Les meilleurs films de la Shaw Brothers selon homdepaille

Avatar homdepaille Cette liste de 51

films

par homdepaille est une réponse au sondage Les meilleurs films de la Shaw Brothers

Après plusieurs tentatives depuis Kill Bill, l'engouement vient enfin.
Ceux que j'ai vu récemment ont des codes esthétiques soviétiques : une grande variation d'angles de vue (on voit pas un champ contre-champ se répéter), un montage rapide et morcelé (pas le temps de distinguer câbles ou mannequins) mais qui en plus se permet de recadrer pendant la courte durée du plan, et du sanglant. D'autres appuient plus sur de longs plans et leur chorégraphies coup/parade accélération/courte pause, ma préférence va aux premiers.

Le héros peut être soit le plus sérieux des justiciers revanchard soit la pire des engeances. Et j'adore l'arrêt sur image final, un carton brutal cristallisant la dernière et puissante émotion : un méchant tranché net à la verticale, un chevalier transpercé de toute part, ou au pire pour une touche mélancolique immédiatement après la mort du héros un plan sur sa bien aimée aveugle attendant sous la pluie son retour.

https://www.davidbordwell.net/essays/shaw.php Un article sur les optiques et leur usage dans le studio.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • 1
    Bande-annonce

    Killer Constable (1980)

    Man yan jam

    1 h 38 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Kuei Chih-hung avec Chen Kuan-tai, Ku Feng, Walter Tso

    Celui qui a relancé mon intérêt pour le studio. Sceptique au début, ça défouraille dans une hutte à la pépère, avant de plonger à fond avec cet "inspecteur tueur".
    Bien énervé, malgré les chorégraphies plan-plan, grâce à du sanglant bien grandiloquent avec crucifixion, écoulement de sang par tous les pores, corps carbonisés... Peut-être un peu dégénéré sur le montage, c'est aussi ce qui fait son charme.
    J'avais surtout vu des Shaw plus sobres avant et celui-ci est magnifique : de vraies nuits bien sombres avec torches, combat uniquement au reflet des sabres (des lens flare arc-en-ciel !) et beau clair de lune. L'anti-héros blessé tient à peine debout et pourtant ça enchaîne et ça enchaîne les rencontres dans des décors de plus en plus fous et désolés : temples abandonnés, escalier gigantesque, village en ruine, marécage brumeux...
  • 2
    Bande-annonce

    Soul of the Sword (1978)

    Sha jue

    1 h 23 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Hua Shan avec Ti Lung, Lin Chen-chi, Ku Feng

    Décidément j'ai un faible pour les histoires de connards égoïstes. Un assoiffé de sang prêt à tout sacrifier pour un rêve d'enfant romantique et complètement idiot.
  • 3
    Bande-annonce

    La Rage du tigre (1971)

    Xin du bi dao

    1 h 42 min. Sortie : . Arts martiaux et drame.

    Film de Chang Cheh avec David Chiang, Ti Lung, Li Ching

    Bon équilibre, Chang Cheh a son propre style puissant qu'il utilise dès l'intro cette fois et les rares moments où il bloque la vision derrière des barrières c'est avec parcimonie.
    On peut rechigner sur le mélodrame et son histoire homo-érotique originale. Le manchot tire la tronche quand la seule fille du coin lui fait du rentre dedans et devient tout sourire quand arrive un éphèbe à longue épée avec qui il va se promener bras-dessus bras-dessous. C'est pour venger ce dernier tranché en deux que notre héros décime une armée. Mais on sent comme un recul dans le rapprochement avec la fille. Bien que leur embrassade finale soit filmée de loin, ils ont déjà cassé les œufs ensemble juste avant le massacre et peu de pleurs sont accordés au héros tombé.
  • 4
    Bande-annonce

    Un seul bras les tua tous (1967)

    Du bei dao

    1 h 51 min. Sortie : . Drame et arts martiaux.

