Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Darko Inferno

Avis sur New Model (EP)

Avatar Madmask0
Critique publiée par le

Dieu que je l'attendais, ce nouvel EP de Perturbator! Découvert grâce aux excellents Hotline Miami (que mes oreilles remercient encore, désormais avides de Carpenter Brut, de Scattle ou encore de l'artiste concerné par cette critique), j'avais adoré ces précédents albums/EP, bombes de puissances mélangeant électro, disco et métal. C'est donc en inspirant très fort que, le 4 septembre 2017, je me plongeais dans l'écoute du dernier venu de sa discographie. 34 minutes et 35 secondes plus tard, j'étais dans ce qu'on pourrait appeler une PLSTQMDDEDCMD, comprenez Position Latérale de Sécurité Totale Qui Me Donne Envie De Chialer Mon Dieu C'est Quoi Ce Génie.. Je ne tournerai pas autour du pot plus longtemps, le constat étant sans appel : New Model est un chef d’œuvre, le genre de 8ème merveille du monde qui n'arrive que trop rarement.

Ce qui frappe tout d'abord en écoutant la dernière création de Perturbator, c'est l'angoisse, le malaise omniprésent qui suinte partout, dégoulinant des mélodies, des beats, du rtyhme. Alors que ces précédentes productions tournaient beaucoup autour de mélodies folles et enivrantes, ce nouvel EP semblent beaucoup plus s'orienter vers des rythmes et des drops d'une noirceur rare. Si ça ne l'empêche pas de mêler les deux (à l'exemple de Tainted Empire, piste au passage la plus faible de l'ensemble -mais quel ensemble-), New Model semble voué à immerger l'auditeur dans un univers sombre et violent, rempli de tueurs, de violeurs et autres immondices. On a réellement l'impression de suivre une histoire, dirigée notamment par le titre des pistes. S'il garde son côté synthwave, Perturbator l'utilise à un plan au dessus de ses ''concurrents", à un niveau que seul Carpenter Brut peut prétendre atteindre.

L'EP commence en apparence doucement, avec Birth of the New Model, monument d'immersion. Pas de drops destructeurs, des kicks "doux", et pourtant un malaise ambiant, qui explose dès que le morceau commence à s'énerver. Désormais bien dans l'ambiance, Perturbator nous sort alors son opus magnum (pas seulement de cet album, mais de toute sa discographie), à savoir l'extraordinaire Tactical Precision Disarray... Sa longue introduction semble traîner, attire notre attention, monopolise notre écoute... Et là, montée en puissance du morceau, les préliminaires semblent toucher à leurs fins, et voilà que le musicien délivre le drop. Un pur concentré de noirceur, de violence et de puissance... La piste qui suit se trouve être elle bien plus calme mais, tout comme la première, le malaise est omniprésent, fortement accentué par cette voix qui semble flotter au travers du morceau. La seconde moitié de l'album se veut quant à elle résolument plus synthwave, et se trouve être la partie la plus inférieure de l'EP, malgré un final impressionnant de maîtrise, point d'orgue approchant la dizaine de minute, finissant de magnifier New Model.

Perturbator a toujours été un grand musicien, mais avec ce New Model, l'artiste français touche au génie. Tout est maîtrisé, fou, électrique, noir, pour le profit d'une immersion auditive des plus sensationnelles. Impossible de résumer cette EP par d'autres termes que les suivants: un put**n d'album de taré...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 537 fois
5 apprécient

Autres actions de Madmask0 New Model (EP)