Ce MC n'est qu'un homme

Avis sur Cyborg

Avatar Narkys
Critique publiée par le

Voila un pari réussi pour Nekfeu qui nous propose un album aux antipodes de Feu, que ce soit dans le contenu ou dans la promo. Sachant que son public est acquis et aux aguets, il a préféré sortir son album directement, lâché dans le game comme une bombe. Au lieu des 18 titres de Feu, Cyborg n'en propose que 14, ce qui est pour moi une très bonne chose. En effet, dans Feu, beaucoup de titres étaient éclipsés par les morceaux commerciaux (On verra, Ma dope) et les "gros sons" clippés, comme Martin Eden, Tempête, Egérie, Nique les clones...

Ici, les 14 morceaux se valent plus ou moins. Le premier, Humanoïde, est un classique en devenir, si ce n'est déjà fait. En 6 minutes, et construit sur 3 couplets, le morceau évolue d'un air calme et interrogateur à un flow plus rythmé sur une instru plus marquée. Seule la mauvaise foi peut empêcher de constater le niveau du Fennec en terme de plume. Comme à son habitude, il s'attaque à la nature humaine. Le premier couplet est une série de questions dont il répond dans le 2eme couplet par l'affirmative. Le premier pont permet au morceau de démarrer réellement. S'ensuit une série de phases destructrices.

Entrer dans ce monde plat nous dessert

Passons sur ce son qui est pour moi, à l'heure actuelle, le meilleur texte du rappeur, avec Plume, sortie sur la réedition de Feu. Mauvaise graine parle de son enfance. C'est souvent que Nekfeu évoque son passé, sans jamais être clair. On sait qu'il a vécu des choses avec une femme, qu'il a quitté la maison de ses parents jeune... et qu'il était un "mauvais garçon". On est loin de cette image désormais. Comme toujours son flow est très bon, avec des jeux sur les sonorités qui me rappelle (j'ose) Eminem. (Loin de moi l'idée de comparer les 2 rappeurs).

Squa est plus dansante et légère. L'évolution de Nekfeu (référence aux RC et reprise de sa punchline rentrée dans l'histoire) est mise en avant. C'est ce morceau qui a inauguré la sortie de son album lors du live a Bercy. Réalité augmentée fait office selon moi de suite à Nique les clones.
Nekfeu y critique le rapport des jeunes aux nouvelles technologies telles que les réseaux sociaux, d'une manière cynique et tranchante. Le morceau est ponctué par des cris de Sneazzy West, qui assure l'outro de cette track comme un psychopathe. Avant tu riais est dotée d'un texte très mélancolique, mis en avant par le refrain mélodieux de Clara Luciani. Si l'album est plus mélancolique que Feu, Esquimaux joue le rôle que jouait Martin Eden d'une certaine manière. Instru plus rapide, flow aggressif. C'est aussi le premier feat rap de l'album, avec un Népal bien mis en avant par un refrain hypnotique.

O.D et Vinyle ont toutes les deux des instrumentales plus rétro, avec un saxophone assuré par le jazzman Archie Shepp. O.D est psychédélique avec la mélodie incontrôlable et une basse très présente. La répétition de OD, diminutif d'overdose, par Nekfeu sur une partie chantée assurée par Murkage Dave, nous fait penser à une défonce tardive et sensuelle. Vinyle continue sur cette lancée avec un Nekfeu énervé et featuring avec un Alpha Wann au taquet. Les 2 rappeurs se répondent avec aisance, sur une instru old-school très agréable. L'outro du morceau met en valeur le travail de Shepp, et affirme l'amour de Nekfeu pour le rétro et les productions léchées. Saturne est sans aucun doute un des morceaux de l'album qui va le plus marquer les esprits. Sneazzy et S-Pri Noir sont très bons sur ce morceau. Le refrain chanté par Nekfeu puis repri par S-Pri Noir est entêtant. L'instru met dans l'ambiance en quelques secondes. Nekfeu se permet même une partie rappée a capella en fin de morceau, annoncant Galatée. Encore un morceau qui parle d'une femme, enfin, d'un homme qui attend une femme qui ne vient pas. Toujours mélancolique et mélodieux, le texte est touchant.

J'ai plus de mal avec le morceau suivant, Le regard des gens, mais j'attribue cela a la présence de Nemir, que je en supporte pas, comme à l'époque de Princesse. (J'ai honnêtement l'impression d'écouter du Jul...) Nekfeu a invité tous ses potes ici. En plus de Nemir, on retrouve Doums, Mekra et 2zer. Programmé est très répétitive comme son titre l'annonce, et illustre à la perfection le nom de l'album. Le morceau sert de build-up avec la phrase "Tout est une question de volonté", qui se brise finalement avec le son du gun, nous laissant avec le réel message du morceau en tête...

Tout est une question de destinée

S'ensuit Besoin de sens, morceau très personnel où le rappeur est accompagné de Framal et Jazzy Bazz. Les 2 ne sont pas de trop et mettent le morceau en avant. L'album se termine sur Nekketsu, ou Nekfeu nous fait des confidences et exprime son amour et sa fierté envers ses parents, sur fond de culture japonaise. Le morceau est sublimé par un refrain jap chanté par Crystal Kay, qui nous ferait penser à un morceau motivant issu d'un shônen.

Le temps du cours, j'inversais le cours du temps

En bref, Nekfeu sort un album plus mature, marqué par une mélancolie propre à notre société. Il ne cherche pas à "ambiancer" ou à faire du "lourd", il veut faire du rap. N'étant plus en quête de gloire et de public, il se concentre sur des messages à faire passer. Néanmoins, on retrouve les thèmes qui lui sont chers : les relations humaines, principalement les femmes, sa famille et ses amis. A mettre entre les mains des plus réticents à écouter du rap et des puristes en quête de lyrics raffinées.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3788 fois
14 apprécient · 1 n'apprécie pas

Narkys a ajouté cet album à 9 listes Cyborg

Autres actions de Narkys Cyborg