Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Avis sur

A Rush of Blood to the Head par Charles Lemieux

Avatar Charles Lemieux
Critique publiée par le

A Rush of Blood to the Head, quel grand album. Deuxième album de Coldplay, il aurait été vendu à plus de 13 millions d'exemplaires. Il reste encore à ce jour le 8e album le plus vendu en Grande-Bretagne. Le magazine « Rolling Stone » l'a même ajouté à sa liste des 500 plus grands albums de tous les temps.

L'album ouvre sur Politik, une chanson puissante sur la vision de chacun par rapport au monde, aux événements. J'adhère à l'idée que cette chanson parle des sentiments de Chris Martin, de ses incertitudes quant à nos politiques; comment nous percevons le monde. Tout cela, coupé par des mélodies chaotiques. L'opposition chaos-calme nous rappelle que, de cet état chaotique, la beauté peut émerger. « Tell me your own politik, and open up your eyes ».

In My Place prends ensuite le relais. Cette chanson aurait, selon ce que j'ai pu lire un peu partout sur internet, été le point de départ de l'album. Les paroles font référence à un homme tombant en amour avec une femme, probablement une amie proche(« Crossed lines I shouldn't have crossed »). In My Place exprime bien un sentiment, celui de se sentir perdu à cause d'un amour impossible.

God Put A Smile Upon Your Face, troisième chanson de l'album, traite de la ligne entre le bien et le mal. Le narrateur vit un problème (« I've gotta say I'm on my way down ») qui le met face à ses opinions, face à sa conception du bien et du mal(« Where do we go to draw the line? »). Il s'aperçoit que la ligne n'est pas claire à 100%. La chanson finit sur une touche d'espoir; on sait jamais ce que la vie peut nous réserver.

The Scientist suit ensuite. Cette chanson d'amour incroyable raconte l'histoire d'un homme ayant fait une erreur. Cette erreur serait impossible à expliquer scientifiquement, parce que l'amour dépasse la logique (« Questions of science; science and progress, do not speak as loud as my heart »). Le doux piano accompagne magnifiquement bien cet hymne nostalgique. Le protagoniste serait pris, malgré lui, dans cette chasse infinie (« Running in circles, chassing our tails, coming back as we are »). La chanson finit sur un magnifique paragraphe qui rappelle à quel point cela peut être difficile de laisser aller.

Clocks, cinquième chanson de l'album, est la première que j'ai connue. Les perceptions des gens par rapport à cette chanson sont plutôt nombreuses. Je suis d'avis que Clocks parle du moment où nos amours passés commencent à nous manquer, suite à une séparation. Les deux premiers paragraphes de la chanson reflètent bien cette réalité, ce moment de noirceur, ce moment où toutes les barrières tombent et que nous sommes laissés seuls avec nos émotions ('Tides that I tried to swim against ») qui nous envahissent. Les deux paragraphes suivants parlent du temps qui passe, tellement lentement, maintenant qu'elle n'est plus là. La chanson finit sur des paroles puissantes, et une batterie bien présente.

Daylight, chanson que j'ai le moins apprécié au début, mais que j'ai apprise à apprécier. La chanson parle d'un retour au monde, au positivisme, après une période sombre. La répétition de « Slowly breaking through a daylight » à la fin nous rappelle que le processus peut être long, mais qu'on peut y arriver avec des efforts.

Green Eyes, chanson d'amour bien simple suit comme septième chanson de l'album. La chanson parle d'un amour pour une fille aux yeux verts. Cet amour rendrait le narrateur plus léger, plus heureux (« I came here with a load, and it feels so much lighter, now I met you »). Simple, mais magnifique chanson.

Warning Sign, huitième chanson de l'album, parle selon moi de quelqu'un qui serait en amour avec quelqu'un, mais que leur relation serait impossible, un peu dans le même sens que The Scientist. Le protagoniste aurait laissé allé quelqu'un qui l'aimait, pour quelqu'un d'autre, ou par désintérêt sur le moment, puis se serait rendu compte que ses sentiments pour la première étaient trop importants. Il serait donc à la recherche d'un signe, « a warning sign », qu'elle serait encore amoureuse de lui. « It came back to haunt me, and I realized, that you were an island and I passed you by ». Ce sentiment d'avoir passé à côté de quelque chose (« I should not have let you go ») de merveilleux le hanterait continuellement. Cette chanson est puissante.

A Whisper, ma moins préférée de l'album. Ce que je comprends de cette chanson c'est que le protagoniste est désorienté, est en questionnement. Le souvenir d'elle lui ferait espérer un meilleur lendemain. Chaque jour, il se rend compte que rien n'a changé, et qu'il est toujours aussi perdu.

A Rush of Blood to the Head a été ma chanson préférée pendant un long moment. La chanson parle, selon moi, de la profonde détresse suite à une rupture, l'envie de tout brûler pour recommencer. Mais recommencer pour quoi? Puis, le protagoniste recherche un sens à sa vie, une vie qui n'a plus de sens sans elle (« He said I'm gonna buy a gun and start a war, if you can tell me something worth fighting for »). Malgré sa volonté, chacun des gestes, chacune des actions de son amour perdu lui fait mal, lui rappelle le passé, ses erreurs. Il pense alors que, maintenant que toutes ses erreurs on disparues sans aucune trace, tout peut continuer comme avant. Il la prie finalement de revenir à lui, et de tout blâmer sur « a rush of blood to the head » (un petit rush de sang au cerveau: une folie passagère, un acte qui ne serait pas réfléchi du tout). J'ai toujours des feels intense en écoutant cette chanson.

Amsterdam conclut en beauté cet album. Je vois cette chanson un peu comme la suite de A Rush of Blood to the Head; voyant qu'elle ne revient pas à lui, il continue d'espérer son retour éperdument. On comprend même qu'il serait sur le point de mourir, de s'enlever la vie (« Come on, oh my star is fading and I see no chance of release" et "I'm sick of secrets, stood on the edge, tied to the noose »). Alors qu'il est au bord du gouffre, elle revient à lui et le libère.

Un album qui a clairement marqué plusieurs jeunes et moins jeunes.
Mon album préféré de Coldplay.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1687 fois
11 apprécient · 1 n'apprécie pas

Charles Lemieux a ajouté cet album à 5 listes A Rush of Blood to the Head

Autres actions de Charles Lemieux A Rush of Blood to the Head