👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Orelsan et Gringe. Vous connaissez sûrement le premier, nationalement révélé par La terre est ronde - et si vous l'écoutiez avant, c'est encore mieux - rappeur de Caen, encensé lors de la sortie de son premier album. Vous n'avez peut-être pas entendu parler du second, présent au côté d'Orelsan depuis belle lurette. Les voilà de nouveau réunis, sous le pseudo de Casseurs Flowters, pour un album... bien à eux.

Orelsan, c'est quelques polémiques - en particulier celle autour des morceaux Sale P*te - mais aussi, et surtout, deux albums solo remarqués par la critique et le public: Perdu d'avance et Le chant des sirènes. Gringe, son ami et comparse depuis toujours l'accompagne sur ses deux albums. Au milieu des années 2000, ils lancent les Casseurs Flowters. Il faut attendre le 18 novembre 2013 pour les voir sortir un album. Une longue attente, qui s'explique par le fait que les deux potes ont mis du temps à percer, et à peaufiner leurs délires.

Avant de lancer Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters, vous devriez écouter, ou réécouter, les deux albums solo d'Orelsan. C'est fait? Bien. Maintenant, oubliez tout, et concentrez-vous sur l'humour décalé et les private joke. Oui, cette galette là, c'est un délire entre potes, un album par eux, pour eux. À trente ans, ils sont perdus dans leur adolescence, et retracent une de leur journée de déchéance en un peu plus d'une heure.

D'ailleurs, ce n'est pas anodin si tout commence à 14h58. Un texte japonais, une parodie d'un générique de dessin animé des années 90, voilà l'ouverture de l'album. La suite n'est pas plus originale: glandage, portable et paresse, impossible de se méprendre, ce n'est pas du rap conscient. Le long des morceaux, on passe d'un réveil digne d'un lendemain de soirée, par les embrouilles entre potes, au temps perdu à traîner dehors puis à l'auto-promotion de leur flemmardise quasi-légendaire. C'est le genre de journée parfois chiante, parfois marquée par les dessins animés, par le temps perdu dans un abribus, c'est la médiocrité avant tout. Pour être plus concret, Orelsan continue de rapper comme à son habitude, flow mêlé à ses punchlines et l'instru élaborée par Skread. Gringe, moins connu que son compère, à fort à faire ici pour marquer les esprits. Quelques phrases bien senties et une voix bien plus grave qu'Orelsan lui permettent de se démarquer. Inutile de chercher du sens dans l'enchaînement des morceaux, cette journée perdue est totalement décousue. Au milieu de l'album arrive les deux singles Bloqué et La mort du disque. C'est là le paroxysme d'un ego trip marqué par leur no life tandis que les morceaux suivants sont bien moins décalés. Côté beat, l'inspiration est du côté des jeux vidéos 8 bit et des mangas si chers à Orelsan. D'ailleurs ces beats de Skread restent dans la lignée de ses productions précédentes sur Le chant des sirènes. Il n'empêche qu'ils sont prenants, et s'accordent parfaitement avec l'échange entre les deux rappeurs, point central de l'album.

C'est typiquement le genre d'albums qui ne plaira pas à tout le monde, et c'est justifié. Ces Casseurs Flowters viennent d'élaborer un album avec leurs blagues, leurs vies, leurs délires, et c'est parfois dur de se reconnaître dedans. On retient aussi une forte dose de je-men-foutisme et d'interludes qui viennent casser la bonne dynamique des morceaux. Au final, l'album compte plus de titres loufoques que de textes qui vous prennent direct au coeur. Malgré cela, le tout est bien senti. Les punchlines marchent, et l'ego trip d'Orelsan et Gringe se révèlent comme une bonne surprise. Les deux premiers singles, Bloqué et La mort du disque, ne suffisent pas à résumer l'esprit de cet album, et ce n'est pas plus mal. Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters, c'est un peu un concept, plus proche de la blague malvenue que de l'art de rue. Il n'empêche que cet album, c'est du rap, et c'est bien le leur.
ThomasToussaint
7
Écrit par

il y a 8 ans

8 j'aime

8 commentaires

Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters
Gwangelinhael
8

Winter le Dauphin queue mécanique Sex machine

Orelsan, le rappeur le plus détesté de l’univers. Celui qui a détrôné Joey Starr depuis que ce dernier fait du cinéma. Orelsan, sale p*te, a marqué les esprits des chiennes de gardes et de Ségolène...

Lire la critique

il y a 8 ans

38 j'aime

14

Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters
Thibault_Ctr
8

J'suis pas feignant mais j'ai la flemme...

Les casseurs flowteurs ont enfin sorti leur premier album ! La collaboration Orelsan/Gringe se concrétise donc dans un CD à leur image : Un bon gros délire de potes. On retrouve donc toujours le...

Lire la critique

il y a 8 ans

22 j'aime

Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters
Kiichigo
7

"C'est nous l'futur, c'est nous les ringards de demain"

Orelsan et Gringe sont les casseurs flowters est le deuxième album du duo, le premier, Fantasy - Episode 1, étant sorti en 2004. Rien à voir entre les deux albums, et tant mieux. Ce nouvel opus...

Lire la critique

il y a 8 ans

19 j'aime

Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters
ThomasToussaint
7

Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters

Orelsan et Gringe. Vous connaissez sûrement le premier, nationalement révélé par La terre est ronde - et si vous l'écoutiez avant, c'est encore mieux - rappeur de Caen, encensé lors de la sortie de...

Lire la critique

il y a 8 ans

8 j'aime

8

Septième Ciel
ThomasToussaint
6

Au 7e étage s'il vous plaît

Octobre 2013, les Fatals Picards reviennent avec du rock, des textes acérés, et une bonne dose d'humour - souvent noir. Leur nouvel album, 7e Ciel, est-il aussi bon que ses prédécesseurs? Réponse...

Lire la critique

il y a 8 ans

7 j'aime

8

Hunger Games - L'Embrasement
ThomasToussaint
8

Bigger Better

Mercredi 27 novembre. Que ce jour soit marqué à jamais comme celui de la sortie d'Hunger Games : l'Embrasement. Eh oui, nombres de fans ont attendus ce moment, revoir Jennifer Lawrence endosser le...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime