Je me souviens parfaitement du jour où j’ai acheté ce disque. A la Fnac du centre commercial de Rosny sous Bois, dans le 93. J’étais à l’époque uniquement focalisé sur le rap et les musiques jamaïcaines. Ce fut la première fois que j’achetais un album sans même l’avoir écouté, littéralement happé par son artwork sans que je ne sache pourquoi. Peut-être déjà… l’inconscient. Ou plus simplement cette représentation austère d’un tableau familial désossé de ses traits d’humanité. Peut-être aussi, sinon, cet âge ingrat qu’est l’adolescence, où l’on brûle tellement d’envie d’être adulte qu’on en oublie même ses réflexes d’enfant. A l’ombre de mes seize printemps, j’avais placé la galette dans la poche intérieure d’un caban. Aux côtés d’un petit format Moleskine où j’évoquais déjà mes rêves d’Orient. Le jour même où à Noumea, des gamins se rêvaient indépendants. C’était hier, il y a vingt ans.


Enoncer que j’aborde aujourd’hui ce disque avec la même approche serait mentir. Si la magie a survécu, le temps a commis ses outrages. Emportant avec lui l’absence totale d’intellectualisation que je vouais alors à la musique. J’attendrai dix ans de plus pour écrire des (mauvaises) chroniques, avec le recul plus ou moins analytique et surtout teinté d’aigritude que vous contemplez aujourd’hui. Music Has The Right To Children est en tous cas le responsable, avec quelques autres qui viendront par la suite, de mon initiale plongée sans oxygène dans les bassins de la musique totalement électronique. Il y a donc dans ma relation à ce disque quelque chose d’hautement symbolique et affectif. Quelque chose que l’âge et les affres de la vie aidant, on peut avoir envie de renier. Mais certaines idoles sont plus difficiles que d’autres à brûler. Il ne s’écoule jamais guère plus d’un mois sans que l’envie de l’écouter ne me submerge. Comme je l’avais dit il y a quelques années dans une chronique à propos de Tomorrow’s Harvest, que je considère d’ailleurs toujours un peu plus comme l’autre chef d’oeuvre intemporel du duo, la musique de Boards Of Canada dynamise comme aucune autre les contextes, accompagne la vie des contemplatifs de tous bords et ce quelle que soit la couleur de leurs sentiments...


lire le reste de la critique sur le site de "L'ombre sur la mesure" ici

Le 20 avril 2018

7 j'aime

Music Has the Right to Children
AugusteBourrain_de_L
9

Defend your constitutionally protected rights

Je me souviens parfaitement du jour où j’ai acheté ce disque. A la Fnac du centre commercial de Rosny sous Bois, dans le 93. J’étais à l’époque uniquement focalisé sur le rap et les musiques...

il y a 4 ans

7 j'aime

Divines
AugusteBourrain_de_L
2
Divines

Féminisme michetonneux

Dounia traîne ses guêtres dans une cité en bordure de l’autoroute A3, où habite son amie Maïmouna, fille de l’imam de la mosquée du quartier. Dounia n’habite pas la cité mais non loin de là, avec sa...

il y a 6 ans

7 j'aime

Ni Dieu ni maître : Une histoire de l'anarchisme
AugusteBourrain_de_L
8

Il n'y en a pas un sur cent, et pourtant, ils existent.

Diplômé en philosophie, membre du groupe ACHAB, Tancréde Ramonet crée en 2002 avec son frère et des amis la société de production Temps Noir. Boîte à qui on doit le documentaire Ni dieux ni maîtres :...

il y a 5 ans

6 j'aime

Portishead
AugusteBourrain_de_L
8
Portishead

Demain, ce disque aura 20 ans.

Au début des années 90, une certaine Beth Gibbons rencontre un certain Geoff Barrow dans la salle d’attente d’un pôle emploi du sud-ouest de l’Angleterre. Rejoints un peu plus tard par le...

il y a 5 ans

5 j'aime