    Film de Chang Cheh avec Jimmy Wang Yu, Lisa Chiao Chiao, Tien Feng

    Je ne m'attendais pas à une histoire aussi travaillée. Du tragique par deux fois en 10minutes, un héros arrogant qui revoit ses choix de vie, des gentils mais pas trop (dont une peste qui l'handicape) tout un tas de parallèles sur la diminution et une techniques des vilains très particulière et bien sonorisée.
  • 5
    Bande-annonce

    Death Duel (1977)

    San shao ye de jian

    1 h 31 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Chu Yuan avec Derek Yee, Ling Yun, Candice Yu

    Le zoom dramatique devient cliché ? Voici le triple zoom-dezoom dramatique !

    Je suis content. J'aime beaucoup Chu Yuan car c'est magnifique (et Death duel ne fait pas exception dans son enchaînement de décors mélancoliques) mais je boude mon plaisir sur l'intrigue ou sur les combats trop classiques. Ici l'histoire fait le boulot, bien qu'elle ne pousse pas assez à mon goût le mélodrame : la princesse se fait dézinguer hors-champ. Et le combats ne sont pas sur ce lassant rythme binaire. Les groupes se dézinguent façon japonaise et les duels par enchaînement de coups brutaux et d'un peu de voltige. En plus y'a de l'over the top qui fait plaisir, comme les ennemis qui valdinguent à travers le mur.
  • 6
    Bande-annonce

    Hex (1980)

    Xie

    1 h 30 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Kuei Chih-hung avec Tanny Tien Ni, Wong Yung, Chan Sze-kai

    Après Killer constable ce film est magnifique : de l'anamorphique en grand angle qui se déplace dans des décors somptueusement éclairés. Le twist (déjà vu) fonctionne, ce qui semblait être de la comédie exagérée a une explication.

    Et quelle danse https://vimeo.com/127370158#t=4648s (la qualité de la vidéo ne rend pas hommage au film).
  • 7
    Bande-annonce

    Ai Nu, esclave de l'amour (1972)

    Ai nu

    1 h 30 min. Sortie : . Arts martiaux, drame, Érotique et romance.

    Film de Chu Yuan avec Lily Ho, Betty Pei Ti, Yueh Hua

  • 8
    Bande-annonce

    La Guerre des clans (1976)

    Liu xing hu die jian

    1 h 36 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Chu Yuan avec Chung Wah, Yueh Hua, Ku Feng

    Encore une image sublime. Les combats sont d'un style trop classique pour moi mais y'a des efforts de dynamisme dans le découpage, particulièrement les raccords sur des panoramiques dans le derniers combat qui permettent aux personnages de se téléporter dans tout le palais.
    Après m'être un peu emmerdé devant l'intrigue abondante du Poignard volant, l'enchaînement de trahisons maintient l'intérêt avec simplicité. Je regrette peut-être que la déchéance des sabreurs mercenaires ne soient pas plus creusée. Le clodo tatane le méchant et emballe la fille sans difficulté et son pote alcoolique est sous exploité. J'imagine que les romans creusent ses aspects.
  • 9

    Lady with a Sword (1971)

    Feng Fei Fei

    1 h 25 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Kao Pao-shu avec Lily Ho, James Nam Gung-fan, Wang Hsieh

    L'histoire se suit bien. Y'a un p'tit ventre mou au milieu, mais bon avec des enfants acteurs on peut difficilement faire mieux et le gamin se débrouille en roulade et est plus crédible que la gamine qui dézingue trois gardes dans Twin swords. On débute par un viol qui tourne au meurtre. Justice doit être faite mais l'implication de deux familles fortement liées côtés meurtrier et victime complique les choses.
    Avec enjeux les combats sont engageants et d'autant plus brutaux. Le sang continuera de couler des deux côtés. Les méchants ont des mises à mort audacieuses (impliquant une bûche et un sabre ou par leurs armes une bonne vieille pendaison doublée de coups de poignard). Des combats dynamiques : plans longs, courts, vues subjectives (sans en abuser), très, à la limite du trop, accélérés ; et avec des armes que je n'ai pas souvent vu : trident, fouet, dagues de jet.
    Le maniérisme d'un flash-back dans un split-screen surprend au milieu de ces effets brusques.

