Sven 7

Homme, 28 ans, France | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Avant j'avais une moustache... mais ça c'était avant

Répartition des notes

  1. 0
  2. 9
  3. 17
  4. 30
  5. 55
  6. 116
  7. 188
  8. 151
  9. 37
  10. 11

Comparez votre collection avec Sven 7

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Sven 7
Sondages de Sven 7
Critiques de Sven 7

Dernières critiques

7.2
L'élégante en Leen de mire

Anton ne parle pas beaucoup. Ses mots passent davantage par ses actions, son regard et sa passion : chevaucher un mythe - une Triumph - une anglaise élégante qui rugit à la sortie des courbes des départementales... Leen, elle, avait tout pour être la lycéenne populaire. Mais face à cette autoroute toute tracée, elle a préféré... Lire la critique de Carénage

Avatar Sven 7
8
Sven 7 ·
8.6
On sera toujours là pour amortir la chute, mon pote.

Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté. Bohem, c'est pas vraiment ton genre de regarder dans le rétroviseur, non ? Toi t'es plutôt de ceux qui vont foncer droit dans un mur, en n'ayant rien à foutre des conséquences, avec comme seuls protections des valeurs morales et un blouson de président des Spitfires de... Lire la critique de Nous rêvions juste de liberté

3
Avatar Sven 7
10
Sven 7 ·

Activité récente

Statuts d'humeurs

Une simple lettre d'amour Plutôt qu'une simple lettre d'amour, une thérapie. Ce n'est pas les hommes qui ne savent pas aimer, seulement ceux qui n'ont plus la raison d'y croire.
Metropolis (1927) " Le médiateur entre le cerveau et la main doit être certainement le cœur. "
Chroniques de la haine ordinaire, tome 1 Quand aux chroniques de la haine ordinaire, je le dis sans aucune arrière-pensée politique, ça ne m'étonnerait pas que cela reste un monument de l'humour noir.