Illustration Cinéphile (2018)

Les meilleurs films de 2018 selon Capitaine-C-L-G

Avatar Capitaine-C-L-G Cette liste de 94

films

par Capitaine-C-L-G est une réponse au sondage Les meilleurs films de 2018

Allez tous en chœur : c'est un classement personnel !

Vous aussi, participez au sondage !
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Ready Player One (2018)

    2 h 20 min. Sortie : . Science-fiction, action et aventure.

    Film de Steven Spielberg avec Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn

  • 2
    Bande-annonce

    The House That Jack Built (2018)

    2 h 35 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Lars von Trier avec Matt Dillon, Uma Thurman, Siobhan Fallon Hogan

    Étonnante proposition que ce film, s’apparentant presque à une dissertation de Von Trier sur lui même mais aussi sur l'art et l'artiste.
    Par le prisme d'un serial-killer (interprété par un impeccable Matt Dillon), Von Trier se dévoile comme particulièrement tourmenté mais aussi provocateur, à l'image du film que j'ai trouvé plus soft que certains avis me laissait supposer, même si très malsain et glauque.
    L'exercice risque d'en laisser plusieurs sur le carreau, un exercice pouvant perdre le spectateur ou paraître prétentieux mais qui m'a personnellement conquis.
    Et je dois dire que le dernier segment m'a vraiment soufflé, parfait mélange de sublime et de dérangeant.
    Une proposition particulière pour un film particulier, difficile à pleinement juger en un seul visionnage mais qui sur le coup m'a pleinement conquis.
  • 3
    Bande-annonce

    Les Indestructibles 2 (2018)

    Incredibles 2

    1 h 58 min. Sortie : . Animation, action et aventure.

    Long-métrage d'animation de Brad Bird avec Craig T. Nelson, Holly Hunter, Samuel L. Jackson

    Alors c'était...c'était...c'était top, je vais pas faire le dissident ^^

    Non vraiment un vrai régal malgré la légère déception inévitable après 14 ans d'attente et un film souffrant malheureusement d'airs de déjà-vu pour un métrage bien trop peu surprenant et d'un méchant qui, sans surprise, est à des années lumière d'égaler Syndrome.

    Mais quand c'est bien fait, je peux difficilement boudé mon plaisir, aidé par une animation au top niveau sublimant chaque graphisme et orchestré par un Brad Bird en grande forme, qui t'abreuve la rétine de superbes images et ne cesse de trouver de nouvelles façon d'exploiter son univers ( ce film rend chaque pouvoir méga cool ).

    C'est une telle joie de retrouver notre famille super-héroique préféré, toujours aussi attachante tout en en explorant de nouvelles facettes ( plus ou moins ) et puis Edna...juste Edna...et le raton laveur...et Frozone...et tous en fait ! x)
    C'est drôle, c'est riche visuellement, c'est plus convenu dans le fond mais ça le fait très bien. Du très bon Pixar ( pléonasme ? ) pour un super film de super-héros !

    Concernant le doublage, j'avoue être plutôt surpris. Sans jamais égaler leurs prédécesseurs, Lanvin sans tire honorablement et Louane...mieux que je ne l'espérais.
  • 4
    Bande-annonce

    L'Île aux chiens (2018)

    Isle of Dogs

    1 h 41 min. Sortie : . Aventure, comédie, science-fiction et animation.

    Long-métrage d'animation de Wes Anderson avec Bryan Cranston, Edward Norton, Bill Murray

    Je ne saurais trop quoi rajouter à tout ce qui a déjà été dit.
    Wes Anderson nous offre une nouvelle fois un conte aussi riche sur la forme qu'il est beau dans son fond. Un bijou technique qui ne cesse d’impressionner au fil des plans, toujours d'une composition au millimètre, ou Wes nous dépeint les aventures d'une galerie de personnages dans la lus pur tradition Anderson.
    S'il est moins orienté enfants que son précédent film d'animation, petits devraient sans soucis se laisser séduire par le premier niveau de lecture tandis que les adultes auront largement de quoi se mettre sous la dent.
    Un unique reproche qui me peine énormément : 2-3 panoramiques ignobles car trop rapides donc flous et venant de Wes, virtuose du panoramique, c'est des plus décevant.
    Niveau musique, je vous renvoi à ce superbe commentaire : https://www.senscritique.com/activity/54693/31537819
    En un mot comme en mille, du pur Wes Anderson toujours aussi savoureux.
  • 5
    Bande-annonce

    Parvana, une enfance en Afghanistan (2018)

    The Breadwinner

    1 h 33 min. Sortie : . Animation.

