Avis sur

La proie nue

Avatar gallu
Critique publiée par le (modifiée le )

Comment vous décrire cet objet filmique non identifié ?

Imaginez-vous l’Afrique ; pas celle des anthropologues ou des reportages National Geographic, plutôt celle des bandes dessinées bon marché des années soixante : une Afrique du fond des âges, périlleuse, sauvage, parcourue par une poignée d’explorateurs blancs attirés par l’appât du gain ou la soif d’aventure. Au centre, évidemment, le héros, le survivant, moins moche et plus musclé que les autres. Comme le nom du film l’indique, celui-ci est pris en chasse par une tribu d’horribles sauvages-barbares-sanguinaires-quasi-cannibales. Inutile de vous dire que si vous êtes hermétiques au genre survival, vous allez vous ennuyer dans ce film quasiment entièrement consacré à une course-poursuite. Imaginez-vous la seconde partie d’Apocalypto de Mel Gibson, mais dans une version si vieillotte et fauchée qu’on se croirait dans un film de Ruggero Deodato.

Parce qu’on est bien ici dans le bon vieux cinéma pré-peta : une scène de chasse ? Pas de problème, allez-y directement au couteau. On est en Afrique, et niveau bestiaux, on a de quoi faire. Avis aux amateurs, ce film nous présente même une scène de chasse à l’éléphant qui se conclue par un dépieutage en règle où l’on peut voir quelques hommes explorer les intestins du pachiderme de l’intérieur... A l’image des fleurons de l’artisanat bis italien des années 70, The Naked Prey est joyeusement parcouru de duels au soleil entre animaux au cœur de la nature sauvage : au menu ; guépard vs. babouin, petits vs gros batraciens, lions vs buffles (celle là est facile), le tout sans trucages et en couleurs. On relèvera les inserts de stock shot au changement de grain, mais bizarrement, pas de nanardise : les transitions sont bien menées, et même lorsque les scènes d’action impliquant des bêtes sauvages usent et abusent du vieil artifice du champ/contre-champ, le résultat est plutôt bon.

Criterion, qui a édité ce film en DVD dernièrement, essaye de le vendre à sa petite niche de cinéphiles comme une réflexion sur la civilisation (« The Naked Prey is both a propulsive, stripped-to-the-bone narrative and a meditation on the notion of civilization »). Je n’irai pas jusque-là. Vu au premier degré, ce film est une catastrophe : les scènes de violence sont toujours réalisées hors champ et sans grande conviction, la reconstitution des « tribus africaines » a la forme d’un joyeux carnaval et bien évidemment le héros blanc du film court plus vite et pense mieux que la quinzaine de sauvages écervelés qui le poursuivent des jours durant... Mais pour le spectateur un peu ouvert à cette expérience proto-bisseuse, l’expérience est intrigante. On remarquera que le film annonce bien des éléments que l’on reverra plus tard dans le genre survival. L’épure totale de ce film presque muet, entièrement focalisé sur l’action au service de la survie, est très surprenante pour une production des sixties. Autre audace, la bande son est totalement « autochtone », loin des épouvantables violons qui accompagnaient dans les films américains de l’époque chaque émotion portée à l’écran. The Naked Prey est sans concession et contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, à aucun moment on ne peut voir se promener dans le champ une Raquel Welch en string et soutif en peau de bête, comme dans l’hilarant One Million Years B.C.

Donner une note à ce film est impossible. The Naked Prey n’est ni bon, ni mauvais, c’est tout simplement un film hors normes et hors concours, et donc hautement recommandable à ce titre. D’ailleurs, les notations du film sur SC sont à l’image du phénomène : au moment où je l’ai découvert, on en était presque à une égalité parfaite, chose exceptionnelle, avec quasiment un vote par note. Un film totalement hors norme, à l’image de son réalisateur/acteur principal, le beau Cornel Wilde, hongrois naturalisé américain, escrimeur aux jeux olympiques de 1936, puis comédien à Broadway avant de devenir cinéaste.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 522 fois
23 apprécient · 1 n'apprécie pas

gallu a ajouté ce film à 1 liste La proie nue

Autres actions de gallu La proie nue