    En plus le compositeur partage mon amour pour Tatouage dont il insère plusieurs fois la musique. Un homme de goût.
  • 10
    Bande-annonce

    Shaolin Intruders (1983)

    Sam chong Siu Lam

    1 h 26 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Tang Chia avec Derek Yee, Lau Yuk-Pok, Jason Pai Piao

    Bourré d'idées toutes plus fun les unes que les autres, surtout lorsqu'il s'agit de passer un groupe moine Shaolin armés de lances ou de bâtons. Un peu molle, la réalisation n'est malheureusement pas au niveau de tout ce délire. Dommage de voir un duel en équilibre sur des bancs être en grande partie filmé en contre-plongé pour ne pas voir les pieds.
    Et le combat final a peu d'enjeux à partir du moment où le héros à l'air de pas trop mal encaisser les coups de la masse maousse du méchant.
  • 11

    What Price Honesty? (1981)

    Mu wu wang fa

    1 h 29 min. Sortie : 1981. Policier et action.

    Film de Patrick Yuen Ho-Chuen avec Jason Pai Piao, Sun Chien, Danny Lee

    Ils m'ont fait rire ces héros intègres qui en bon flics sont des brutes épaisses prêtes à démolir le quartier juste pour arrêter un voleur de pomme. Après j'ai trouvé le temps long, ça discute trop pots de vin, même si ponctuellement ça tranche sévère. Au moins c'est joli et bien filmé quoique le montage est un peu dégénéré mais je préfère ça à du combat classique sobrement mis en valeur.
    L'attente est récompensée. Le héros bafoué enchaîne les combats contre les pourris : 1v1, 1v3, 1v30... Et la pluie tombe pour rendre cette ville encore plus boueuse. Quoi de plus beau que des gouttes s'éparpillant sur les sabres et du sang dilué sous des trombes d'eau ?
    Avant dernier combat : https://youtu.be/WBxs6g_Shp0
  • 12
    Bande-annonce

    Le Sabre infernal (1976)

    Tien ya ming yue dao

    1 h 33 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Chu Yuan avec Ti Lung, Lo Lieh, Ching Li

    Ce sabre trace de combats en combats à la mise-en-scène variée avec de courts intermèdes aux jolies rencontres (la prostituée malade). Dommage que les éléments, le décor du jeu d'échecs et la lame à angle droit, ne soient pas vraiment utilisés.
  • 13
    Bande-annonce

    Le Complot des Clans (1977)

    Chu liu xiang

    1 h 27 min. Sortie : . Aventure et arts martiaux.

    Film de Chu Yuan avec Ti Lung, Yueh Hua, Li Ching

    Pas exceptionnel au début : une enquête qui se laisse suivre, des combats manquants un peu de folie et de beaux décors comme Chu Yan sait les filmer avec classe. C'est déjà pas mal en fait.
    Mais faut tenir jusqu'à la dernière partie dans un gynécée sous-terrain de toute beauté kitsch en carton pâte évident et assemblages de blancs et de lumières voyantes. Une vrai belle scène de voyeurisme sur deux amants dont le complot n'est pas scellé, ce que Chu Yuan illustre magnifiquement avec des travellings floutant derrière des voiles un personnage puis l'autre en fonction de l'évolution de la discussion. Et ces retournements de situations durant le dernier combat sanglant comme il se doit !
  • 14

    Haunted Tales (1980)

    Die xian

    1 h 33 min. Sortie : . Fantastique, Épouvante-horreur, thriller et sketches.

    Film de Chu Yuan et Mou Tun-fei avec Ching Li, Ling Yun, Lin Chen-chi

    Décidément Chu Yuan ça bute. Son esthétique baroque s'accommode parfaitement de l'horreur et le gore n'est pas étranger à la Shaw. Problème (mineur pour moi) : les mannequins et effets, qui passent à la vitesse de l'éclair dans un wu xia, font bien moche dans des plans plus longs. Je me demande si le coup de génie de cette première partie n'est pas d'avoir inclus des trucs complètement incohérents (les fantômes appellent un médecin, où les différentes balades entre voisins et tombes que j'ai du mal à comprendre) juste pour masquer la simplicité de l'intrigue qui dévoile un accident assez vite.