    Long-métrage d'animation de Nora Twomey avec Saara Chaudry, Laara Sadiq, Shaista Latif

    Séances de cinéma (1 salle)
    Il aurait été très facile pour ce film de tomber de sombrer dans le misérabilisme et le pathos le plus écœurant ce qui aurait rendu le tout bien peu digeste.

    Il n'en est rien, "Parvana" à cette grande force d'être juste. Certes on nous montre des moments choquants, mais toujours traités avec justesse et sans exagération, la dure réalité retransmise sans fioriture qui marque par son réalisme. Une volonté de ne pas tombé dans l’excès qui le rend, justement, accessible au plus grand nombre, adultes comme enfants.

    On peut même voir cette volonté de non exagération avec l'animation 2D qui reste relativement simple mais pas moins belle, sachant être coloré, à l'image des histoires de Pavana qui apporte un semblant de joie dans son monde si sombre.

    Je n'ai pas vraiment envie d'en dire plus, j'ai eu la chance de totalement découvrir ce film sans rien en savoir avant et je ne peux que vous souhaitez de recevoir la même claque qui me fut donner.

    Une claque cinématographique, témoignant des horreurs de la Charia, tout en justesse et moments poétiques. Une vraie réussite.
  • 6
    Bande-annonce

    BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018)

    BlacKkKlansman

    2 h 16 min. Sortie : . Comédie, policier et biopic.

    Film de Spike Lee avec John David Washington, Adam Driver, Laura Harrier

    Un, très bon, film ? Un constat ? Une oeuvre politique ?
    Ce qui est beau, c'est que le film parvient à être tout à la fois.

    Un très bon film car techniquement une réussite, dans l'intelligente mise en scène de Spike Lee comme dans le montage, un montage renforçant avec efficacité la porté de certaines scènes dont ce final, véritable coup de poing; mais aussi par son scénario qui, s'il est un peu long à démarré, est bien ficelé, jouant habilement le mixe moments forts/moments plus léger ( pour ne pas dire humour ), évitant le manichéisme en n'hésitant pas à nuancé les manifestants noirs et en ne transformant pas tout personnage blanc en raciste, porté par des excellents acteurs et parvenant à se moqué du racisme tout en le dénonçant.

    Un constat car on ne peut que faire la comparaison entre cette époque et la notre, constatant effaré que le chemin est encore long.

    Une oeuvre politique car les évocations et dénonciations de la politique, aux Etats Unis, actuelle sont nombreuses et plutôt intelligentes et de façon ( plus ou moins ) subtil, comme le dialogue entre Ron et son Chef, mais aussi de façon bien plus percutante ( et bien moins subtil ) comme cette fin qui ne manquera pas de marquer les esprits.

    BlacKkKlansman est peut être énervant à écrire et bien plus à prononcer, mais c'est surtout un très bon film.
  • 7
    Bande-annonce

    Spider-Man : New Generation (2018)

    Spider-Man: Into the Spider-Verse

    1 h 57 min. Sortie : . Action, aventure et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman avec Shameik Moore, Jake Johnson, Hailee Steinfeld

    Décidément, c'est vraiment chez Spider-Man que Stan Lee est le mieux lotis pour ses caméo.
    Pour en venir sur le film, si j'oublie l'ignoble 3D que j'ai dû supporté et un Kimpembé qui ferait mieux de continuer de taper dans un ballon (et quelques autres détails que je n'ai guère envie d'énumérer) et ce film fut un sacré kiff !

    Rien que visuellement c'est à se damner, la mise en scène envoie du pâté Hénnaf, elle fourmille d'idées et puis ce climax absolument dantesque met à l'amende une bonne majorité des films de super-héros (et pas que) sortis ces dernières années.

    Donc visuellement, ça tabasse ! Mais le scénario n'est pas en reste, Spider-Man retrouve enfin ses lettres de noblesses et son aspect inspirateur, injustement absent de sa dernière itération made in Marvel et l'exploitation du multiverse est plus que maîtrisé là ou je craignais un gros bordel scénaristique.

    Un bon petit kiff super-héroique, riche, inventif, dantesque et jouissif (je le redis mais ce climax <3<3<3) !
  • 8
    Bande-annonce

    Hérédité (2018)

    Hereditary

    2 h 06 min. Sortie : . Drame et Épouvante-horreur.

    Film de Ari Aster avec Toni Collette, Gabriel Byrne, Alex Wolff

    Quand dans un film d'horreur, un plan qui film une maquette arrive à te mettre mal à l'aise...autant dire qu'on est entre de bonnes mains.

    Pour son premier film, Ari Aster s'annonce comme un réalisateur à suivre. Si son film n'est pas parfait, au niveau de son scénario parfois maladroit et un rythme inégal qui pourra en rebuter certains, en terme de mise en scène, c'est du très bon.

