C'était pas leur guerre

Avis sur Expendables 2 : Unité Spéciale

Avatar Plug_In_Papa
Critique publiée par le (modifiée le )

Deux ans après un premier essai sympathique mais mal branlé Stallone remet le couvert avec sa réunion d'anciens combattants du film d'action. Au programme on retrouve donc Sylvester Stallone ainsi que Terry Crews, Dolph Lundgren, Randy Couture, Jet Li, Jason Statham mais aussi Bruce Willis, Arnlod Schwarzenegger,Chuck Norris et Jean-Claude Van-Damme. Rien que ça. Il y a aussi l'arrivée d'une femme prête elle aussi à tirer dans le tas avec Nan Yu. Une liste qui a de quoi émoustiller n'importe quel amateur de cinéma burné. Ce casting pléthorique est évidemment le point fort du film, c'était déjà le cas du premier film mais cette fois Willis, Schwarzi et Chuck prennent les armes et envoient la purée comme il faut... même si les deux derniers n'ont sans doute jamais aussi mal joué de leur carrière.

Cet empilement homérique de grands noms est aussi une des principale limite du film.
Premièrement il est curieux de voir que les seules scènes où Lundgren et Crews brillent sont des scènes comiques (pour le coup assez drôle d'ailleurs) et qu'à côté ils ne bénéficient pas de vrais moment d'action remarquable, contrairement au premier où tout le monde avait le droit à sa petite scène spécifique.
Deuxièmement le film a été fait en fonction des plannings de chacun et l'ensemble n'a strictement aucune cohérence. Jet Li est évacué au bout de 15 minutes de façon particulièrement naze. Willis, Schwarzenegger et Norris sont en fait de simple Deus Ex Machina, insérés au chausse-pied dans un récit abscons. Les clins d'oeils sont parfois drôle (les nombreuses allusions et détournements de références aux différentes carrières de chacuns) mais aussi parfois vraiment lourdingue. "I'll be back" une fois ça va, trois fois ça passe moins. Au final le résultat n'est pas toujours à la hauteur des promesses ou du potentiel.

Le principale problème du premier film, Sylvester Stallone à la réalisation, a été pris en compte puisque désormais c'est Simon West (Con Air, Lara Croft) qui occupe le poste. La carrière du bonhomme parle pour lui : c'est globalement un tâcheron et ce n'est pas avec Expendables 2 que cela va changer. Une scène du film voit nos mercenaires rigoler en voyant des villageois leur tirer dessus à bout-portant sans réussir à les toucher. On a vraiment le même sentiment avec les techniciens du film : ils sont arrivés ont filé le matos à des ploucs de la montagne. En effet le film est, d'un point de vue purement esthétique, vraiment abominable. La moitiés de plans sont soit flous, soit tournés au camescope SD (dans les faits ça ne doit pas être le cas mais à l'écran le résultat est le même). Le cadrage est approximatif, la photo est plutôt laide, le montage toujours aussi bordélique et de nombreux effets numériques ratés viennent gâché un certain nombre de scène (l'explosion du tank par exemple). Là encore la prod signée "nu image" semble avoir torpillé le film, on comprends vite où sont passé les 100 millions de dollars de budget, uniquement dans le casting.

On nage régulièrement en plein amateurisme... lorsque tu as un plan où Schwarzenegger, Stallone et Willis tirent derrière un léger écran de fumée, comment peut-on être assez stupide pour faire le point sur l'écran de fumée et pas sur les stars, qui ont donc englouti tes 100 millions de dollars, situées derrières ? Certains sont capable de tourner vite et bien... visiblement Simon West n'est pas de ceux-là.
Un je m'en foutisme vraiment agaçant que n'aurait pas renié Robert Rodriguez.
Les scènes d'actions s'en trouvent une nouvelle fois castrée par ces errances techniques impardonnables. Dommage car dans l'ensemble il y a du potentiel, comme cette séquence d'ouverture furieuse en forme d'hommage à Mad Max, moment fou-fou que la suite du film peinera à égaler en terme d'intensité.

Pourtant le film est vraiment sauvé par une chose. Cette chose c'est Jean-Claude Van Damme. En grand méchant de service (qui s'appelle d'ailleurs "Vilain", tout simplement) il est vraiment parfait, laissant sa folie douce déborder dans chaque scène où il apparaît. Il brille également dans la meilleure scène du film, le mano a mano final qui tranche vraiment avec les autres scènes d'action se résumant à des tirs de mitraillette ininterrompus en champs/contre-champs hystérique et peu inventifs et donc un brin fatiguant à la longue. Un numéro d'acteur et d'athlète réjouissant qui met paradoxalement en lumière les failles d'un personnage sous-exploité. Le fait qu'on ne sache strictement rien de son histoire et de ses motivations participe, à la rigueur, à l'intérêt de ce rôle de psychotique. En revanche le fait qu'il n'ait QU'UNE SEULE scène d'action de tout le film est un véritable scandale. Un scandale surtout quand on voit bien que du lot des papys Van Damme est encore celui qui lève le mieux la jambe. Il lui manque une bonne grosse baston où il a le dessus pour en faire un méchant digne de ce nom. Las, le film préfère empiler anarchiquement les caméos et les clin d'oeil, le trop est définitivement l'ennemi du bien.

En 2010, à la sortie de la séance du premier Expendables j'écrivais ceci :

"Ce que The Expendables prouve c'est que le film d'action d'aujourd'hui manque de couilles (ici il y en a et avec pleins de poils), manque d'acteurs emblématiques (ici il n'y a que ça) et manque de réalisateurs digne de ce nom (ici c'est exactement ce qui fait défaut)."

En 2012, à la sortie de la séance du second Expendables le constat reste malheureusement le même, mais désormais il est difficile de lui trouver des excuses. Plus Drôle, plus décérébré encore, le film ne se prend pas au sérieux, tant mieux. Malheureusement il commet l'erreur de ne pas avoir été fait avec sérieux non plus. Toute la force du casting ne rattrape jamais la façon, parfois déplorable, dont il est exploité... et surtout inexploité comme avec Lundgren ou Jet Li. Crime de lèse-majesté s'il en est.

Un film incapable de voir son vrai potentiel, un pur produit marketing. Exemple révélateur : tous ceux ayant vu la bande annonce auront pratiquement vu 100% du temps de présence de Schwarzenegger, Norris et Willis dans le film final. Ce qui aurait du être une réunion de pote sympa et jouissive se transforme soudain en un simple défilé de fantôme venu là pour payer les impôts sans trop se fouler. Vu le niveau actuel des films d'action américains, Expendables 2 gagne forcément, oui. Mais c'est vraiment une victoire par défaut, avec de tels noms à l'affiche c'est tout de même un comble d'en arriver là. Le film d'action Old School semble incapable de renaître de ses cendres, faute de combattants derrière la caméra.
The Raid reste donc, de très loin, le meilleur film d'action bourrin, jouissif et ultra violent de 2012. La fureur de certains passages, toujours bordélique mais plus lisible que dans le premier, et l'incroyable charisme de Jean-Claude Van Damme rattrape un film qui a tout de même un vieil arrière goût de foutage de gueule.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1109 fois
45 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de Plug_In_Papa Expendables 2 : Unité Spéciale