Les aventures de Zack & Steve (Warning : Spoilers Ahead !)

Avis sur Sucker Punch

Avatar HarmonySly
Critique publiée par le

« John ! John ! John ! Cʼest affreux ! Cʼest horrible ! Cʼest... »

En entrant dans le bureau, John tombe sur son collègue, absorbé dans la lecture dʼun livre.

« Mais, John, tu lis ? What the fuck ?
- Ah, ouais, tʼinquiète pas, cʼest John du service ʻcollections de timbres et statuettesʼ qui mʼa refilé ça. Il aimerait que je convainque Tom de...
- Tom ?
- Ouais, tu sais le petit anglais quʼon a payé une bouchée de pain pour adapter la vie du politicien bègue et qui nous a rapporté une brouette dʼOscars.
- Ah ouiiiiii, le biopic sur Roosevelt ?
- Oui, si tu veux. Anyway, John me disait que la littérature française à la côte en ce moment, donc il a refilé lʼhistoire des ninjas de la cour du Roi à Paul et il voudrait que je mʼoccupe de celle-ci. Ca sʼappelle ʻLes Misérablesʼ, lʼhistoire dʼun taulard badass poursuivi par les autorités pour avoir volé un morceau de pain.
- Awesome !
- Pas vraiment, mais il y a du potentiel quand même. Jʼai appelé Harrison, il est partant pour le projet.
- Awesome !
- Ouais, je pense quʼon va sʼorienter vers une comédie musicale avec des décors et des explosions fidèlement reconstitués en CGIs, ça va être awesome. Mais pourquoi tu voulais me voir, au fait ?
- Ah ouais, on a un gros problème avec Zack, là...
- Je tʼavais dit que ça finirait mal, cette histoire. Bon, explique-moi tout ça rapidement, jʼai un déjeuner avec Big Boss dans 10 minutes... »

5 jours plus tôt, dans une chambre dʼétudiant près de Pasadena.

« Steve ! Steve ! Steve ! Cʼest trop awesome !
- Quʼest-ce quʼil se passe, Zack?
- Je viens de voir John du service ʻfilms originaux et plagiatsʼ, il mʼa donné carte blanche pour faire le film que je veux, sans restriction.
- Sans restriction ? Genre pas de remake ?
- Non.
- Pas dʼadaptation de graphic novel ?
- Non.
- De livre pour enfant ?
- Non plus. Carte blanche baby !
- Awesome ! Il faut fêter ça ! Je sors le Mountain Dew et les Tagadas.
- Awesome ! Je met un peu de musique et on commence le briefing. »

Zack enfourne la compilation ʻTyler Batesʼ Christmas Covers ʼ08ʼ dans le lecteur cd et débarrasse la table. Au moment de ranger ses figurines Orchid Seed, il sʼimmobilise.

« Steve ! Je sais ce que lʼon va faire ! Une histoire sur une bande de filles qui nʼont pas froid aux yeux et combattent tout un tas de trucs en petite tenue.
- Ah ouais, genre les Spice Girls.
- Ouais, mais avec des katanas et des flingues !
- Awesome ! On pourrait même mettre un vieux sensei avec elles, genre David Carradine, pour balancer des punchlines comme Bosley dans Charlieʼs Angels.
- Ouais carrément. Il fait quoi dʼailleurs en ce moment David Carradine?
- Je sais pas mais cʼest mort à mon avis. Il paraît quʼil a pas mal de projets qui le prennent à la gorge.
- Ouais, tant pis. Au pire on prendra Leonard Nimoy.
- Et les filles, elles combattraient quoi ?
- Je sais pas, tout un tas de trucs quoi... »

Zack balaye du regard la pièce.

« Tiens, par exemple des samouraïs démoniaques de 5 mètres de haut !
- Ah ouais carrément awesome. Ou même des nazis, ça fonctionne toujours les nazis.
- Pfff, je suis pas super convaincu. Les gens vont finir par croire quʼon se fout de leur gueule à la longue.
- Attend, attend, attend, jʼai mieux ! On garde les nazis, mais on en fait des morts-vivant robots fonctionnant à la vapeur.
- Ah ouais comme dans le jeu sur PlayStation là ! Jin-Rôh !
- Ouais voilà. Ou on peut aussi partir sur des orcs et des dragons, cʼest classique mais ça fonctionne toujours bien.
- Ouais genre combattre des dragons avec des M4 et un B-52, comme dans ʻLe Règne du Feuʼ.
- Awesome ! Putain Zack, ce film il était trop bien hein ?
- Ouais carrément, acquiesça Zack en engloutissant une poignée de fraises Tagada. Bon je crois quʼon a un bon pitch de départ là, on peut passer au scénario. »

Le CD passe à la piste 6 qui est une reprise minimal chiptune de ʻWhere is my Mind?ʼ.