    Ne jouant pas la carte facile du jumpscare à outrance, Aster préfère se concentrer sur une ambiance angoissante et pesante. Le film est assez éprouvant à regarder, Aster prenant son temps pour installer son ambiance, on est mis en angoisse par la mise en scène de la composition de l'image à l'éclairage, il y a des plans dans ce film qui m'ont vraiment marqués et, pardonnez moi l'expression, vraiment foutu les boules, d'autant qu'Aster s'amuse à les faire durer.
    Basant sa mise en scène sur les maquettes, beaucoup de plans sont réminiscent de ces maquettes dont la perfection dans les détails créent un malaise palpable durant plusieurs scènes.

    Malin dans sa mise scène, angoissant et marquant, Hérédité réussi à être un vrai bon film d'horreur comme je n'en avais pas vu depuis un moment.
  • 9
    Bande-annonce

    Avengers : Infinity War (2018)

    2 h 29 min. Sortie : . Action, aventure, fantasy et science-fiction.

    Film de Anthony Russo et Joe Russo avec Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Chris Evans

    Pourquoi faut il aller voir ce film ?

    - Par ce que Thanos est de loin le meilleur antagoniste du MCU, non seulement il est incroyablement badass et puissant mais on lui découvre une véritable profondeur, on est loin du méchant unidimensionnel type de Marvel.

    - On a enfin des enjeux puissants, des conséquences et des moments forts émotionnellement.

    - La fin, qui risque de diviser, que je trouve juste parfaite et lourde de sens.

    Voilà, pour ces 3 points, ce film vaut le déplacement.

    Il n'est pas parfait notamment à cause de l'humour qui, s'il ne tombe pas à côté, est très mal venu et désamorce beaucoup trop l'émotion.

    C'est pas le meilleur Marvel mais c'est clairement un en haut du panier, teasé depuis 6 ans pour un résultat à la hauteur de mes attentes.

    SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER
    je suis de plus très surpris par certains mort mais j'aime l'idée que les survivants soient les Avengers d'origines ( Thor, Captain, Iron Man, Black Widow, Hulk et probablement Hawkeye ).
  • 10
    Bande-annonce

    Miraï, ma petite soeur (2018)

    Mirai no Mirai

    1 h 38 min. Sortie : . Animation, drame et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Mamoru Hosoda avec Moka Kamishiraishi, Haru Kuroki, Gen Hoshino

    Dernier film de l'année que j'ai vu au cinéma, on peut dire que je conclue cette année par une belle séance. De nouveau, Hosoda m'a charmé.

    Je trouve ce film tellement beau tant il est représentatif du cinéma de Hosoda, tant par les thèmes abordés que par les nombreuses allusions, plus ou moins évidentes, à ses précédentes œuvres, qui couplé au sous-texte de la transmission, qui parcours tout le métrage, rend ce film vraiment beau à mes yeux.

    De nouveau, Hosoda parvient à jouer avec nos sentiments, on passe ainsi des rires aux pleures avec une fluidité remarquable, à l'image du protagoniste qui, s'il est parfois agaçant, parvient à grandement retransmettre les pensée d'un enfant (ses contradictions, ses problèmes,...).

    Hosoda touche encore juste avec sa nouvelle histoire, mélange de réalisme, de fantastiques et d'émotions.
  • 11
    Bande-annonce

    First Man, le premier homme sur la Lune (2018)

    First Man

    2 h 22 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de Damien Chazelle avec Ryan Gosling, Claire Foy, Kyle Chandler

    Je suis vraiment admiratif de la capacité de Chazelle à renouveler et adapter sa mise en scène pour son sujet.

    Dans « La La Land », hommage non dissimulé au Hollywood de l’âge d’or des comédies musicales, sa mise en scène était très extravagante, rythmée, inventive à grande renfort de machinerie etc. Et pour « First Man », Chazelle opte pour une approche réaliste, centrée sur ses personnages, ainsi sa principale arme sera la caméra épaule, qui apporte un aspect réaliste, ce qui couplé à de nombreux gros plans, nous rapproche des personnages.

    Deux films, deux sujets différents, deux mises en scène différente mais chacune en parfait adéquation avec le sujet et l’approche : Damien Chazelle est véritablement un excellent réalisateur.

    S’il reste proche de ses personnages, il sait aussi s’en éloigner quand nécessaire, pour nous faire profiter de somptueuses images de la lune ou de l’espace, moments assez rares dans le film mais toujours marquant. A ce sujet, l’atterrissage sur la Lune justifie à lui seul le visionnage du film : un grand moment de bravoure.
    Ces moments spatiaux sont sublimés par le judicieux choix de ne pas y mettre de musique (pour la plupart), se basant principalement sur le travail sonore pour l’ambiance.

