Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

A Thousand Suns Experience

Avis sur A Thousand Suns

Avatar Ratchetlombax
Critique publiée par le

Ceux qui me connaissent plutôt bien sont avertis du fait que je suis un grand fan de Linkin Park depuis quelques années déjà : chaque année ou presque depuis 2010, j'ai intégré dans un de mes montages musicaux une chanson du groupe, et j'ai été abonné au Linkin Park Underground (leur fan club officiel qui fournit des goodies sans que le groupe en fasse des bénéfices) durant 3 années consécutives, sans parler du fait que j'ai aussi acheté l'édition Deluxe d'A Thousand Suns, mais pourquoi ?

J'ai entendu parler du groupe quand j'avais un peu moins de dix ans et sur la seule chanson que j'avais écoutée dans un montage (Breaking The Habit issue de Meteora) m'avait directement accroché. Mais c'était que 5-6 ans plus tard que j'ai véritablement découvert le groupe, et c'est vers mi-2009 que leur nouvel album était annoncé peu officiellement puisqu'encore en production... Du coup, je l'ai attendu cet album. Pas moins d'un an et demi.
J'étais tellement en transe que, pour le coup, j'avais acheté l'édition la plus cher de l'album (moyennant environ 120€ il me semble) et une fois l'album reçu chez moi, je n'ai fait que l'écouter seul, dans le noir, un casque sur les oreilles devant le visualisateur d'iTunes (dont je découvrais l'existence au passage). Et ma première réaction était : "Hmm, pas mal". Je n'avais alors pas beaucoup de culture musicale et j'avais tellement attendu cet album en bien que je n'ai pas pu être déçu. Mais cette première écoute n'était pas suffisante et j'ai donc relancé la lecture du disque pour mieux l'apprécier. Et c'est ce qui s'est passé... Encore et encore.

Au fil de mes sessions de réécoute de l'album que j'enfilais à chaque fois d'une traite, je remarquais de nouveaux détails auditifs : les "intros" de certaines chansons faisaient écho à d'autres par le biais d'extraits de paroles, de sons, d'instruments... Comme en témoignent les paroles de "The Requiem" avec "The Catalyst", ou "Fallout" avec "Burning in the Skies" par exemple. Mais ce sont des exemples parmi tant d'autred (je ne peux que vous conseiller de lire la page Wikipedia où ces correspondances sont listées (en anglais du moins).

Mais le plus important des faits est que l'album est vraiment conçu pour être écouté en une seule fois : comme l'expliquait l'un des deux chanteurs du groupe, A Thousand Suns est une énorme chanson, et ça se ressent dans sa structure. Lors de mes différentes écoutes, je m'amusais à distinguer des parties dans cet album : la première désignant les rapports humains et le rapport à la mort, la seconde concentrée sur l'arrivée de l'informatique qui chamboule un peu ces rapports, et la troisième axée sur une sorte de libération de ce qui entrave nos droits, nos libertés.
Mais bizarrement, cette structure en trois actes me rappelle également la structure la plus basique d'un film, généralement en trois actes, et j'ai longtemps considéré faire un moyen ou un long métrage en reprenant les chansons et la structure de l'album (mais bon, j'aurais aussi besoin de plus d'expérience, de moyens et... des droits). Le fait est que je trouve cet album intéressant de par sa structure qui présente un cheminement qui ne peut pas me laisser de marbre.

Néanmoins, je me confronte à plusieurs problèmes : lorsque je parle de cet album (et abordant indéniablement le groupe), les regards qui se portent vers moi sont d'avantage moqueurs qu'ouverts. Linkin Park est un groupe considéré comme étant commercial, puisqu'il se concentre sur les ventes et dirige ses chansons soit vers un public pré-ado rebelle (avec Hybrid Theory et Meteora), soit vers des adolescentes mimielleuses (avec Minutes To Midnight). Or là on se retrouve devant un album intelligemment construit, qui marquerait alors l'entrée du groupe dans un style plus adulte, plus mûr.

Mais pourquoi est-ce que certains qui écoutent l'album ne l'apprécient que moyennement ou très peu ? Ce que la presse et le public reprochent bien souvent est l'homogénéité de l'album, qui le rend "plat", "sans consistance" ou "peu intéressant", mais aussi la perte dd l'empreinte musicale "rap/nü-metal" pourtant bien connue du groupe. Pour ce qui est du premier argument, je ne peux que leur répondre de réécouter plus attentivement l'album, de la même manière que l'on observe un tableau pour y trouver tous ses détails par le biais de l'analyse. Pour le second, le groupe y répond intelligemment lors de la vidéo de making-of de l'album (making-of très très bien monté par ailleurs) : Linkin Park n'a pas voulu produire de nouveau un album similaire à Hybrid Theory et Meteora, mais s' est concentré sur ce que les membres du groupe souhaitaient faire eux. Je ne peux qu'approuver cette décision qui, en quelque sorte, justifie le fait que le groupe n'est pas un groupe commercial : ils sont toujours aux commandes de leurs créations et cherchent à faire ce qu'ils veulent, à explorer de nouveaux genres, de nouveaux sons (les premières notes de "Blackout" sortent d'un jouet de piano pour enfant par exemple)... Bref, à se renouveller.

J'ai écouté cet album des dizaines et des dizaines de fois (voire une bonne centaine), et il m'aura donc accompagné sur plusieurs années de ma vie. Je ne m'en suis pas encore lassé, au contraire d'autres albums comme "Drink The Sea" des Glitch Mob ou "Songs for the Deaf" de Queens of the Stone Age, qui, lui, est homogène et répétitif jusque dans ses paroles (même si ça peut être voulu) mais qui récolte 89/100 de moyenne sur Metacritic...
Le seul bémol que je peux donner à l'album n'est pas son nombre de "vraies" chansons mais simplement la chanson "Robot Boy" que je trouve un poil "gentillette" de par ses paroles répétitives et un poil "niaises". Par contre, gros coup de coeur pour la morceau "When They Come For Me", tellement beau dans ses accords et instruments, et qui fait un petit mélange intéressant des cultures musicales à la fin.

Bref, en résumé, je considère cet album comme le chef d'oeuvre du groupe, et mon album préféré du fait qu'il ait réussi à me transporter dans mon imaginaire visuel (souvenez-vous que je voulais en faire un film), comme aucun autre n'a pu le faire jusqu'à présent, et donc, de ce fait, je ne peux pas me lasser de l'écouter.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 989 fois
8 apprécient · 1 n'apprécie pas

Ratchetlombax a ajouté cet album à 1 liste A Thousand Suns

  • Albums
    Illustration Top 10 Albums

    Top 10 Albums

    Avec : A Thousand Suns, The Great Escape Artist, Innerpartysystem, Vheissu,

Autres actions de Ratchetlombax A Thousand Suns