👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Top des meilleurs livres russes

Quels sont les meilleurs romans russes ? De "Crime et Châtiment" (1866) à "Anna Karénine" (1877) en passant par "Guerre et Paix" (1865) ou encore "Les Frères Karamazov" (1880), cette liste de 50 livres devrait vous donner un bon panorama, si vous cherchez un bon roman russe à lire. Dans le monde de ...

Afficher plus

443 membres ont répondu

Les Frères Karamazov
8.6
2.

Les Frères Karamazov (1880)

(traduction André Markowicz)

Brat'ya Karamazovy

Sortie : 2002 (France). Roman

livre de Fiodor Dostoïevski

Résumé : Il y a le père, Fiodor Pavlovich, riche, malhonnête et débauché, et ses trois fils légitimes : Mitia, impulsif, orgueilleux, sauvage ; Yvan, intellectuel, raffiné, intransigeant ; Aliocha, sincère, pieux, naïf. Et puis il y a le fils illégitime, Smerdiakov, libertin cynique vivant en serviteur chez son père. L'un d'eux sera parricide. Roman complet et flamboyant, Les Frères Karamazov rassemble une intrigue policière, plusieurs histoires d'amour, des exposés théologiques et métaphysiques éblouissants et des personnages inoubliables déchirés par leurs conflits intérieurs.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres de Fédor Dostoïevski

- Les meilleurs pavés littéraires

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

- Les meilleurs romans naturalistes

- Les meilleurs classiques de la littérature

- Les livres à emporter dans les forêts de Sibérie

- Les meilleures introductions de livres

- Les livres qu'on commence mais qu'on ne finit pas

Guerre et Paix
8.2
3.

Guerre et Paix (1865)

(traduction Elisabeth Guertik)

Война и мир (Voyna i mir)

Sortie : 1953 (France). Roman

livre de Léon Tolstoï

Résumé : 1805. Les Bolkonsky, les Rostov et les Bézoukhov sont les protagonistes d'une chronique familiale où l'aristocratie se prend au jeu des manipulations.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs pavés littéraires

- Les meilleurs romans historiques

- Les livres qu'on commence mais qu'on ne finit pas

- Les livres à emporter dans les forêts de Sibérie

- Les meilleurs classiques de la littérature

- Les meilleurs romans naturalistes

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

- Les meilleures histoires d’amour dans la littérature

Anna Karénine
8.1
4.

Anna Karénine (1877)

(Traduction Henri Mongault)

Anna Karenina

Sortie : 1936 (France). Roman

livre de Léon Tolstoï

Résumé : En gare de Moscou, deux jeunes gens s'aiment au premier regard. Femme d'un haut fonctionnaire, ornement de la société tsariste de son temps, Anna Karénine éblouit le frivole comte Vronsky par sa grâce, son élégance et sa gaieté. À ce bonheur, à cette passion réciproque porteuse de scandale et de destruction, ils ne résistent pas longtemps. En écho à cette tragédie programmée, on entend toute l'âme d'un peuple et les premiers craquements de l'Empire russe en train de se lézarder.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres avec une héroïne

- Les meilleurs pavés littéraires

- Les meilleures histoires d’amour dans la littérature

- Les livres qu'on commence mais qu'on ne finit pas

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

- Les meilleures introductions de livres

- Les meilleurs classiques de la littérature

- Les livres à emporter dans les forêts de Sibérie

L'Idiot
8.4
5.

L'Idiot (1870)

(traduction André Markowicz)

Idiot

Sortie : 1993 (France). Roman

livre de Fiodor Dostoïevski

Résumé : Le prince Mychkine est un être fondamentalement bon, mais sa bonté confine à la naïveté et à l'idiotie, même s'il est capable d'analyses psychologiques très fines. Après avoir passé sa jeunesse en Suisse dans un sanatorium pour soigner son épilepsie, il retourne en Russie pour pénétrer les cercles fermés de la société russe, sans sou ni attache, mais avec son titre de noblesse et un certificat de recommandation en poche...

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres de Fédor Dostoïevski

- Les meilleurs pavés littéraires

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

- Les livres qui ne peuvent se lire qu'en format papier

- Les meilleures histoires d’amour dans la littérature

- Les meilleurs classiques de la littérature

Le Joueur
7.7
7.

Le Joueur (1866)

(traduction André Markowicz)

Игрок (Igrok)

Sortie : 1991 (France). Roman

livre de Fiodor Dostoïevski

Résumé : Alexeï Ivanovitch, au service d'un général à la retraite, arrive en Allemagne. Il revoit Pauline, la belle-fille du général, dont il est amoureux.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres de Fédor Dostoïevski

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

Les Démons
8.7
8.

Les Démons (1871)

(traduction André Markowicz)

Bésy

Sortie : 1871 (France). Roman

livre de Fiodor Dostoïevski

Résumé : Des révolutionnaires veulent renverser l'ordre établi. Le chef souhaite qu'un aristocrate, fascinant tout le monde, prenne sa place à la tête du groupe.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres de Fédor Dostoïevski

- Les meilleurs pavés littéraires

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

Les Âmes mortes
7.8
9.