    La seconde partie, mon dieu ! C'est un peu l'antithèse de la 1ère : beaucoup plus crue et vulgaire. De l'érotique qui contrairement à mes habitudes japonaises ne fait pas dans le chichiteux, un final débilement crade et plein d'autres joyeusetés que peut se permettre un nouveau riche vulgaire.
  • 15
    Bande-annonce

    Demon of the Lute (1983)

    Liu zhi qin mo

    1 h 41 min. Sortie : . Fantastique et arts martiaux.

    Film de Tang Tak-cheung avec Chin Siu-ho, Kara Hui, Kei Kong-hung

    Moi qui aime lancer un film sans rien en savoir (sauf la note de mes éclaireurs) j'ai pris un peu peur au carton d'introduction énonçant le programme : un film pour gosse. Surtout que je m'étais réservé 2h pour voir ça sur un écran de 15mètres (pas la meilleure des idées vu que la copie est propre mais géniale).

    Du coup c'est décomplexé et super fun. Pas de gore mais de l'improbable, des costumes au jeu trèèès souriant des acteurs en passant par la musique (allant de synthé guilleret à des riffs de rocks énervés).
    Y'a quelques passages humoristiques vraiment douloureux mais le reste donne le sourire, de la débilité soignée.
  • 16

    The Twin Swords (1965)

    Yuan yang jian xia

    1 h 28 min. Sortie : . Arts martiaux et musique.

    Film de Hsu Tseng-Hung avec Jimmy Wang Yu, Chin Ping, Ivy Ling Po

    Une dynamique de groupe et plusieurs héros éparpillés qui donnent de la variété à mener en parallèle des combats sanglants ou des scènes de tension à cause des pièges semés dans le temple. Ma plongée récente dans le genre doit faire de moi un spectateur crédule car j'accueille avec émerveillement les plus primitifs des rebondissements.
    Le film fait surtout son âge dans les dialogue solennels (cette héroïne rouge insupportable qui blablate musique pendant que des innocents brûlent). Et la fin réglée en une pichenette ne tient pas ses promesses de combat de magiciens.
  • 17
    Bande-annonce

    Camp d'amour pour chiens jaunes (1973)

    Nu ji zhong ying

    1 h 50 min. Sortie : . Action et drame.

    Film de Kuei Chih-Hung avec Lo Lieh, Birte Tove, Wang Hsieh

    Je suis surpris de la moyenne du film, ça a faillit me dissuader de le voir mais la titraille dégueulassement raciste a été plus forte. Est-ce qu'il a été vu par des amateurs de la Shaw qui n'ont que peu d'amour pour le cinéma érotique ? Parce que ouais les bastons sont nazes alors qu'il y avait des terrains de jeu prometteurs : cascade ou colline et baston en pente.
    Mais ça délivre ce qu'il affichait. De la torture (soft, pas de quoi dégouter) sur un casting international de blondes, rousse, brunes dans un camp en pénurie de culottes. Puis au moment où la lassitude pourrait arriver une évasion, une deuxième, une fuite et une histoire pulp d'or à trouver avant l'ennemi. De l'aventure bien filmée : Kuei Chih-hung est à la caméra prêt à noyer son image à la plastique égale aux actrices de lens-flares tri-colores.
  • 18
    Bande-annonce

    Bastard Swordsman (1983)

    Tian can bian

    1 h 30 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Tony Liu Jun-guk avec Norman Chu, Lau Wing, Wong Yung

    Un peu le même avis que Holy flame. Les combats magiques en apesanteur me plaisent moins que le brutal qui tanne la peau ancré au sol, mais le joyeux bordel saturé au découpage rapide est plaisant à suivre. Il manque un peu de beaux décors comme la Shaw pouvait en construire et peut-être une écriture plus poignante des passages sentimentaux.
  • 19
    Bande-annonce

    Les 14 Amazones (1972)

    Shi si nu ying hao

    2 h 02 min. Sortie : . Arts martiaux et aventure.

