Scottish Rhapsody

Avis sur Rebelle

Avatar Jackal
Critique publiée par le (modifiée le )

Merida est une jeune princesse écossaise, héritière d'un fier clan dirigé par le roi Fergus, son père, un vétéran ayant perdu sa jambe dans un combat épique contre l'ours Mor'du, et un sacré bon vivant qui lui a insufflé l'amour du tir à l'arc ainsi que le maniement de l'épée, et Elinor, sa mère, qui ne la laisse pas respirer et veut la marier de force alors même qu'elle a soif de liberté. Une rencontre fortuite avec une vieille sorcière et un voeu maladroit de sa part vont bouleverser sa vie et celle de sa famille...

Je l'attendais avec impatience ce Pixar depuis les premières annonces, car j'aime l'Ecosse, même quand elle est fantasmée (cf Braveheart & co) avec des roux partout, moults tartans et même... du haggis (panse de mouton farcie), il avait presque tout pour m'enchanter. J'ai dû hélas me contenter de la version française, n'ayant pu trouver aucune diffusion en version originale à moins de 100 kilomètres à la ronde. Je n'ai donc pas pu profiter du bel accent écossais du casting de voix originel (je préfère largement la voix de Kelly MacDonald à celle de Bérénice Bejo)... Mais passons.

De charmes il n'en manque pas ce "Brave" : l'animation est somptueuse, l'héroïne rousse est ravissante (sa chevelure à elle seule a largement de quoi faire date dans l'histoire de l'animation) et bien conçue, le personnage du bon (et large) roi Fergus est on ne peut plus truculent, les décors singeant les forêts, châteaux et lochs des Highlands ainsi que les monolithes de l'île de Lewis valent le coup d'être vus, les musiques à base de cornemuses irlandaises et écossaises sont bien dans le ton. L'humour n'est absolument pas lourdaud, et il n'y a pas l'ombre d'une romance, un passage souvent par trop quasi-obligé dans le genre mais dont Pixar a su s'affranchir sans problème.

Oui mais... ce Pixar-là je l'ai trouvé BIEN TROP COURT (même avec à peine dix minutes de moins que l'épique Toy Story 3, ça passe vraiment trop vite ...) et je trouve qu'il use de recettes par trop classiques : les spectateurs comme l'héroïne ne mettent pas longtemps à trouver la solution de l'énigme, la "morale" est un peu trop simplette... Je ne dis pas qu'on pouvait s'attendre à quelque chose de l'envergure de Mononoké avec ces histoires de feux follets et de malédiction mais quand même... Il manque aussi un méchant digne de ce nom, mais c'était le risque à vouloir démolir des codes justement.

Avec un réel potentiel mais un canevas somme toute peu ambitieux et cousu de fil blanc (au propre et au figuré), le studio Pixar aurait-il donc mis volontairement un genou à terre devant les autres mastodontes de l'animation au box office US qui n'ont pour eux que leur humour basique et leurs couleurs chatoyantes pour plaire à un maximum de gosses (Madagascar 3 et le nouvel Age de Glace) au lieu de les affronter en cette année cruciale qu'est 2012 alors qu'il en avait pleinement les moyens? Ça y ressemble en tout cas...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1062 fois
31 apprécient

Jackal a ajouté ce long-métrage d'animation à 18 listes Rebelle

Autres actions de Jackal Rebelle