Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

"Elle me fait chialer quand elle danse un tango, quand elle signe la plaie sur toi Lulu Brando"

Avis sur Lulu

Avatar papagubida
Critique publiée par le

Ceux qui me suivent sauront que Damien Saez est mon artiste musical favori. Depuis quelques années, j'en suis extrêmement fan.. Mais je ne suis pas là pour présenter l'artiste, plutôt son nouvel album.
Après 3 ans d'absence et de silence total, comme il sait si bien le faire, il est revenu en décembre 2016 avec "L'oiseau liberté", album hommage aux victimes du Bataclan et de Charlie Hebdo.. Album très court, certes, ce qui était pardonnable puisqu'il s'agissait d'un album "bonus", qui n'était peut-être même pas prévu il y a quelques mois.. Ce sur quoi il a très longtemps bossé, c'est son projet sur le net (Le Manifeste), mais aussi et surtout ce triple album "Lulu" (avant de sortir encore un nouvel album, "Le dernier disque", l'automne prochain). Qu'en est-il ?

Mon européenne

On débute en espagnol avec "Guantánamo", ça change. Il l'avait déjà fait en live, pas en album. Mignon, une bonne petite entrée en matière pour ce qui va suivre. "Mon européenne", chanson engagée, qui appelle à l'ouverture. On aimera le style ou non, mais il commence enfin sa petite révolte, quitte à s'en prendre personnellement à certains ("Elle est pas Merkel ou Hollande, c'est pas la valse des propagandes".. Et d'ailleurs, valse/Valls.. Subtilité oblige, c'est sûrement pas anodin). "Peuple manifestant", sorti juste après l'affaire Amazon.. Où il répond directement à ses détracteurs, notamment une journaliste des Inrocks qui l'avait descendu, suite à sa lettre ouverte où il traitait la société de "vieille salope", ce sur quoi il revient avec un peu de dérision dans cette chanson.. Là aussi, il dit ce qu'il a à dire de la société actuelle, SURTOUT des médias, et ça décape. Musicalement moins travaillée car sortie dans la hâte quelques mois plus tôt, mais textuellement révoltée.
On part sur un autre registre avec "Bonnie". Là, on retourne au rock'n'roll, comme au temps de "Pilule" ou "J'accuse".. Cette fois, pas de politique, pas de dénonciation, pas de révolte. Mais du rock, un style qu'on aimera ou non encore une fois, chacun ses goûts.. Mais un style que j'ai adoré. Et un texte que je trouve absolument excellent.. Certains trouveront ça grossier ou vulgaire et s'arrêteront à ça.. D'autres (dont moi) seront emballés par le rythme et le nombre incalculables de jeux de mots pour décrire cette "pute" (dira-t-on).. C'est vulgaire, certes, mais il y a tellement de trouvailles.. Puis ça va bien avec le style, de l'artiste ET de la chanson. Ce nombre de jeux de mots en rapport avec Bonnie, le sexe ou l'alcool.. "Bonnie la Suze, Bonnie la suce", "Bonnie bonne soeur mais à quelle heure ? Bonnie confesse (qu'on fesse) au fond des fesses.. Bonnie bénite, Bonnie m'habite (ma b***)".. "Bonnie vin rouge, Bonnie voit rouge", et j'en passe.. Cette chanson permet de se lâcher complètement ! Elle décape, elle est festive, et justement, du coup, est à l'image de ce que représente le texte : la fête, le sexe..
C'est un peu la même chose qui arrive avec "Rue d'la soif". Quelques allusions à la politique sur la fin, mais avant tout un délire festif, hommage à la Bretagne et l'esprit de fête. Un Patrick Sébastien mais avec le talent musical et le talent d'écriture, en fait. (Je blague, je n'oserais pas réellement faire la comparaison).
"Ma putain du show-biz", moins rock, mais on retourne à la dénonciation. Pas vraiment de nom donné, mais au vu de la description de ce qu'il définit comme "putain du show-biz", on a forcément quelques noms de personnes très présentes à la TV dans des émissions à la con qui nous viennent en tête.. Et le message est clair. La télé, le pognon, c'est pas bon. Et ça continue parfaitement dans cette veine avec 2 chansons qu'il avait "teasé" dans l'album précédent: "Je suis" et "Mon terroriste". Enorme coup de coeur pour la seconde pour ma part, même si les deux sont bonnes. Mais "Mon terroriste" est géniale, tant dans le fond que dans la forme. Il utilise un terme fort, surtout de nos jours.. Mais oui, c'est une façon subtile et couillue de dénoncer le capitalisme et la société du pognon à sa façon.
On baisse un peu le rythme (musicalement parlant) avec "Ma gueule de terroriste", très touchante. C'est pas là-dessus qu'on dansera, mais c'est criant de vérité. On pourra ne pas aimer le style, mais je pense qu'on ne peut pas critiquer le texte..

