la technicité parvient toujours autant à porter à travers une mise en scène pétillante et survoltée. Une fraîcheur maintenue depuis laquelle on en apprend toujours plus sur le cyclisme via une description des vélos et des techniques associés (cadre, rouages, composants électriques...) pour en faire des bécanes de compétition grâce à Kanzaki, le tout porté par des rebondissements toujours aussi dingues. Niveau action Yowamushi Pedal : New Generation met le paquet via des nombreuses péripéties de qualité, avec une montée du col de Minegayama de 16 km durant laquelle le nouveau champion de Hakone : Takuto Ashikiba, affronte Onoda. Un duel formidable où l'on se régale de ce nouvel adversaire atypique contre un Onoda qui laisse enfin exploser son potentiel bridé par la perte de Makishima. Un grand moment de cette troisième saison ! Naruko nous offre également un bon moment en affrontant plusieurs sprinteurs dans une arène à Osaka où il finira par se confronter au terrible Akira Midosuji. On redécouvre les évènements importants survenus durant la première saison mais cette fois-ci d'un point de vu différent puisque Onoda et ses acolytes sont à présent des cadres. On retrouve la course de bienvenue des première année avec Terufumi qui va de nouveau tenter sa chance, les qualifications pour l'inter-lycées avec les premières difficultés du nouveau : Issa Kaburagi, et le fameux camp d'entraînement avec les 1000 km à parcourir en quatre jours, avec un gros duel entre Koga et Teshima. Commence enfin l'ultime compétition : l'inter-lycées, avec un départ donné à Utsunomiya pour une première journée riche en rebondissements avec un gros duel entre les deux sprinters de Sôhoku : Kaburagi-Aoyagi et le sprinteur monstrueux de Hakone, Masakiyo Dôbashi. Un sacré duel qui laissera place à un autre affrontement tout aussi important. Un face-à-face de grimpeur entre Teshima et Sangaku Manami. Une première journée de tournoi mouvementée dont on n'aura malheureusement pas la conclusion à moins de regarder la saison 4, Yowamushi Pedal : Glory Line, dans laquelle j'ai hâte de voir briller Onoda. "Hime ! Hime !"


CONCLUSION :



Yowamushi Pedal : New Generation d'Osamu Nabeshima par le studio TMS Entertainment, qui adapte le manga de Wataru Watanabe, est une troisième saison de qualité qui place la barre haute en matière de drame, d'idéologie sportive et de rebondissements. Une série animée endiablée autour d'un thème sportif séduisant qui transmet une énergie bienveillante au spectateur qui ne rêve plus que d'intégrer l'équipe de Sôhoku pour partir à l'aventure avec les nombreux personnages savoureux que compte cette œuvre.

Dynamique sportive vertueuse : sage est l'élève qui grandit du vécu du mentor ! "Hime ! Hime !"



  • Le même sujet revient souvent avec Naruko et Imaizumi. « On surpassera les terminales avant qu'ils partent ! »

  • Ha ! Ha ! Belle imitation.

  • Tu trouves ? J'ai perdu aujourd'hui, mais je veux m'améliorer avant que tu quittes le lycée ! Enfin, c'est juste un souhait. Quand je me sentirai prêt, tu voudras bien m'affronter ?

  • Je roule toujours avec toi. Si on réfléchit comme ça, on s'affrontera tout le temps. Dans les montagnes en zigzag... En ligne droite... Sur les routes de campagne... L'année prochaine et l'année suivante, je me tiendrai devant toi. Alors, double moi. Devient plus fort. Je te confie notre Sôhoku, Sakamichi.

  • Makishima ?


B_Jérémy
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 1 mois

16 j'aime

3 commentaires

Joker
B_Jérémy
10
Joker

INCROYABLE !!!

La vie est une comédie dont il vaut mieux rire. Sage, le sourire est sensible ; Fou, le rire est insensible, la seule différence entre un fou rire et un rire fou, c’est la camisole ! Avec le...

Lire la critique

il y a 2 ans

150 j'aime

104

Mourir peut attendre
B_Jérémy
8

Mieux vaut s'attendre au prévisible que d'être surpris par l'inattendu ?

Quel crime ai-je commis avant de naître pour n'avoir inspiré d'amour à personne. Dès ma naissance étais-je donc un vieux débris destiné à échouer sur une grève aride. Je retrouve en mon âme les...

Lire la critique

il y a 9 mois

113 j'aime

116

Once Upon a Time... in Hollywood
B_Jérémy
10

Bien plus fort qu'un hommage...

Enfin ! Amis cinéphiles, voici un jour qui doit être fêté ! Une nouvelle oeuvre de Tarantino a vu le jour, et ce n'est pas anodin. Cette superbe journée tout en fraîcheur est tout à fait appropriée...

Lire la critique

il y a 3 ans

106 j'aime

70