    Film de Cheng Kang et Charles Tung Shao-yung avec Lisa Lu, Ivy Ling Po, Lily Ho

    C'est brutal (la triple décapitation suivie d'un embrochage en plein vol c'est quelque chose), plein d'idées débiles mais jouissives, ça sort du studio... Mais aucune sympathie pour les héroïnes, ce qui m'aurait vraiment fait adorer ce film.
  • 20
    Bande-annonce

    The Boxer's Omen (1983)

    Mo

    1 h 45 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et fantastique.

    Film de Kuei Chih-hung avec Phillip Ko Fei, Elvis Tsui, Wai Ka-man

  • 21
    Bande-annonce

    Seeding of a Ghost (1983)

    Chung gwai

    1 h 29 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, fantastique et romance.

    Film de Richard Yeung Kuen avec Norman Chu, Phillip Ko Fei, Wai Ka-man

    Moins beau que les Kuei Chih-hung dans le même genre du film d'exorcisme (on retrouve les jolis lens-flare du directeur photo commun) mais joyeusement exploitation. Pas très 2021 mais voir une actrice nue valdinguer en cascade dans une maison abandonnée fait plaisir au sadique en moi, pareil pour les bastons pas trop mal et douloureuses. Avec en plus des effets gores plein d'idées comme les récipients qui se remplissent de liquides bouillonnants et la formidable engeance du mal tentaculaire.
  • 22
    Bande-annonce

    Illicit Desire (1973)

    Feng liu yun shi

    1 h 40 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Li Han-Hsiang avec Yueh Hua, Fung Chin-Ping, Fang Mian

    Film à sketch avec le désir et la tromperie pour thématique, sexuelle ou pas.
    Il arrive à être plutôt drôle. Les passages érotiques sont courts et moins réussis. Apparemment le choix des actrices pour ce genre était limité. Au point que je me suis demandé si l'une d'elle n'était pas un travesti (c'était dans le thème tromperie !) avant de la voir nue.
  • 23
    Bande-annonce

    Return of the Bastard Swordsman (1984)

    Biu yi san seung

    1 h 35 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Tony Liu Jun-guk avec Norman Chu, Alex Man, Lau Wing

    Essaie d'être plus varié que le 1er dans les décors et les rebondissements, beaucoup plus de remplissage malheureusement. Un peu moins fou aussi même si très honorable.
  • 24
    Bande-annonce

    Super Inframan (1975)

    Zhong guo chao ren

    1 h 24 min. Sortie : . Action et fantastique.

    Film de Hua Shan avec Danny Lee, Wang Hsieh, Yuan Man-tzu

    Super généreux comme on dit. Pas loin de 10 monstres nuls en 1h25, des décors magnifiques et des saltos au milieu des flammes. Le final est peut-être un peu décevant dans son découpage statique de la méchante dominatrice, mais au moins ils font péter le décor.
  • 25

    The Last Tempest (1976)

    Ying tai qi xue

    1 h 58 min. Sortie : . Arts martiaux et drame.

    Film de Li Han-Hsiang avec Ti Lung, Lisa Lu, Hsiao Yao

    Une intrigue de palais qui tient sur un post-it. Il y a assez peu de scènes, et les majeures durent très longtemps. Bref ça devrait être chiant mais c'est filmé aussi dynamiquement qu'un film de sabre. Zoom dézoom, les pano sur la foule et les décors majestueux (déformés par l'anamorphique), des angles improbables, peu de champ-contre-champ (les angles/valeurs de plans changent ou un recadrage violent au dézoom) etc
    Toute cette agitation pourrait être vaine mais faut croire que le talent rend ces choix judicieux, rendant l'urgence des dialogues de personnages sur les nerfs ou leur présence imposante (l'impératrice qui rentre dans le cadre brusquement avec ses ornements qui balancent).
  • 26
    Bande-annonce

    Le Tigre de Jade (1977)

    Pai yu lao hu

    1 h 44 min. Sortie : . Arts martiaux, action et aventure.