    Mon seul regret est le rythme du film. Malgré une scène d’introduction talentueusement mené, le début est un peu laborieux et le tout souffre de pas mal de longueurs.

    S’il, à mon humble avis, ne déchainera pas les foules comme son prédécesseur, « First Man » n’en demeure pas moins une grande réussite, asseyant encore plus son réalisateur comme une valeur sûr qui à encore beaucoup à nous offrir.
  • 12
    Bande-annonce

    Pentagon Papers (2018)

    The Post

    1 h 56 min. Sortie : . Biopic, drame, historique et thriller.

    Film de Steven Spielberg avec Meryl Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson

    Mon deuxième film de l'année au cinéma, au départ, je me fichais royalement de ce film ( même avec Spielberg au commande ) et je pensais même ne pas aller le voir au ciné. J'ai évité la grosse erreur car j'aurais loupé un très bon moment de cinéma, fidèle à sa réputation, Steven ( oui je l'appelle Steven ) nous offre une nouvelle fois un film de grande qualité même si faisant parti de la catégorie "peu marquant" dans sa filmographie. Steven nous dépeint les événement de ce scandale avec tout le savoir faire dont il est capable, sa réalisation léché au cadre d'une superbe composition et mouvement de caméra millimétré, une réalisation fourmillant d'idées ( ses plans fixes ou des personnages parlent tous en même temps, les bureaux qui tremble tel un séisme symbolisant le retentissement de l'affaire,... ), une mise en scène que la lumière et les décors viennent sublimés, au service d'une intrigue qui tient en haleine même si démarrant un peu difficilement. Les thèmes traités sont variés et bien exploités, arrivant à retranscrire une événement du passé tout en offrant un sujet encore d'actualité ( la liberté de la presse,... ).
    Garni d'un casting solide, c'est évidemment Tom Hanks et Meryl Streep qui crèvent l'écran confirmant une nouvelle fois tout l'étendu de leurs talents.
    A vrai dire, une seule chose m'a vraiment gêné, c'est les touches de féministe qui viennent ponctué le film vraiment maladroitement là ou je trouve que le personnage de Meryl Streep se suffisait à elle même pour apporter la touche féministe au film sans devenir dérangeant.
    Et quant à la musqiue de John Williams, sans être une de ses meilleurs, elle reste de très bonne facture,accompagnant parfaitement le film.
    En bref, une nouvelle réussite de Spielberg, petite surprise personnel car inattendu, en espérant que son Ready Player One soit à la hauteur de mes attentes.
  • 13
    Bande-annonce

    Jean-Christophe & Winnie (2018)

    Christopher Robin

    1 h 43 min. Sortie : . Aventure, comédie, drame et comédie musicale.

    Film de Marc Forster avec Ewan McGregor, Hayley Atwell, Bronte Carmichael

  • 14
    Bande-annonce

    Mission : Impossible - Fallout (2018)

    2 h 27 min. Sortie : . Action, aventure et thriller.

    Film de Christopher McQuarrie avec Tom Cruise, Henry Cavill, Rebecca Ferguson

    J'ai vraiment bien fait de rattraper mon retard sur cette saga, sans quoi je serais passé à côté d'une kiffante séance de cinéma.
    Il n'est pas peut dire que j'ai kiffé et savouré ces 2h20.

    Un seul regret, l'absence de scène d'infiltration, mais un regret très vite rattraper par tous les autres moments que nous offre le film.
    Avec toujours cette volonté d'aller plus loin, on à le droit à Cruise qui saute en parachute dans un orage dans un plan séquence d'anthologie où la tension ne décroit pas, ainsi qu'à une poursuite en hélicoptère absolument dingue pour n'en citer que deux.
    L'action du film est incroyable. La tension est toujours aussi bien géré, les trouvailles nombreuses et l’intérêt maintenu tout du long par un scénario solide.

    Encore une fois réalisé par McQuarrie, son boulot est toujours aussi efficace. Outre les scènes d'actions toujours aussi maîtrisées, il faut aussi saluer un vrai talent pour l'exploitation des décors, des rues de Paris ( dont on ne se focalise pas sur la Tour Eiffel, je me demande même si on la voit en faite ) au sublimes décors de Cachemire, McQuarrie offre une réalisation soigné qui te flatte régulièrement la rétine.

    Du très bon divertissement d'action, maîtrisé, haletant et dantesque.
  • 15
    Bande-annonce

    The Disaster Artist (2018)

    1 h 44 min. Sortie : . Biopic, comédie et drame.

