Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

one two three four five six seven all the children go to heaven

Avis sur Abbey Road

Avatar alinoa
Critique publiée par le

Abbaye j'y entre comme dans un lieu saint. Première visite, 1993, en bibliothèque, une cassette.
Dernière écoute, today, 10 septembre 2020.
"Tu ne m'as jamais donné ton argent." Voix céleste paulinienne, et s'ajoute comme par magie, une
deuxième, à l'opposé de la première qui chante 'nowhere to go, one sweet dream came true, today...
one two three four five six seven
all the children go to heaven'

Puis le long one, les carillons de l'abbaye raisonnent et la voix de John carillonne.
Comment ne pas pleurer de chaudes larmes quand on sait que ce furent leurs toutes dernières sessions d'enregistrements...
Quelle oeuvre gigantesque, un Evangile à lui tout seul : venez ensemble vous y serez dans l'allégresse.
Quelque chose me dit que notre amour grandira au fur et mesure que nous grandirons ensemble, le tout tenu par un jeu de basse élégiaque téléporté au ballet Bolchoï, d'harmonies célestes ( 'because', 9 voix), de nappes de synthétiseur moog du discret Georges, et d'un trio de guitare ahurissant ('the end').
"Venez ensemble" prendre le soleil du printemps avec Georges Harrison car ce fut "un long et pénible hiver", à la toute fin, "les sourires se retrouvent sur les beaux visages".

Enfin, le plus jeune des Beatles a l'honneur d'afficher les deux plus belles chansons de l'album.
"Dormez paisiblement", chante Paul, "ne pleurez pas je vous chante une berceuse."

Mais si !, on va pleurer, car la perfection ultime de cet opus intemporel sont d'une beauté phénoménale, inégalable, sensationnelle, transcendante, mystique, novatrice...
Leur musique est entrée par effraction à "travers la fenêtre de notre salle de bain" et a tout emporté.
Même "Sa Majesté" est prise en otage.
Mais on ne s'en plaint pas. On rêve d'observer les 4 Menhirs sur ce passage piéton, assis paisiblement dans la coccinelle.
"Abbey Road" est une route mythique qui mène au laboratoire EMI dans lequel, une toute dernière fois, les 4 gars de Liverpool ont imaginé une musique qui fait chavirer les coeurs.

Parce que, n'est-ce pas?, à la toute fin, "l'amour que tu donnes sera toujours égal à l'amour que tu reçois....."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 50 fois
1 apprécie

Autres actions de alinoa Abbey Road