Quentin

@Xuenimul

Homme, 21 ans, France (75019) | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Musicien, vidéaste, futur cinéaste, djouxu, futur grand gourou
Conservatoire Libre du Cinéma Français

Répartition des notes

  1. 91
  2. 61
  3. 90
  4. 163
  5. 285
  6. 766
  7. 2600
  8. 2126
  9. 755
  10. 247

Comparez votre collection avec Quentin

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Quentin
Sondages de Quentin
Critiques de Quentin

Dernières critiques

Bande-annonce
7.9
Les Rêves de Cabiria

Les Nuits de Cabiria s’ouvre sur un plan large dans lequel Cabiria, dansante, sautille en compagnie de Giorgio, son amant. Ce premier plan est marquant car évoque peut-être l’un des rares moments de bonheur du film. Cabiria, allègre, finie poussée à l’eau et tous ses espoirs disparaissent. De cette façon, Fellini nous donne déjà le ton du film, comme un diapason donnerait le La. Les Nuits de... Lire la critique de Les Nuits de Cabiria

1
Avatar Xuenimul
7
Xuenimul ·
Écouter
8.1
L'étranger vagabondant sur une rivière de blues, ode et élégie archiboulesque

Les jours pluvieux sont comme le spleen : éprouvant pour le corps et l'âme, mais pour quiconque sait danser dedans, ils se révèlent l'un et l'autre n'être ni plus ni moins qu'une scène de plus dans la pièce qu'est la vie. Malgré le whisky réchauffant le cadavre vivace qui me sert de vaisseau spatiale au travers des gouttes de pluies, la froideur de mon cœur vient m'empêcher de rester... Lire la critique de Strange Days

1
Avatar Xuenimul
10
Xuenimul ·
Mentions J'aime de Quentin

Activité récente

Statuts d'humeurs

Maman, j'ai raté l'avion ! (1990) Disez à monsieur que votre fils il a prit votre gamin en otage. Et appelez la maman pour y faire y croire et la faire pleurer... Moi jcrois que c'est pas malin
Jeux des reflets et de la vitesse Ce film n'est ni plus ni moins qu'un poème, et comme tout bon poème, il sera perçu différemment en fonction de qui le voit. C'est formidable
Cinq minutes de cinéma pur (1926) Très beau film qui apporte, dès 1926, un véritable questionnement esthétique sur la force du cinéma. L'abstrait laisse progressivement place à la nature par le biais du montage, d'une grande poésie
Les Créatures (1966) Quel dommage, ça aurait pu être un très grand film mais ça se perd