    Film de James Franco avec James Franco, Dave Franco, Seth Rogen

    Quelle belle déclaration d'amour à un film et à un personnage. On ressent tout du long l'amour que James Franco porte à "The Room", ça suinte la passion et forcé d'admettre que ça a rend le film vraiment touchant.
    Si la véracité de tout ce qui nous est narré est loin d'être certaine ( on sent un côté romancé ), on se laisse porter dans cette histoire, aussi bien fasciné par la genèse du film culte que par le personnage de Tommy Wiseau, magnifiquement interprété par un James Franco parvenant sans problème à s’effacer derrière son personnage.
    Si la première partie peine légèrement à pleinement captivé, une fois la partie "tournage" commencé, j'ai été complétement pris dans cette fascinante fabrication cinématographique des plus atypiques jusqu'au climax durant lequel James Franco montre tout l'amour et l'attachement que ce film suscite: des personnes réuni dans une salle de cinéma pour passer un superbe moment.
    Je n'aurais qu'une seule réserve, le côté trop romancé justement, aseptisé même, comme si, ne voulant vexé personne, James Franco a aseptisé son film ce que je trouve assez dommageable mais pas moins touchant, tel le fan qui ne veut pas vexer son idole.
    Adoptant un style réaliste, c'est tout naturellement que Franco utilise pour principal ( si ce n'est seul ) outil de mise en scène que la caméra épaule, apportant un côté documentaire efficace même si n peu plus d'idées de mises en scènes n'auraient pas été malvenu.
    James Franco nous délivre une véritable déclaration d'amour qui, bien que trop aseptisé, est des plus touchant.
  • 16
    Bande-annonce

    Jusqu'à la garde (2018)

    1 h 33 min. Sortie : . Drame.

    Film de Xavier Legrand avec Léa Drucker, Denis Ménochet, Thomas Gioria

    Séances de cinéma (3 salles)
    J’en ai vu certains comparé ce film à un film d’horreur, comparaison étrange au premier abord mais qui s’avère, sur plusieurs aspects, pertinente.

    Il n’est bien sûr pas question d’une horreur surnaturelle, de jumpscares,… mais de l’horreur réel, cette horreur véritable à laquelle sont confronté beaucoup de gens. Il règne sur ce film une véritable tension, le film est pesant, laissant planer cette incertitude qui doucement mais surement nous prend aux tripes jusqu’à un final ou se déroule une véritable scène d’horreur.

    Prenant régulièrement le point de vue du jeune garçon, c’est à travers lui que la peur nous prend au tripes, renforcé par des interprétations incroyables (tant des parents que des enfants). Par son approche réaliste, par travail du plan séquence et absence de musique, on est plongé dans une horreur réaliste mais pas moins effrayante.

    Sans être parfait, par un segment secondaire que j’ai trouvé peu utile et confinant au cliché, le coup de poing est des plus efficace.
  • 17
    Bande-annonce

    Le Grand Bain (2018)

    1 h 58 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Gilles Lellouche avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde

    Ce film fait du bien, un fort agréable feel-good movie qui m'a fait ressortir de ma séance sourire aux lèvres.
    Un mélange maîtrisé de rire et d'émotions, mis en scène avec soin et qui doit beaucoup à la justesse de ses acteurs. Il est à noté que le film souffre de sa générosité, de part son grand nombre de personnages, certains se voient relégués au second plan quand on n'est pas à la limite de la figuration. Pour conserver le rythme, il a fallu rusher et cela se ressent sur quelques intrigues parfois simplifiées.
    Malgré ses anicroches, certes dommageables, on rit, on est ému et finalement on se sent bien devant ce film.
  • 18
    Bande-annonce

    La Ballade de Buster Scruggs (2018)

    The Ballad of Buster Scruggs

    2 h 12 min. Sortie : . Western, comédie et sketches.

    Film de Joel Coen et Ethan Coen avec Tim Blake Nelson, James Franco, Liam Neeson

    La critique la plus récurrente que j’ai vu pour ce film est l’inégalité entre les segments. Problème inhérent au film à sketchs, ce film ne fait personnellement pas exceptions.

    Si j’ai particulièrement aimé le côté décalé des deux premiers segments et l’ambiance des segments 3 et 4, les deux derniers segments m’ont particulièrement ennuyé. Je dois cependant avouer que chacun possédait une chute qui ont toujours fait leur petit effet. L’humour fonctionne et l’alchimie avec moments plus sérieux et mélancolique est des plus réussi.

    Mais ce qui m’a vraiment frappé, c’est la beauté visuelle des environnements du segment 4 et la mise en scène pleine d’idées des deux frères. Visuellement, ce film est un véritable plaisir, c’est magnifique !

    Je partais moyennement confiant sur ce visionnage, j’en ressors vraiment surpris même si la dernière heure fut bien moins captivante.
  • 19
    Bande-annonce

    Le Secret des Marrowbone (2018)

    El secreto de Marrowbone

    1 h 50 min. Sortie : . Fantastique et thriller.

