Même pas mal !

Avis sur Insensibles

Avatar KillerPanda
Critique publiée par le

David Martel, un brillant neurochirurgien, survit miraculeusement à un accident de voiture, dans lequel sa compagne meurt. Il est amené après divers examens, à apprendre qu’il est gravement malade et condamné. Il va devoir alors retrouver ses parents biologique afin de subir une greffe de moelle osseuse et survivre. Ressortent alors des faits passés, sur fond de guerre civile, où des expérimentations étranges sur des enfants insensibles à la douleur sont pratiquées … Que va t’il alors découvrir ? Quel est son lien avec ses enfants … ?

Juan Carlos Medina nous embarque dans cette belle histoire, très mélancolique où on se laisse porter volontiers du début à la fin. On suit en parallèle le parcours d’un homme qui lutte pour sa survie, à la recherche de sa véritable identité, et l’histoire terrible d’enfants insensibles. Ils n’ont pas la notion de douleur, de peine. Ils sont considérés comme des pestiférés par les autres habitants de leur village, qui les considèrent comme dangereux, mortels et incurables. Les enfants sont alors arrachés des bras de leurs familles, pour être enfermés et analysés dans un asile, loin de tout. On suit en particulier l’histoire d’un jeune garçon Berkhano, incapable d’empathie et psychopathe sur les bords. Medina en fait pourtant un héros attachant, mettant sa folie sur le compte des mauvais traitements qu’il subit au court de sa triste vie. Parce que en effet, on arrive à les aimer ces enfants, l’attachement qu’on éprouve pour eux est réel. L’amour que ces derniers se portent entre eux est vite mis en parallèle avec le monde des adultes qui eux, s’empressent de les détruire en un clin d’oeil.

Que vont ils devenir ? Comment vivre dans un tel environnement et de surcroit en pleine guerre civile Espagnole ? Pourquoi David va t’il être amené à suivre cette histoire en voulant retrouver ses racines ? Le spectateur est transporté du présent au passé, dans un tourbillon infernal qui s’avère être une véritable descente aux enfers au fil de l’histoire. L’atmosphère est pesante, l’horreur bien présente émotionnellement : on passe du dégout de l’être humain, à l’empathie pour ces enfants et même à de la compassion pour eux. Mais également graphiquement, avec ses passages gores, ses décors poisseux et dégueulasses, des évicérations que le jeune Berkhano fera afin d’essayer de comprendre le fonctionnement normal d’un corps humain … Ce n’est pas pour cela que la photo du film est elle aussi crade, bien au contraire.

Pour moi, la nouvelle vague du cinéma de genre s’implante en Espagne. A noter qu’initialement Français, Insensibles n’a charmé aucun producteur en France, alors MERCI aux espagnols d’y avoir cru et de l’avoir produit. Grâce à des films comme celui ci, l’avenir leur semble radieux et pourvu que ça dure !

http://jirikuu.com/2012/09/insensibles-no-me-duele/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 505 fois
2 apprécient

Autres actions de KillerPanda Insensibles