    Film de Chu Yuan avec Ti Lung, Yueh Hua, Ku Feng

    L'accent est trop mis sur l'intrigue d'une vengeance absurdement meurtrière qui est bien menée (bien qu'avec des absurdités du genre "je te sauve pour pouvoir te tuer") et je le répète : ce genre de héros connard jusqu'au boutiste ça fout un peu le cafard mais c'est pas plus mal.
    Le problème c'est qu'on se tape des tunnels de dialogues trop longs pour le peu qu'ils ont a dire "Tu es un traître ! Non ! Si ! Non ! etc". Que les actrices sont trop nulles pour créer l'émotion des déceptions amoureuses, c'est à peine si elles arrivent au bout de leur phrase. Et que les combats sont un peu en retrait, voire un peu confus par moment.
    Au moins c'est fastueux en diable.
  • 27
    Bande-annonce

    Le Bras de la vengeance (1969)

    Du bei dao wang

    1 h 42 min. Sortie : . Action et arts martiaux.

    Film de Chang Cheh avec Jimmy Wang Yu, Lisa Chiao Chiao, Essie Lin Chia

    Plus compliqué à entrer dans celui-là. Une mise en place laborieuse avec des dialogues très répétitifs "On ne sait pas s'ils ont encore en vie" 6x et d'autres que j'ai oublié, des premiers combats pas folichons, en plus deux sont filmés à travers un buisson (...), une histoire bateau de qui a la plus grosse et du neuneu comme les séquences de rêves.
    Y'a tout même de belles séquences de combats de groupe. Chang Cheh a l'air d'utiliser deux styles dans ce film : les duels avec l'amorce du coup et sa conséquence, le mouvement en ellipse (ce qui peut frustrer à force) ; et une façon plus japonaise avec travellings latéraux dans la foule (mais quand même avec des zooms, et j'suis moins sûr y'a peut-être un peu de caméra portée).
    Pour un réalisateur réputé masculin j'ai bien aimé les deux femmes, clichés efficaces de la maman et la putain. La séductrice qui minaude avant de poignarder ses ennemis avec un petit trait d'humour pour sa victime et la paysanne embarquée malgré elle au milieu de ces montagnes de cadavres, effrayée devant les membres tranchés et rajoutant du piquant aux combats en étant plaquée au dos des héros.

    La fin, une attaque de nuit, déboîte tout et fait oublier les réticences du début. Dommage que le générique révèle l'arme du méchant.
  • 28
    Bande-annonce

    Bewitched (1981)

    Gu

    1 h 41 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Kuei Chih-Hung avec Ngaai Fei, Melvin Wong, Fan Lei (1)

    Qu'est-ce que c'est beau, pas que les filles, les décors, la lumière (surtout les lens-flare RVB) etc
    Un peu longuet quand ça enchaîne juste les différents sortilèges. J'aime que le sorcier se tue à lancer ses dizaines de sorts sur un mec mais pour un autre il trafique juste les freins de voiture.
  • 29

    Le Poignard Volant (1977)

    Duo qing jian ke wu qing jian

    1 h 36 min. Sortie : . Arts martiaux.

    Film de Chu Yuan avec Ti Lung, Ching Li, Derek Yee

    Une intrigue et des personnages dont j'ai rapidement décroché. Le découpage des combats en fait peu mais est efficace et y'a pas mal de décors extérieurs.
    Trop de saltos arrière dans le vent dans celui-ci !
  • 30

    Les Griffes de Jade (1971)

    Zhong kui niang zi

    1 h 45 min. Sortie : . Arts martiaux et drame.

    Film de Ho Meng-hua avec Cheng Pei-pei, Lo Lieh, Shih Szu

    Je comprend mieux la popularité de Cheng Pei-pei sur ses consœurs avec ce film, surtout en comparaison des bouffonneries de Shih Szu.

    La photo est sublime : de beaux extérieurs naturels, comme de beaux intérieurs pour des combats nocturnes. L'histoire sympathique, une tête brûlée cherche à devenir l'élève d'une experte qui se fait discrète depuis une blessure contre un grand méchant et un triangle amoureux avec le brave Lo Lieh, est plombée par quelques longueurs. Et la réalisation n'aide pas. Foireuse dans les combats, elle ne rend pas plus dynamique les tunnels de dialogues.

    Dommage pour ce dernier défaut de taille car c'est plein de charmes. Et je dois citer un jeté de playmobil dans un ravin en conclusion d'une grande scène d'action.
  • 1
  • 2