    Film de Sergio G. Sánchez avec Anya Taylor-Joy, George MacKay, Mia Goth

  • 20
    Bande-annonce

    La Forme de l'eau (2018)

    The Shape of Water

    2 h 03 min. Sortie : . Drame, fantastique et romance.

    Film de Guillermo del Toro avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins

    Je n’ai jamais eu autant de mal à me faire un avis sur un film.
    Ce qui était certains, c'est que j'avais aimé mais que j'étais aussi déçu mais impossible d'aller plus loin.
    J'ai finalement réussit à faire le tri dans ma tête. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Del Toro nous livre une nouvelle fois une très belle histoire pleine de poésie. On reconnait bien son style: l'incursion du fantastique dans notre monde, son amour pour les monstres, les moments de violences qui font mal,... on est devant du Del Toro et c'est bon !
    Brassant divers thèmes, le film est plus que riche en sous-texte rendant, il me semble, plusieurs visionnages nécessaires pour pleinement savouré ce film.
    Esthétiquement une parfaite réussite, la rétine est constamment flatté comme devant chaque film du mexicain.
    Malgré cela, je n'ai pas été totalement séduit par ce film, j'ai eu du mal à être pleinement séduit pas la romance.
    Là est mon paradoxe, je n'ai quasiment rien à reproché au film mais pour autant, je suis loin de l'avoir adoré. "The Shape of Water" est, en ce sens, une déception personnel mais à laquelle je n'ai presque rien à reprocher...une sorte "d'agréable expérience étrange" en ce qui me concerne.
  • 21
    Bande-annonce

    Annihilation (2018)

    1 h 55 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, drame, science-fiction et thriller.

    Film de Alex Garland avec Natalie Portman, Tessa Thompson, Jennifer Jason Leigh

    Aussi dense qu'il fascine, aussi beau qu'il déroute, "Annihilation" est un film qui nécessite une lourde digestion. Non pas qu'il est compliqué d'en comprendre l'histoire ( le récit n'est pas compliqué en soit ) mais on ne peut en dire autant de sa substance. Ses thématiques sont multiples, ses niveaux de lectures surement nombreux,...un beau matériaux d'analyses.

    S'il est magnifique sur sa forme ( on pardonnera quelques effets un peu kitsch ), le fond me parait tout de même plus chancelant, outre ses questions sans réponses qui font plus soucis scénaristiques que questions où la clé ne nous est pas offerte, il convient de relever un rythme inégal. Si le dernier segment fonctionne parfaitement de par son ambiance, sa musique,...ce qui précède apporte, par moments, ses quelques longueurs.
    Il se dégage tout de même une ambiance générale plutôt envoûtante mais non moins dérangeante.

    Je ne saurais trop quoi dire d'autres, comme je l'ai dis c'est un film dense qui à mon sens nécessite une longue digestion et plusieurs visionnages pour être pleinement assimilé. N'en demeure pas moins une expérience que je recommande, ne m'ayant personnellement pas totalement convaincu mais qui aurait été tellement meilleure sur grand écran...
  • 22
    Bande-annonce

    Les Frères Sisters (2018)

    The Sisters Brothers

    1 h 57 min. Sortie : . Western.

    Film de Jacques Audiard avec John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal

    Une plongée dans la vie de deux frères au temps de la Rué vers l'or qui marque par sa sobriété et frappe par son efficacité.
    Audiard se concentre sur ses personnages, leurs psychologies et questionnements , il nous fais les partager, ainsi nous ne sommes pas face à des coquilles vides mais face à de vrais personnages nuancés qui se dévoilent au fur et à mesure de l'intrigue.
    S'il est un peu longuet au démarrage et peu aidé par la musique de Desplat, ce nouveau Audiard vaut le détour.
  • 23
    Bande-annonce

    Astérix : Le Secret de la potion magique (2018)

    1 h 25 min. Sortie : . Animation, aventure et comédie.

    Long-métrage d'animation de Louis Clichy et Alexandre Astier avec Christian Clavier, Guillaume Briat, Bernard Alane

    Comme son prédécesseur, ce film souffre de sa courte durée, le rythme en pâti puisque étant très rapide voir précipité vers la fin. Je regrette également que le sujet de base soit finalement si peu exploité ainsi que la mise en second plan d'Astérix (dont je précise maintenant que je trouve le doublage de Clavier passable même si a des années lumière de Carrel).
    Ceci étant, je n'ai pas boudé mon plaisir devant cette aventure inédite. L'humour d'Astier me conquis toujours autant, c'est une nouvelle fois magnifique visuellement et j'avoue avoir adoré le délire du final.
    C'est fun, c'est marrant, c'est beau, c'est (trop) rapide mais c'est du plaisir !
  • 24
    Bande-annonce

    Sale temps à l'hôtel El Royale (2018)

    Bad Times at the El Royale

    2 h 22 min. Sortie : . Policier et thriller.