« Jʼadore ce morceau ! Il faudra quʼon le mette dans le film.
- Ouais tʼinquiète pas pour ça, je gère, lança Zack. Depuis Watchmen je suis bien rôdé en montage sonore.
- Je mʼen fais pas pour ça, cʼétait vraiment super subtil le coup de ʻHallelujahʼ, jʼai pas compris tout de suite, cʼétait bien joué.
- Merci. Bon, le scénario maintenant.
-
-
-
- ...
- Cʼest assez chiant quand même. On pourrait faire un prototype, le reste suivrait de lui-même, non ?
- Deal. »

Trois paquets de Tagada plus tard, Zack & Steve achèvent un clip en CGI de 15 minutes où une jeune écolière tranche des samouraïs géants sur fond de Björk.

« Awesome Björk ! Mais ça manque un peu de guitares électriques, non?
- Jʼen toucherai un mot à Tyler, il arrivera bien à me trouver des arrangements sympas.
- Il est vraiment cool ce proto hein Zack ?
- Ouais carrément. Pour un peu je lʼintègrerai bien tel quel dans le film, ça ne dépareillerait pas.
- Suffit juste de rajouter des acteurs.
- Des quoi ?
- Ah ah ah sacré Zack, toujours le mot pour rire. Ceci dit tu as raison, vu la qualité de ce quʼon vient de faire, ça me ferait mal au cul de ne pas pouvoir le mettre dans le film.
- Cʼest peut-être ça la solution, Steve ! On se contente de faire des petits bouts de film ultra-stylisés, et on les assemble en invoquant un prétexte quelconque.
- La méthode Call of Duty ! Awesome ! Zack, tʼes un putain de génie !
- Et en plus pas besoin de garder de continuité scénaristique ! On fait les séquences dans nʼimporte quel ordre, et on les agence comme on veut. Pas besoin de réfléchir à lʼévolution psychologique des personnages !
- Awesome ! Et du coup on peut faire ça dans les décors que lʼon veut, non ?
- Exactement, un peu à la manière de ce que Christopher est en train de faire dans sa chambre.
- Son scénario dʼincep-machin-truc là ? Awesome ! Et on pourrait faire ça comme des niveaux de jeu vidéo, avec des objectifs à accomplir et des bosses de fin à défoncer.
- A-we-some ! Ca va être démentiel ! »

Se faisant, Zack se lève, ouvre la porte, et hurle dans le couloir « CHRIS ON VA TE BOUFFER CETTE ANNÉE ». Il se rassoit et engloutit une poignée de Tagadas dans la foulée.

« Bon, il faut quʼon trouve des objectifs à accomplir pour les filles. Dʼailleurs on nʼa pas vraiment parlé de la question des personnages...
- On sʼen fiche, elles seront sapées en écolières, en pin-up ou en actrices de porno vintage, pas besoin de développer davantage je pense.
- Ouais tu as raison. Au pire les plus intéressantes on les bute au milieu du film, comme ça pas de problème.
- Exactement. On pourrait les enfermer quelque part, avec la nécessité de trouver des objets-clé pour échafauder un plan de sortie.
- Un peu comme Oceanʼs Eleven mais à lʼenvers ! Awesome !
- Mais attention, des objets communs, pas de mysticisme, il faut que ça reste clair et compréhensible pour la ménagère.
- On vise pas plutôt les nerds et les geeks ?
- John mʼa toujours appris à ratisser large, on va essayer de rester sur ce crédo autant que possible.
- Ok je vois. Donc des objets genre briquet, couteau, clé... ?
- Nickel. On peut à la limite en garder un secret pour la fin, et jouer sur le côté symbolique du truc.
- Awesome ! Mais des objets aussi communs, ça ne va pas poser problème ? Si on peut les récupérer facilement, il nʼy a plus dʼaventure.
- Et bien, euh... On nʼa quʼà dire que ça se passe dans une prison, ou un asile. Oui, tiens, un asile ! Comme ça on peut faire un double sens avec lʼidée quʼelles sʼéchappent spirituellement et physiquement ! Trop awesome !
- Va falloir que tu freines sur les Tagadas Zack, jʼai du mal à te suivre là.
- Cʼest simple, on dit que pendant quʼelles essayent de récupérer les objets, elles sʼimaginent vivre les mêmes aventures dans dʼautres univers, parce quʼelles veulent sʼéchapper de la réalité. Tu saisis ?
- Ouais carrément ! Parce quʼen fait, lʼasile dʼaliénés cʼest juste une couverture pour une maison close, et le taulier les oblige à danser et se prostituer, cʼest pour ça quʼelles veulent se barrer !
- ... Ouais cʼest ça ! Juste danser par contre, oublie pas la ménagère. Bon faudra se mettre au point sur cette histoire de maison close avant le tournage quand même.
- Tʼinquiète Zack cʼest tout vu. »

Cinq paquets de Tagadas plus tard, Zack & Steve mettent en scène leurs différentes séquences.

