Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Encore, le rideau se baisse.

Avis sur Encore

Avatar Leeq Douglas
Critique publiée par le

Certains journalistes posent souvent la question suivante à certains artistes : « Avez-vous déjà réécouté vos propres albums ? ». Il serait très intéressant de savoir si Eminem a déjà réécouté Encore, cet album aussi dépitant qu’énigmatique.

Lorsque Slim Shady était en studio en train d’enregistrer Just Lose It, premier extrait de l’album, dans une formule déjà utilisée voir usée (My Name Is, The Real Slim Shady, Without Me, et même Purple Pills et My Band avec son groupe D12), a-t’il vraiment pensé que l’idée était si géniale que ça ? A en croire la postérité de ce titre, ce serait plutôt le contraire.

Dans la continuité de The Eminem Show, Eminem a produit la plupart des titres de cet album, en laissant cependant un peu plus de place à Dr Dre que sur le précédent album. Malheureusement, sauf fulgurances, Eminem n’est définitivement pas un producteur né ; les caisses claires sur My 1st Single sont insupportables, Crazy In Love est transparent, Yellow Brick Road est plat…Pire, même Dr Dre semble manquer complètement d’inspiration sur ce projet, des productions comme Evil Deeds, Rain Man ou Big Winnie sont vides.

Fort heureusement, il restait encore un peu de lucidité à l’artiste pour nous gratifier de quelques (rares) bons titres. Like Toy Soldiers, sur une production solide, traite des différends dans le hip hop américain. Dans le clip, son meilleur ami et membre du groupe D12 Proof, joue le rôle du rappeur assassiné après un « beef » entre rappeurs ; la réalité dépassera malheureusement la fiction, lorsque Proof décèdera en 2006 à la sortie d’une boîte de nuit dans des circonstances similaires au clip. Mockingbird est un excellent titre sur la relation de l’artiste avec sa fille Hailie, une écriture poignante et touchante comme rarement Eminem nous en aura proposé dans sa carrière.

L’un des titres les plus étranges de ce nouvel album est Mosh. Première véritable incursion dans des thèmes politiques, Marshall écrit un pamphlet sur George W. Bush, président des USA de l’époque. Si les attaques sur les idées peuvent être louables, l’artiste semble clairement mal à l’aise dans ce rôle, notamment lorsque sur le refrain il s’établit en chef de troupe, comme si sa notoriété lui donnait cette légitimité, ou son « f*ck Bush » dans le second couplet, très maladroit. (à posteriori, on ne l'entendra d'ailleurs plus jamais s'essayer à traiter de thèmes politiques)

Encore est raté. Mal produit, peu inspiré et moins bien écrit que par le passé, ce 4ème album en major semble avoir été accouché dans la douleur, par un artiste en manque d’idées et peut-être surmené par sa carrière et ses soucis personnels. Les satisfactions comme Like Toy Soldiers et Mockingbird sont trop rares, elles semblent même ne pas avoir été produites au même moment que le reste du projet, tant les autres titres naviguent entre le très moyen et le désespérant ; franchement Em’, comment as-tu pu en arriver à pondre un titre comme Ass Like That ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2111 fois
7 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de Leeq Douglas Encore