Lulu

Avec ce second CD, on commence à quitter le côté engagé et révolté, repartir vers la mélancolie qu'il sait si bien retranscrire comme il l'a montré avec, par exemple, le parfait triple album "Messina". Musicalement, c'est souvent très sobre mais plutôt efficace.. Pour accompagner des textes tristes, mais qui touchent droit au coeur. "Au cimetière des amours" est larmoyante mais touchante. "Les amours mortes" est terriblement triste, mais l'écriture est également très soignée.. On sent la tristesse et le désespoir d'un homme qui a sentimentalement tout perdu. Un petit "theme" musical en milieu d'album, une petite pause.. Et, comme à chaque fois qu'il compose sans écrire de parole, c'est musicalement fort, et je suis à chaque fois subjugué par les images qu'il arrive à créer dans ma tête quand j'écoute ces musiques en fermant les yeux. On sent que le conservatoire de piano n'a pas servi à rien, Damien.. Deuxième chanson en espagnol, là encore pas très joyeuse mais percutante.
Puis vient "Lulu". Il a berné tout le monde. Quand on connaît sa discographie, on s'attend à une nouvelle femme (après Marguerite, Amandine, Lula, Marie, Marilyn, Betty, et j'en passe).. Puis non, "Lulu" est un mec. Un ami, à son tour désespéré par l'amour.. Et là, on passe d'un Saez mélancolique et désespéré à un Saez qui veut aider un ami dans cette situation à remonter la pente. Au fond, ce "Lulu" pourrait même être Saez lui-même, ce "Lulu", c'est selon moi le Saez des albums précédents, des chansons précédentes.. D'où les référence au tango, qui pourrait être une allusion à sa chanson "Tango", avec les paroles magnifiques mais déchirantes d'un homme au bord du suicide après une déception amoureuse. J'ai vraiment l'impression que Lulu est cet homme-là, et que cette fois Saez prend un regard extérieur, un autre point de vue pour non pas parler en tant que désespéré, mais prendre la place de celui qui veut l'aider.. Et c'est fort. C'est très fort.
C'est "une théorie" d'autant plus plausible quand on entend la chanson suivante, "Putain ma vie", où il revient justement sur ce qu'il a vécu jusque là. Là aussi, une sorte de regard extérieur qui vient faire un résumé de sa vie. Cette interprétation pourrait se confirmer avec également, par exemple "Lulu fais comme moi, mets-toi dans les chansons". Ne dirait-il pas ici qu'il se met lui-même dans la chanson ? Subtil.
"Ma gueule" est intrigante. Elle peut-être, comme très souvent avec Saez, à double sens.. L'explication la plus simple serait qu'il parle de son enfant, si il en a un. Mais je me demande si en fait il parle pas littéralement de sa gueule.. notamment la gueule de sa jeunesse. Comme dans un texte de son manifeste où il parlait de la pochette de l'album en disant "j'ai revu la gueule de mes 20 ans".. Quand il parle de "te rendre à ta mère" ça serait, en gros, "revenir à la réalité : j'ai plus 20 ans" et "la cour d'école, les larmes de tes yeux de velours" : sa jeunesse perdue, triste de ne plus exister.. Quelques indices comme ceux-là. Je pars peut-être très loin, mais comme on a l'habitude des double-sens avec ce mec.. (Comme "Marguerite" qui est en réalité "la drogue", pas juste "une femme", par exemple).
"Pleure pas bébé", où il se place cette fois à la place de celui qui quitte l'autre.. C'est vrai qu'en fait, on ne dirait pas du Saez, on dirait de la mauvaise variété française, une sorte de parodie de chanson de rupture à la Jena Lee ou Vitaa. Et je pense que c'est le but, un peu comme pour exprimer le fait qu'il ne se sent pas dans la situation du mec qui quitte les autres, et c'est donc une façon de tourner en dérision ceux qui sont dans ce cas.. Même dans sa façon de chanter cette chanson on dirait parfois une parodie, je pense que c'est volontairement poussif. Les paroles ne sont pas non plus à gerber mais c'est trop simple pour être sérieux venant d'un auteur comme Saez, je pense vraiment que c'est sa façon de faire une parodie. Et ainsi, le second CD, "Lulu" nous offre un sujet, l'amour, traité de fond en comble.. L'amour, vu sous tous les angles. L'amour vu par le mec largué et désespéré, vu par l'ami qui voit son pote à la dérive (ou par le côté optimiste, le mec qui prend du recul sur lui-même, au choix), vu par celui qui quitte l'autre.. L'amour sous tous les angles. C'est fort.