    Film de Drew Goddard avec Jeff Bridges, Chris Hemsworth, Dakota Johnson

    Visuellement somptueux, avec ses sublimes décors et sa photographie ; et techniquement maîtrisé, beaucoup d'idée de mise en scène dont un jeu sur la dualité/double (qui se retrouve aussi au niveau du scénario) et de magnifiques plans séquences, je pense que tout le monde s'accordera que formellement, le film se tient plus que bien.

    Je pense cependant qu'il ne fera pas l'unanimité sur son scénario (comme aucun film d’ailleurs mais,vous voyez l'idée) : plutôt riche en rebondissement et intrigue, si le montage parvient à ne jamais perdre le spectateur et joue habilement sur les questions/réponses, certaines intrigues se voient expédiées ou trop floutés pour n'être qu'une simple volonté d’interprétation.

    Le film se tient, même très bien, et reste très agréable à suivre. On y décèle de nombreuses thématiques, même si certaines ne me semble plus très pertinente, et le film sait surprendre là ou on s'attend à ce qu'il tombe dans les facilités les plus éculées, ce qui n'est jamais désagréable.

    Pour finir, je pense de toute façon que ce film vaut le détour rien que pour Hemsworth et son personnage dont je vous laisse la découverte (pas pour rien qu'il est secondaire mais le plus mis en avant sur l'affiche).

    P.S: Dakota Johnson fait totalement oublier 50 nuances de merde ici.
  • 25
    Bande-annonce

    My Dinner with Hervé (2018)

    1 h 50 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Téléfilm de Sacha Gervasi avec Peter Dinklage, Jamie Dornan, Andy García

    Et après Dakota Johnson dans « Sale temps à l’hôtel E.R », c’est au tour de Jamie Dorman de nous prouver qu’il est capable de plus que de mal jouer le dominant BDSM.
    Solidement accompagné par un Peter Dinklage magistral, nos deux compères nous délivrent les derniers instants de l’acteur Hervé Villechaise ainsi qu’à la fascinante histoire de sa vie. Sur le schéma de la descente aux enfers (monté puis chute), le métrage parvient à retranscrire toute la complexité de ce personnage, de ce qui le rend si fascinant à ce qui l’a mené à sa porte pour un portrait touchant.
    Evitant soigneusement de s’embourber dans un pathos écœurant, le pathos étant bien dosé dans ce film, on suit l’histoire avec un réel plaisir et intérêt, n’eut été la redondance de la narration.
    L’histoire d’un acteur français devenu star, de son ascension à sa chute, que je ne peux que recommander
  • 26
    Bande-annonce

    Première Année (2018)

    1 h 32 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Thomas Lilti avec Vincent Lacoste, William Lebghil, Michel Lerousseau

    Un film agréable, drôle et qui parvient à passer son message efficacement.
    On pourra toujours y trouver quelques maladresses, à l'image de la fin, mais reste un film devant lequel j'ai pris du plaisir, dont je retiendrai tout particulièrement les critiques du système éducatif, souvent lancé par une réplique qui fait mouche.
  • 27
    Bande-annonce

    Roma (2018)

    2 h 15 min. Sortie : . Drame.

    Film de Alfonso Cuarón avec Yalitza Aparicio, Marina de Tavira, Diego Cortina Autrey

    J'y suis sincèrement aller à reculons, persuadé que j'allais fermement m'ennuyer. Je ne saurais dire si c'est la beauté visuelle qu'offre chacun des plans de ce film mais l'ennuie ne m'a que peu affecté.

    Pourtant, je suis plutôt mitigé sur le scénario qui, dans son aspect contemplatif, a une histoire qui en raconte peu ainsi qu'à des personnages auxquels aucun attachement n'est permis (je me suis surpris à me rendre compte, rendu à la fin que je n'éprouvais aucun attachement pour aucun personnage). Le métrage n'est pas exempt de longueurs et il plane, arrivé à la fin, cet étrange sentiment de ne pas avoir assister à une histoire intéressante.
    Pour autant, ce que l'histoire à de "simple", le film compense par une richesse dans les symbolismes (l'eau, la boucle formé par le plan d'ouverture et de fin,...) rendant ce film propice à plusieurs visionnages.