« Voilà, et donc là cʼest la Seconde Guerre Mondiale, elles doivent récupérer une carte en faisant des cabrioles en ralenti accéléré dans des tranchées pleines de robots-nazis.
- Awesome Steve ! Passe-moi les Tagadas.
- Et après ça elles doivent récupérer un briquet, donc je me dis quʼon peut continuer sur le plan symbolique en récupérant les cristaux de feu dʼun dragon lors du siège dʼun château, façon ʻSeigneur des Anneauxʼ.
- Awesome ! Et super cohérent avec ça, bien joué.
- Pour la troisième séquence, par élimination jʼen déduis que les filles devront affronter des robots sur un train dans lʼespace. Bon, on va un peu le faire à la façon de Final Fantasy tu vois, mais jʼai un peu de mal à implémenter le couteau là-dedans.
- Boarf laisse tomber au pire, cʼétait bien parti mais on nʼest pas obligés de continuer sur cette lancée.
- Oui parce que sinon jʼavais pensé à une bombe qui menace dʼexploser une ville. Je sais pas dans quel but, mais comme ça me fait penser à Counter-Strike je trouvais ça plutôt cool.
- On reste là-dessus, cʼest parfait ! On avance vraiment vite, awesome !, lança Zack en sʼinjectant du Mountain Dew en intraveineuse, visiblement agité.
- Pour lʼhistoire de la clé je ne sais pas par contre, cʼest un peu délic...
- On sʼen fout ! On nʼa quʼà dire que le gardien de lʼasile les a grillées, et il flingue la moitié dʼentre elles ! Là lʼhéroïne pète un câble et lui plante le couteau dans lʼomoplate pour récupérer la clé !
- Awesome ! Mais où vas-tu chercher tout ça ? Et après les deux filles restantes se barrent de lʼasile !
- Awesome !
- Ouais ! Et après avoir traversé un couloir et deux portes, elles sont déjà dehors !
- Grâce à la carte ! Awesome !
- Mais finalement il y a des gardes devant lʼentrée, et cʼest là que lʼhéroïne se souvient du cinquième objet : en fait elle doit se sacrifier pour aider sa copine à sortir !
- Power awesome ! Parce quʼen vrai cʼétait lʼautre lʼhéroïne ! Le putain de coup de bluff quoi !
- Ouais carrément ! Et donc elle se sacrifie pour sauver une fille quʼelle ne connaissait ni dʼEve ni dʼAdam il y a encore trois jours, et elle garde le sourire pour lʼoccasion !
- Le syndrome du boy scout, awesome ! Bordel mec, je tʼaime !
- Et le méchant revient à la fin, sauf quʼelle nʼen a plus rien à faire ! Et les flics arrivent de nulle part pour le coffrer !
- Awesome ! Badass !
- Et même quʼon pourrait inviter le mec de Mad Men, juste comme ça, parce quʼil est cool !
- AWESOM- GARGLEUH
- Zack ? Zack ! Zaaaaaaaack ! »

2 jours après lʼoverdose de sucre de Zack, à lʼhôpital.

« Zack, vieux chameau, tu mʼas fichu une de ces trouilles !
- Steve, pendant mon coma glucidique, jʼai vu de nouvelles couleurs, de nouvelles planètes, des mots qui nʼexistaient pas dans le dictionnaire. Et jʼai eu une épiphanie.
- What ?
- Steve, ce film ça va être mon Alice in Wonderland ! Jʼai des trucs tellement awesome dans ma tête quʼil nʼexiste pas de mots pour les décrire ! Cʼest dingue, cʼest comme si mon rêve sʼimbriquait dans le film, qui à son tour sʼimbriquait dans un autre rêve, puis dans la réalité, cʼest tellement méta !
- Tu tiens un truc là. »

Temps présent, 3 minutes avant le déjeuner avec Big Boss.

« Ah oui en effet il a bien craqué là.
- Tu vois ? Aide-moi John, je ne sais plus quoi faire.
- Bon cʼest pas grave, laisse-le faire. Jʼai bossé avec Werner Herzog, je connais ce genre dʼénergumènes, faut pas les contrarier. Assure-toi simplement quʼil ne quitte pas sa green room.
- Aucun risque, la dernière fois quʼil a vu des vrais décors et de lʼherbe, George W. Bush en était encore à son premier mandat.
- God Bless America.
- God Bless America, John.
- En attendant, fournis-lui les meilleurs techniciens infographistes quʼon a sous la main, on va essayer de contrôler les dégâts en bétonnant lʼaspect visuel. On sait jamais, sur un malentendu, ou une bonne bande-annonce, ça peut marcher.
- Awesome, John.
- En tout cas, jʼespère que ça te servira de leçon. Je tʼavais bien dis de ne pas le lancer sur un scénario original, ce genre de gars cʼest fait pour bosser sur du pré-mâché.
- Je sais, John. Je suis désolé.
- Pas grave. Bon je te laisse, avec Big Boss on va discuter du budget du reboot de Superman autour dʼune bonne entrecôte. Je vais essayer dʼy aller à fond, cʼest notre dernière chance.
- Awesome, John !
- Je l'espère, John. Je l'espère vraiment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2215 fois
125 apprécient · 22 n'apprécient pas

Autres actions de HarmonySly Sucker Punch