Les meilleurs films avec Al Pacino selon Pikbilis

Si vous avez hiberné ces 50 dernières années dans une grotte en Antarctique en mangeant du pingouin tous les jours, le nom d'Al Pacino ne vous dira peut-être rien. Sinon vous saurez sans doute de quoi je veux parler en qualifiant ce brun ténébreux de nouveau visage de l'italo-américanité emprunté par ...

Afficher plus

Liste de

11 films

créee il y a 3 mois

 · 

modifiée il y a 3 mois

Le Parrain - 2e Partie
8.3
1.

Le Parrain - 2e Partie (1974)

3 h 20 min. Sortie : 27 août 1975 (France). Drame, Gangster

Film de Francis Ford Coppola

Pikbilis a mis 9/10.

Annotation :

Michael Corleone a pris du galon et de l'assertivité, il est devenu parrain. Al Pacino incarne un Michael dur et autoritaire étouffé par les responsabilités et les contradictions familiales. Il est devenu mélancolique (la scène de la famille réunie tirée du premier) dans cette grande fresque d'un clan constamment au bord de la rupture. Michael/Pacino vit dans l'ombre du premier parrain (le film comme l'homme), il perpétue par devoir communautaire la tradition mais son esprit est ailleurs, dans son rêve de normalité et d'intégration, qu'il a renié pour ne pas avoir à renier la tradition. Le Parrain 2ème Partie est un grand film sur le poids de la tradition et les liens du sang qui s'y rattachent.

Le Parrain
8.5
2.

Le Parrain (1972)

2 h 55 min. Sortie : 18 octobre 1972 (France). Policier, Drame

Film de Francis Ford Coppola

Pikbilis a mis 9/10.

Scarface
7.6
3.

Scarface (1983)

2 h 50 min. Sortie : 7 mars 1984 (France). Drame, Gangster

Film de Brian De Palma

Pikbilis a mis 9/10.

Annotation :

Remake du premier Scarface, cette fois un italo-américain prend l'accent hispanique pour jouer le rôle d'une pourriture cubaine, au lieu d'un austro-hongrois (Paul Muni) incarnant un mafioso ritaloricain du film d'Howard Hawks. Glissement de la stigmatisation d'une minorité vers une autre minorité avec en toile de fond chaque fois la question de l'immigration, la façon dont elle est accueillie par les autorités, et par le système économique en place ("des mains faites pour l'or mais qui sont dans la merde")... Les répliques sont cultes, les scènes iconiques s'enchaînent, la tension grimpe, et grâce à son surjeu empli de nervosité, Al Pacino parvient à interpréter ce portrait caricatural d'un homme sur le qui-vive. L'investissement physique (son corps, sa gestuelle et sa parole) d'Al Pacino dans le rôle de Tony Montana confère l'obscurité nécessaire au rôle et son aura malveillante.

Heat
7.8
4.

Heat (1995)

2 h 50 min. Sortie : 21 février 1996 (France). Policier, Drame, Thriller

Film de Michael Mann

Pikbilis a mis 9/10.

Annotation :

Heat est une affaire de symétrie. Celle entre deux hommes que les professions, légale et illégale, séparent. L'accent est mis sur le négatif d'une trajectoire par l'autre, la coprésence des deux acteurs à l'écran dans un plan d'ensemble signifiant l'annulation des deux. Celle d'une réalisation clinique, voire métronomique, renforcée par un filtre bleu-glace permanent, d'un cinéma des angles morts, l'un échappant toujours au rétroviseur de l'autre, dessinant deux destins enchaînés qui se cherchent, se fuient, échappent au face-à-face sous haute tension direct pour la confrontation image contre négatif, filmographie versus filmographie, et qui, malgré tout, parvient à inspirer un vague sentiment de respect mutuel entre deux monstres sacrés.

L'Impasse
8.1
5.

L'Impasse (1993)

2 h 24 min. Sortie : 23 mars 1994 (France). Drame, Gangster

Film de Brian De Palma

Pikbilis a mis 8/10.

Annotation :

Le héros de L'Impasse est une sorte d'antithèse du Scarface du même réalisateur avec Al Pacino dans le rôle principal. Le jeu d'Al Pac' est moins hystérique, Carlito Brigante est un genre de Tony Montana qui aurait évolué, aurait acquis une position, troquant l'instabilité pour la stabilité. Beaucoup plus réfléchi, Al Pacino abandonne ici le surjeu légendaire de la partition de Scarface pour un rôle de truand imperturbable, ayant toujours un coup d'avance.

Le Temps d'un week-end
7.1
6.

Le Temps d'un week-end (1992)

2 h 37 min. Sortie : 24 mars 1993 (France). Drame

Film de Martin Brest

Pikbilis a mis 8/10.