Les Âmes mortes (1842)

(Traduction Henri Mongault)

Myortvyje dushi

Sortie : 12 juillet 1973 (France). Roman

livre de Nicolas Gogol

Résumé : Jeune escroc ambitieux, Tchitchikov débarque dans la ville de N. Charmeur, drôle, attentionné, il séduit bien vite les notables locaux par ses bonnes manières et son entregent. Mais tout change quand il leur fait une curieuse proposition : il veut acheter leurs morts. Car les propriétaires terriens doivent payer un impôt pour leurs serfs, y compris ceux qui sont morts dans les cinq dernières années. Le héros compte placer ces « âmes mortes » sur un terrain fictif qu’il pourra hypothéquer à la banque. Cette combine pourrait lui rapporter gros… et cet étrange marché met la ville de N. en émoi. Comédie noire, le roman dénonce toutes les tares de l’Empire russe : la corruption des élites et la misère des masses. Paru en 1842, il fait immédiatement scandale. Avec cette farce absurde, véritable odyssée de la bassesse, Gogol pointe la médiocrité de l’âme humaine. De la vieille propriétaire avare à l’alcoolique obsédé par le jeu, des notables stupides aux fonctionnaires véreux, il dresse une terrible galerie de portraits de la noblesse russe. Les véritables âmes mortes, ce sont bien eux.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres satiriques

- Les livres qui ne peuvent se lire qu'en format papier

- Les livres qu'on commence mais qu'on ne finit pas

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

Roman avec cocaïne
8.1
11.

Roman avec cocaïne (1934)

Roman s kokainom

Sortie : 1983 (France). Roman

livre de M. Aguéev

Résumé : Portrait psychologique d’un adolescent moscovite et de ses expériences avec les femmes et la cocaïne, à la veille de la révolution de 1917.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres sur la drogue

Une journée d'Ivan Denissovitch
7.7
12.

Une journée d'Ivan Denissovitch (1962)

(trduction Jean et Lucie Cathala)

Odin den' Ivana Denisovicha

Sortie : 1973 (France). Roman

livre de Alexandre Soljenitsyne

Résumé : Prisonnier depuis huit ans dans un camp de travaux forcés en Asie centrale sous le régime stalinien, Ivan Denissovitch Choukhov, petit homme bon et débrouillard, est un zek, un détenu dans le langage administratif soviétique. Harcelé par ses bourreaux, le froid et la faim, il s'efforce de survivre avec dignité. Alexandre Soljenitsyne nous plonge dans le quotidien d'une victime des camps de travail, et c'est toute l'horreur de cet univers " hors la vie " qui nous saute au visage. En 1962, avec ce texte inoubliable écrit en deux mois dans une langue vive, truculente et lyrique, Soljenitsyne et le monde du goulag entraient en littérature.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs romans historiques

Oblomov
8.2
13.

Oblomov (1859)

(traduction Luba Jurgenson)

Обломов

Sortie : 1859 (France). Roman

livre de Ivan Gontcharov

Résumé : Oblomov, dans le moelleux de sa vieille robe de chambre orientale, est un propriétaire terrien. Un personnage qui laisse passer le temps. Parler de paresse serait trop simple. Oblomov se livre plutôt à une sorte de rêverie utopique et engourdissante. Alors il peut renouer avec les dorlotements de son enfance. Proie facile, il est exploité, grugé, dépouillé par son entourage. Et sa fiancée Olga a bien du mérite à vouloir le sauver. En fait, Oblomov va tout perdre, jusqu’à sa santé. Mais dans une sorte de bonheur léthargique, d’humilité et d’accomplissement accepté du destin. Publié en 1858, le roman de Gontcharov est l’un des plus grands romans de la littérature russe du XIXe siècle. Tour à tour émouvant, drôle, tendre, avec des moments de lyrisme teintés parfois d’érotisme. « Une œuvre capitale », disait Tolstoï. « Servie par un talent éblouissant », ajoutait Dostoïevski.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres satiriques

La Fille du capitaine
7.3
14.

La Fille du capitaine

Kapitanskaïa dotchka

Sortie : 1836 (France). Roman

livre de Alexandre Pouchkine

Résumé : A l'âge de seize ans, sur ordre de son père, Piotr Andréïtch Griniov gagne le fort de Bélogorsk où il va servir et, parce qu'il est noble, devenir d'emblée officier. Quoique la vie de garnison ne fût pas faite pour le séduire, son existence devient vite plaisante, en particulier grâce à la présence de Maria Ivanovna, la fille du capitaine, qu'il souhaiterait épouser. Mais, au début d'octobre 1773, on apprend que le cosaque Pougatchov vient de réunir une bande de brigands et se fait passer pour Pierre III, le défunt époux de Catherine II : il ne va pas tarder à prendre le fort d'assaut et ce sera, pour Griniov, l'occasion de montrer qu'il est bien le « chevalier » de Macha. La rébellion de Pougatchov a réellement eu lieu et Pouchkine lui a consacré un livre d'histoire avant de faire paraître en 1836, quelques semaines avant sa mort, La Fille du capitaine. Mais, dans ce roman historique, c'est à Griniov qu'il laisse le soin de raconter à la première personne les menées de ce Pougatchov qu'il affronte et qui, sous ses yeux, sous les nôtres, entre deux moments de férocité, se montre aussi capable d'humanité : fasciné par l'abîme, le brigand devient fascinant.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs romans historiques

Les Carnets du sous-sol
8.2
15.

Les Carnets du sous-sol (1864)

(traduction André Markowicz)

Zapiski iz podpol'ia

Sortie : 1992 (France). Roman

livre de Fiodor Dostoïevski

Résumé : Réfugié dans son sous-sol, le narrateur dévide un monologue où il fait le juste procès du monde moderne et de toute son hypocrisie.

Aussi présent dans :

- Les meilleurs livres de Fédor Dostoïevski

- Les meilleurs livres de moins de 200 pages

- Les meilleurs livres du XIX° siècle

Envie de participer au classement ?

Partager vos connaissances en participant

Un résultat étrange ? Une idée de sondage ? N'hésitez pas à utiliser le Feedback