Avis sur

Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space

Avatar alfextra
Critique publiée par le

Depuis l'avènement du Rock'n'roll et des musiques modernes, il est courant de citer la théorie des "années en 7″. Cette théorie nous explique que ce sont les années se terminant par le chiffre 7 qui ont été les plus marquantes d'un point de vue musical, celles qui ont fait avancer le média musique. 1967 verra, entre autres, la sortie du Sergent Pepper's des Beatles ainsi que des premiers albums du Velvet Underground, de Jimi Hendrix, des Doors et de Pink Floyd (l'année parfaite quoi !!).
En 1977 sort l'unique album des Sex Pistols, qui va symboliser le mouvement punk. En 1987 arrive le Hard-Rock typé bande FM avec les Guns N' Roses et en 1997 les prémices électro-rock de Radiohead (OK Computer et ses successeurs). 2007 ne confirmant pas la théorie et restant dans des mouvements rock déjà connus.

Donc, 1997 verra le groupe Radiohead sortir réellement du bois avec le grandiose OK Computer. Est-il possible de faire mieux cette année-là ? Et bien oui, selon le magazine anglais NME. Et quel groupe réussit l'exploit ? Un groupe anglais nommé Spiritualized avec son album Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space. Ce titre d'album sera également la première phrase susurrée par une voix féminine, nous flottons dans l'espace et nous ne le quitterons qu'à la fin de la galette.

Jason Pierce (alias J. Spaceman), créateur et seul membre permanent du groupe, nous emmène dès le premier morceau (titre éponyme de l'album) à travers les confins du système solaire. Voix étouffée et chœurs s'entremêlent, cette piste reprend le rythme du Canon en D Majeur de Johann Pachelbel ponctué par les Beeps si caractéristiques des missions spatiales de la NASA (après recherches, on appelle cela le "Quindar Tones"). Nous avons presque affaire à une valse moderne. Par cette entrée, Jason nous confie son désir profond ("All I want in life's a little bit of love to take the pain away"), juste un peu d'amour pour fuir la douleur, celle d'une rupture avec Kate Radley (claviériste du groupe au moment de la sortie de l'album mais qui s'est mariée avec Richard Ashcroft, leader du groupe concurrent The Verve). Voilà comment démarrer un album par un classique instantané du Rock, merci Jason !

Le ton change dès le second morceau Come Together, les guitares sont saturés et à tendance heavy-metal, l'accompagnement est fait par le London Community Gospel Choir (ce qui sera le cas sur la majorité des pistes), les cuivres amplifient le tout. Un délire orgiaque de sons nous pousse à nous rassembler et souhaite nous montrer la voie vers les plaisirs immédiats de l'existence. Il est clair qu'avec une telle déclaration, on est prêt à suivre Mr Spaceman vers ses délires hallucinatoires (Attention la drogue c'est mal)

Notre voyage vers le soleil est déjà bien entamé pour le troisième titre, I Think I'm In Love ("Sun so bright that I'm nearly blind"). Un saxophone au son répétitif, un harmonica et nous voilà avec un titre qui tend cette fois vers un R'n'B groovy.

La mécanique de l'album est comprise, une fausse répétitivité va nous mener de moments calmes en moments nerveux, sorte de grand-huit musical enchaînant les bosses comme autant de pics d'adrénaline d'un voyage faussement relaxant.

All of my thoughts et Stay with me sont la complainte d'un Jason Pierce en manque d'amour ("I just don't know what to do on my own, all of my thoughts are of you") .

La suite consiste en un triptyque Electricity / Home of the Brave / The individual à l'enchaînement parfait et qui nous plonge dans le vice. La saturation des guitares nous revient en pleine poire sur cet Electricity punk à souhait, la tristesse et ses conséquences (les larmes) inondent Home of the Brave et les bruits de canards asthmatiques (oui car je sais quel bruit fait un canard malade !) parcourent un The individual intriguant.

Décidément, le voyage en compagnie de l'ami Pierce n'est d'une part pas de tout repos mais surtout déconseillés aux dépressifs chroniques. Le mal-être transpire de tout les côtés d'un Broken Heart à fleur de peau. Cette voix si sincère de désespoir, ces cuivres flottants, ces violons lancinants font que l'émotion déchirante qui parcourt ce morceau nous transperce littéralement, nous submerge et nous laisse vide... résigné face aux malheurs rencontrés dans une vie. Sublime et perturbant à la fois.

No God Only Religion est un instrumental bruyant parcouru par les trompettes et les cloches, appel à une danse désordonnée et démonstration absolue que, malgré les bruits éparses, malgré ce semblant de vacarme, Spiritualized ne se perd pas et compose une mélodie fougueuse, propre et hypnotique.

Cool Waves reprend ce duo si pertinent entre la voix de Jason Pierce et les chœurs Gospel, on ressent enfin une rythmique d'apaisement, les cuivres joyeux appellent à une célébration, la légère flûte entendue adoucit le tout et la mélodie coule vers une berceuse bienvenue.

Et on termine sur le morceau de bravoure de l'album, les 17 minutes et 14 secondes de "Cop shoot cop...". A travers ce morceau, Spiritualized nous confronte à 3 mouvements différents. Une intro au rythme psychédélico-jazzy lancinant entrecoupée d'envolées riffesques de guitare, un deuxième mouvement consistant en un démontage intégral de nos repères, sorte de bouillonnement de bruits indéfinissables et enfin, en dernière partie, le retour de sonorités rencontrées tout au long de l'album (chorale gospel, cuivres) : un morceau incontournable !!!

Voici donc un album aux sonorités viscérales très travaillés, ode plaintive à l'amour, à la foi et à la drogue. Ceci est d'ailleurs amusant car, sortie peu ou prou au même moment, un des titres de The Verve nous signale que "les drogues ne fonctionnent pas" (The Drugs Don't Work).

Le nouvel album de Spiritualized, Sweet Heart Sweet Light, est prévu le 19 Mars 2012. D'ici-là, amateurs de rock planant et de mélodies surprenantes, écoutez de ce pas cet album sur Deezer, Spotify ou Grooveshark.

Attention, mesdames et messieurs, ce voyage étourdissant doit être écouté dans de bonnes conditions pour en comprendre toute sa fougue. DedaleSonore vous souhaite un bon voyage (spatial).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1262 fois
11 apprécient

alfextra a ajouté cet album à 2 listes Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space

  • Albums
    Cover Ma CDthèque

    Ma CDthèque

    Comme quoi, acheter un CD ne fait jamais de mal

  • Albums
    Illustration DedaleSonore

    DedaleSonore

    Compilations des critiques faites sur notre site collaboratif de musique DedaleSonore.fr par OLIV, TOM, SCROUX, STEFF, ANTOINE,...

Autres actions de alfextra Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space