    Mais je ne vais pas vous mentir, ce qui m'a vraiment séduit c'est la partie technique. Chaque image est d'une incroyable beauté, le travail de composition rendant chaque plan magnifique, dont un travail sur la profondeur me laissant penser que ce film n'aurait pas démérité une belle 3D.
    Si je regrette une légère répétition dans la réalisation, principalement faite de panoramique, plan fixe et travelling rotatif (avec une distanciation des personnages dommageable), forcé d’admettre que chacun démontre d'une maîtrise technique folle.
    Chose qui m'a beaucoup marqué : le travail du son. En effet, il me semble, il n'y a aucune musique du film et il est aussi à noté ce choix de mise en scène que de faire en sorte que les personnages hors-champs soit peu audible.
    Sur le plan de la mise en scène, ça regorge d'idée et de beauté. Je pense sincèrement que c'est cela qui m'a vraiment capté dans ce film (à défauts des émotions).

    Loin d'être parfait mais étrangement prenant et magnifique visuellement.
  • 28
    Bande-annonce

    Black Panther (2018)

    2 h 14 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Ryan Coogler avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong'o

    Bah j'ai envie de dire bravo, alors je le dis : bravo !
    Il aura fallu attendre un petit moment mais on l'a enfin notre film Marvel qui apporte un peu de neuf à cette saga. C'était cool !
    On reste tout de même sur un Marvel donc évidemment, dans le grand ordre des choses, ce film n'a qu'un très léger impact en faisant surtout un film solo pour nous faire patienter jusqu'à "Infinity War", mais Coogler n'a pas voulu se contenter du simple divertissement.
    Sans aller dans un grande originalité scénaristique, Coogler ne va pa se dérangé pour brasser bons nombres de sujets fort intéressant en passant par la condition afroaméricains ( au passage, j'ai beaucoup aimé l'antagoniste ) jusqu'à la question du referment sur soi d'une nation, plusieurs sujets permettant aux films de passer le cap du simple divertissement pour être un divertissement intelligent, comme quoi, avec les bons gars aux commandes, Marvel peut offrir du divertissement véritablement qualitatif.
    S'il aborde divers sujets, Coogler n'en délaisse pas moins ses personnages avec un soin tout particulier pour ses personnages secondaires qui ont pour une grande majorité ont droit à un vrai traitement.
    Un fond soigné mais une forme qui n'est pas en reste, c'est d'une richesse visuelle absolument folle apportant un dépaysement plus que bienvenu ce que la réalisation de Coogler vient sublimé, une mise en scène inventive aux superbes plans séquences et aux scènes d'actions rythmées et inventives.
    Dans le paysage Marvel, ce film fait vraiment office de bouffée d'air frais, neuf et inventif, un Marvel tel qu'ils devraient tous l'être.
  • 29
    Bande-annonce

    Assassination Nation (2018)

    1 h 50 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Sam Levinson avec Odessa Young, Hari Nef, Suki Waterhouse

    Sur le coup le film, pour peu qu'on y adhère, est de plus jouissif avec une volonté d'y aller à fond, quitte à en faire trop. Cela se traduit par une mise en scène pleine d'idées, dont un plan séquence aussi magnifique que lourd de signification, et un propos très appuyé.
    Justement, de cette volonté presque jusqu'auboutiste, le film peu rebuté voir devenir caricatural et des faiblesses se font vite ressentir.

    Paradoxalement, le film fait monter la sauce tout du long mais stop au moment ou on voulait le voir éclater (après un moment certes jouissif), ce qui peut décevoir mais qui fut personnellement rattrapé par la dernière phrase de la dernière scène, qui finit d'appuyer le propos qui m'a le plus parlé : les dérives et dangers des réseaux sociaux (auquel il faut ajouter une bonne dose d'autres thèmes).

    Sans complaisance, ce film prend à bras le corps ses dénonciations et va à fond, au risque d'en faire trop, mais qui sur le coup sait offrir son lot de coups de poing.
  • 30
    Bande-annonce

    Le Retour du héros (2018)

    1 h 30 min. Sortie : . Comédie et historique.

    Film de Laurent Tirard avec Jean Dujardin, Mélanie Laurent, Noémie Merlant

    Comme quoi, la comédie française à encore de bonnes choses à nous offrir.
    Une petite bouffée d'air frais qui fait du bien, je n'avais pas ris avec un tel plaisir devant une comédie française depuis un bout de temps.
    Doté d'un humour gentiment décalé et efficace, le film doit beaucoup à ses acteurs qui s'éclatent complètement et apporte beaucoup à l'humour ( Dujardin est parfait dans son rôle ).

    On aurait pût craindre que le métrage tombe dans le piège classique de virer sérieux dans son dernier tiers ( ce que trop de comédies font ) mais que nenni, il assume totalement son délire jusqu'à son final ( qui permet de clore le film sur une bonne rigolade ).

    Esthétiquement très réussi, je regrette juste la mise en scène en pilote automatique qui se contente de filmer ce qui doit être filmer sans réel recherche derrière ( même pas un plan qui sort du lot ).

    Bref une bonne comédie française ! (oui oui, ça existe encore )