Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Hetfield et cie

Avis sur Hardwired… to Self‐Destruct

Avatar Larry Sarrs
Critique publiée par le

Bon à chaque sortie des Mets, c'est un peu comme les présidentielles, tout le monde en parle, personne n'est d'accord, l'objectivité s'efface de mauvais gré face à la carrière du groupe, la subjectivité en prend pour son grade aussi, autant du coté des trues metalheads que des die-hard fans. En clair, on lit tout et n'importe quoi. Alors je vais faire comme tout un chacun et payer ma tournée.

Metallica, c'est mon premier live en 1996, un groupe avec qui j'ai appris à chanter et jouer de la guitare, Hetfield c'est un peu l'idole de ma jeunesse, même si dans le fond, je suis plus accro à leurs frères ennemis de Megadeth. J'ai quand même, comme beaucoup de métalleux de ma génération, un background, un affectif particulier avec le groupe.

Du coup objectivement leur nouvel opus, c'est médiocre, allez, un peu plus que la moyenne mais sans plus. Très honnêtement, le plus objectivement possible, je suis très mitigé sur cette prod qui met en avant une batterie au moins aussi technique que chez ZZ Top, avec un son de guitares qui me fait grimacer, une absence de basse regrettable (depuis Justice...), des solos euh... non c'est pas des solos ca, et une prestation vocale qui tient le groupe à bout de bras, et encore, ca fait une paie que Hetfield n'a plus la carrure d'un chanteur de heavy/thrash, ce qu'il était jusqu'au Black Album inclus. Qualitativement, je suis désolé, mais on est très loin, très très loin du Black, et même de Load ou Reload, qui même s'ils ne m'avaient pas séduit tant que ca, au moins avaient une fraicheur et une sincérité qui a tant été absente sur les derniers cds.
Alors y'a de bons trucs, c'est clair, c'est tellement mieux que Death Magnetic, 100 fois au dessus de St Anger, mais pas au niveau de Kill'em All ou de Ride, clairement pas au niveau de Master, certainement pas au niveau du Black, et je compare pas à Justice, parce qu'on ne touche pas au Saint Graal. Globalement le skeud est trop long, pourtant ca attaque bien avec Hardwired court et in your face, mais après c'est 6min30 par morceau en moyenne, et c'est pas plein de riffs, au contraire, on étale la confiote comme un manque de culture, pour un double album dont la durée totale dépasse les 75 minutes. C'est tellement con, parce qu'en condensant un peu tout ca, ca aurait pu le faire. Non je déconne, ca peut de toute facon pas le faire, parce qu'encore une fois en dehors de Hetfield, chant et rythmique, y'a rien dans cet album. Et James il a 53 barreaux, et ca se sent.

Au final pour moi, on a un bon mélange entre Death Magnetic et Reload, ce qu'ils ont fait de mieux depuis Reload, mais pas au niveau 4 premiers opus, jamais, ca n'arrivera plus jamais, je m'y attendais pas d'ailleurs, personne ne s'y attend, peut être les fans aveugles ou trop fiers pour se rendre à l'évidence. Il y a des groupes totalement inconnus qui sortent des albums autrement plus qualitatifs, et ne sortiraient pas de l'ombre en pondant ce genre d'album. Ce Hardwired... To Self-Destruct n'a de valeur que grâce aux quatre premiers albums sortis pendant les 10 premières années du groupe. Sad but true.

EDIT : j'ai bien réécouté DM après cette critique, et en fait, autant la prod est absolument horrible, autant il est 20 fois plus inspiré que ce Hardwired. Mais moyen quand même...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 488 fois
8 apprécient · 1 n'apprécie pas

Larry Sarrs a ajouté cet album à 1 liste Hardwired… to Self‐Destruct

  • Albums
    Illustration Speed/Thrash Metal

    Speed/Thrash Metal

    Avec : First Strike Still Deadly, Live in London (Live), Low, Practice What You Preach,

Autres actions de Larry Sarrs Hardwired… to Self‐Destruct