Les bords de Seine

J'ai, je l'avoue, eu un peu de mal avec "Tristesse". Pas de paroles, une musique de 15 minutes.. Qui est jolie, c'est certain.. Mais je ne trouve pas que ça soit son theme le plus inspiré, ça ne m'a pas pris aux tripes comme "Theme quai de Seine" à l'époque, ou même créé énormément d'images comme "Theme Paris" sur le CD "Lulu". Mais bon, ça, c'est ultra subjectif..
Subjectif, c'est d'ailleurs le mot qui va avec ce 3e CD, où les paroles se font extrêmement rare. Beaucoup de musiques, pas de chansons.. Et là, tout est personnel. Certaines mélodies nous toucheront plus que d'autres, crééront plus d'images que d'autres chez l'un ou chez l'autre. Mais chez moi, "La neige" a fait son petit effet.. Sans me transcender non plus, mais ça a eu son petit effet.
La même chose pour "Theme mélancolie".. Puis "Theme de l'adieu", qui, là, m'a transporté. Les plus grands fans reconnaîtront peut-être de très fortes allures de "Mélancolie", chanson inédite datant d'il y a bien des années, uniquement chantée en concert.. Et quand on connaît cette très jolie chanson, ce theme est encore plus fort.
Mais alors, le morceau qui surclasse le reste du CD et qui est l'un des titres forts de ce triple album, peut-être même de sa discographie, c'est "Notre-dame Mélancolie". Tout est magnifique, je n'ai aucun reproche.. Il m'a emporté, il m'a ému, il m'a retourné.. J'ai eu les larmes aux yeux. La musique est belle, la mélodie également, les paroles sont d'une finesse déconcertante et d'une émotion débordante.. Et que dire de l'interprétation.. Magistrale. Il a donné tout ce qu'il avait, et les 3 dernières minutes ne peuvent pas laisser indifférent, c'est impossible.. Le gars vit son texte. Il ne chante pas, il interprète et vit son texte. C'est ça qui me fascine chez cet homme.
Mais c'est selon moi la seule de ce troisième CD à être magistrale.. Les suivantes restent bien écrites mais redondantes, et m'ont moins touché.. C'est toujours beau, mais ça s'arrête là pour ma part. Ce qui est déjà pas mal !

Selon moi, on peut se permettre d'être musicalement sobre quand les textes sont de très grande qualité. Et c'est exactement ce que fait Saez. Et quand il ne met pas de paroles, c'est pour offrir de très belles compositions. Un très bon auteur, mais aussi, comme il le montre avec le 3e CD, un bon compositeur. C'est certain qu'on n'écoute pas cet artiste pour danser, ni pour se mettre d'une humeur très gaie.. Mais quand on aime la poésie, c'est pour nous. On sent ici presque un triple album hommage à ses modèles, car on ressent de fortes influences de Brel (sur son interprétation de "Notre-dame Mélancolie" surtout !) ou Renaud, par exemple.. Et même Mano Solo, sur certaines chansons. Mais aussi et surtout, beaucoup de références et clins d'oeil à ses propres chansons.. Et c'est pourquoi c'est sûrement avant tout un triple album destiné aux fans.
Ce triple album m'a amplement convaincu, dans la veine de "Messina", qui est mon album favori, c'est donc un sacré compliment venant de moi.. Il ne l'égale vraiment pas, mais se classe dans la même lignée, et rien que ça c'est fort. Si il n'y avait pas eu la partie "Les bords de Seine", j'aurais peut-être pu le mettre au même niveau.. Mais oui, cet album est fort.. Sauf pour les anti-Saez. Forcément, ceux qui n'aiment pas le bonhomme, n'écoutez pas, ce n'est pas avec cet album que vous changerez d'avis. Il ne change pas. Si vous ne partagez pas ses idées politiques, vous détesterez la partie "Mon européenne", si vous n'aimez pas son rock, même chose.. Si vous n'aimez pas son côté poétique mais terriblement mélancolique, alors vous détesterez le reste. Il me paraît évident que si après 16 ans de carrière vous n'aimez toujours pas un artiste, ce n'est pas la peine de s'obstiner à écouter ce qu'il fait, vous n'aimerez toujours pas.. Ce n'est pas après 16 ans qu'il changera, encore moins un mec comme Saez. Mais si vous aimez sa poésie, son écriture, et ses interprétations.. Foncez.
Et si cet album n'est pas bien reçu, je ne changerai probablement pas d'avis.. Que les gens trouvent ça mauvais ou non, je m'en tape. Tout ce que je sais c'est que ce triple album m'a emporté, transporté, retourné, ému.. Et que je vous souhaite vraiment de ressentir ce que j'ai ressenti en l'écoutant.. En le vivant, même. Si ce n'est pas le cas, tant pis pour vous.. Mais vraiment, j'ai vécu quelque chose de fort.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6192 fois
15 apprécient · 2 n'apprécient pas

papagubida a ajouté cet album à 2 listes Lulu

  • Albums
    Pochette Messina

    Top 10 Albums

    Version longue : https://www.senscritique.com/liste/Top_albums_version_longue/1756953

  • Albums
    Pochette Messina

    Top albums : version longue

    Bon, je ne m'y connais pas autant en musique qu'en films, et je ne suis même pas sûr d'avoir écouté 100 albums.. Donc je peux...

Autres actions de papagubida Lulu