Annotation :

'Le Temps d'un week-end' dresse le portrait sans stéréotype d'un handicapé cynique et aigri, joué par Al Pacino, à la suite de Vittorio Gassman. Il s'agit d'une performance tout bonnement époustouflante, accédant à un niveau de subtilité rarement atteint. L'officier ne peut plus faire "grand chose", son corps prononce timidement un "oui" résigné du bout des doigts, mais sa langue prononce un "non" digne du bout des lèvres rebelles. Il se venge par la parole, de préférence "toxique", des aléas de la vie. La scène de danse révèle un être capable d'un raffinement exquis, sous l'influence puissante des fragrances moites et voluptueuses que ses narines hument, un monde de sensations inconnues, plongé dans l'obscurité. Le film est également une belle mise en abîme du métier d'acteur, Al Pacino y jouant un martyr poseur, tourmenté, supplicié et déterminé à faire valoir sa dignité.

Un après-midi de chien
7.9
7.

Un après-midi de chien (1975)

2 h 05 min. Sortie : 30 janvier 1976 (France). Gangster, Drame

Film de Sidney Lumet

Pikbilis a mis 8/10.

Annotation :

Al Pacino nous montre un autre registre dont il est capable. Celui de jouer le rôle d'un homosexuel braqueur du dimanche pour financer la transition de son petit ami. Ce gangster improvisé se laisse encercler par les forces de l'ordre, s'ensuit une vague de négociations entre le forcené et la police. La tension ne fait que monter crescendo. Pacino s'investit physiquement dans ce grand-huit émotionnel, où les montées d'adrénaline sont palpables, alternant avec l'angoisse de ne pas voir le soleil se coucher. Son maniement de la rhétorique lui vaut l'acclamation de la foule, qui prend partie pour lui, l'héroïse. Est-il injuste de condamner un homme agissant pour la bonne cause (ou une cause personnelle) à une mort certaine ?

Panique à Needle Park
7.2
8.

Panique à Needle Park (1971)

1 h 45 min. Sortie : 1 juin 1971 (France). Policier, Drame, Romance

Film de Jerry Schatzberg

Pikbilis a mis 8/10.

Annotation :

Al Pacino a pris le rôle tellement à cœur, qu'il continuait à aller voir les camés après le tournage. Il lui a fallu se mettre dans la peau d'un junky, en mode caméléon barbituré, loin de la vision stéréotypée véhiculée par les médias. C'est en effet du cinéma, du grand, et pas un vulgaire documentaire adoptant un point de vue partial sur la toxicomanie. Effectivement, le film adopte le point de vue d'une romance sous l'emprise de la drogue. Un premier "premier rôle" bourré d'empathie, remarquablement interprété par Al Pacino.

Révélations
7.5
9.

Révélations (1999)

2 h 37 min. Sortie : 15 mars 2000 (France). Biopic, Drame, Thriller

Film de Michael Mann

Pikbilis a mis 8/10.

Annotation :

Un biopic courageux, sachant pertinemment faire escalader la tension jusqu'aux fameuses révélations sur les mensonges de l'industrie du tabac. Les nerfs à vif, Al Pacino donne la réplique à Russell Crowe, pour le pousser à la confession, avec toute l'adresse rhétorique, l'emportement, la spontanéité, inhérents au métier de journaliste d'investigation, travail de l'ombre, auquel son charisme ombrageux colle parfaitement. La thématique mannienne du respect viril entre deux hommes qui vont se familiariser, apprendre à se connaître et s'apprécier réciproquement atteint une nouvelle apogée. Michael Mann réalise un thriller électrique plus qu'appréciable.

Cruising - La Chasse
7
10.

Cruising - La Chasse (1980)

1 h 42 min. Sortie : 23 septembre 1980 (France). Policier, Drame, Thriller

Film de William Friedkin

Pikbilis a mis 7/10.

Annotation :

Al Pacino endosse le costume de flic infiltré dans le milieu gay extrême. La réalisation, signée Friedkin, montre tout, les dérives et la sexualité extrême de ce milieu, à tel point que le film jugé homophobe fait scandale à sa sortie. On peut le comprendre. L'acteur nous révèle une autre facette de sa personnalité, féminine et dans un registre fébrile. Concernant ce qui me paraît être un film fidèle à ses promesses, à la fois assez réaliste et fantasmagorique : comment ne le serait-il pas ? On parle de sexe de la façon la plus crue qui soit...

Insomnia
6.6
11.

Insomnia (2002)

1 h 58 min. Sortie : 6 novembre 2002 (France). Thriller

Film de Christopher Nolan

Pikbilis a mis 7/10.

Annotation :

Robin Williams filmé à contre-emploi (en maniaque sadique). Al Pacino inoubliable en flic dans le brouillard de l'insomnie. Si Insomnia est le grand film de Christopher Nolan, cela se doit d'abord aux performances du duo de deux acteurs de légende.