Pinkerton

Avis sur Pinkerton

Avatar Pinkerton
Critique publiée par le (modifiée le )

Il est temps pour moi de faire un peu plus de critiques qui apportent quelque chose, au moins, car après tout, c'est le but même du site et il est sur que cela a plus d'intérêt que juste mettre des notes, ce dont je m'habitues trop à faire ..

Mais que dire pour quelque chose comme un des films de Batman? tout a été dit plus ou moins, qu'est ce que je pourrais y ajouter, y apporter pour que ma critique est son intérêt et qu'elle en vaille la peine?

La motivation a développée ainsi me vient surtout pour des choses où tout n'est pas dit, souvent plus obscure c'est ou des cas isolé, ou alors des choses reconnus mais dont on ne parle pas assez! et pour Pinkerton, il le faut, et je pense être bien placé :D alors ça me parait comme un bon début pour ce recommencement pour moi, ce nettoyage de critiques, la case de départ se trouve ici pour moi du moins, cela va sans se dire.

Pinkerton c'est l'album que je ne voyais pas venir, et que même à sa venue à mes oreilles, je l'avais pas vu passé au début, comme beaucoup, de l'époque de sa sortie, ou encore de nos jours quand on le découvre ainsi..
bah ouais je ne le cache pas, j'avoue que ne comprenais pas, je découvrais Weezer, et tout le monde était encore sur cet album, en regrettant cette époque.. c'est curieux, et forcément ce genre de chose ça en dit long, ça cache quelque et on le sait bien! c'est pas pour rien que tout le monde s'arrête sur Pet Sounds quand il s'agit des Beach Boys, il y a un certain impact malgré l'incompréhension générale..
petit à petit, comme souvent dans les œuvres incomprises, le fond ressort de la forme et arrive comme une avalanche d'une qualité incroyable qui surpasse la question du temps, la question la plus difficile pour l'art en fin de compte.

Pinkerton c'est le travail d'un mec perdu, isolé qui veut devenir une rockstar, mais une rockstar à sa manière
après son premier essaie, Weezer étaient lancés au grand public, succès de dingue, les ventes qui ne s'arrêtent plus, l'apparition d'un clip du groupe sur le cd même de Windows, la machine est en route!
mais ça n'a pas que ses bon côtés tout ça bien sur, avec sa pochette bleu simpliste qui s'inspirait des Beach Boys justement (l'idée était de reprendre une photo du groupe qu'ils avait vu sur une compilation sur cassette, et d'en faire une approche moderne, voici une comparaison, bien que petit format, sorry: http://www.vh1.com/celebrity/bwe/images/2006/10/weezer.JPG), leur airs et références de nerds, du coup Weezer laissés une image un peu de blague, de groupe second degrés, juste là pour déconner..

Alors forcement cela a frustré Rivers Cuomo, je précise chanteur leader compositeur et maitre du groupe, d'ailleurs, peut être que vous vous êtes déjà demandé d'où vient ce mot Weezer, c'était le surnom que lui donnait son père, donc voilà avant tout finalement Weezer c'est lui quoi, bref, il voulait être pris au sérieux, normal, être les nouveaux Nirvana quelque part comme il disait il me semble, ça le laissait confus car il était sincère dans ses démarches et n'y voyait rien d'ironique à travers les paroles, une part un peu naïve de lui, mais qui en fait le charme et la différence de ses textes et la composition de sa musique! pourquoi les gens s'amusait de Undone - The Sweater Song? ne comprenait t'ils pas son sens? pensait ils vraiment que c'était une chanson sur les pulls?
non bien sur que non ça ne l'est pas, c'est une métaphore de la dépression, les couplets sont bien clair là dessus pourtant, non? "Oh no, it go, it gone, Bye-bye. Who i, i think, i sink.. and I die" chacun en pense ce qu'il veut, moi ça me suffit et je trouve ça plus frappant qu'un poseur qui va prendre 10 ligne pour me dire que le monde est méchant et tout le tralala, mais voilà, peut être que la forme et tout ce qui entourait cela déformé ce message qu'il voulait mettre au monde.

Du coup Rivers, bah pour Pinkerton il va prendre un peu un virage inattendu quand même! et encore, ce que vous entendez c'est une version soft de ce qui se devait d'être à la base!
car tout venait à la base d'un concept totalement opéra rock, une histoire d'un groupe qui allait sur une autre planète avec des histoires d'amour, un peu ce qui allait dans la vie perso de Rivers! wow, attends le groupe est tout nouveau à l'époque, un album avec une pochette avec juste eux dessus sur fond bleu et des chansons rock qui passerait direct sur un second album à du rock opéra? ça serait de la folie!
Alors finalement, quelque part dans le chemin de la composition de cela, il annulera l'idée, encore dans des raisons obscures, ha oui parce que Matt Sharp le bassiste avait fait de son côté son groupe The Rentals en reprenant pas mal des idées de sons de ce que Rivers proposait à ce temps dont l'apparition du synthé Moog qui y joue beaucoup, mélangé avec ce rock très Weezer, du coup se sentant un peu trahi par son ami, il ne prendra pas très bien et va mettre la projet à la poubelle... plus ou moins!

Car mais fort heureusement Rivers gardera pas mal de ce concept pour l'album final qui sera Pinkerton et on retrouve quelques chansons de ce temps qui seront dessus, d'ailleurs, même une qui finira comme b-side d'un single de Pinkerton, la chanson I Just Threw Out The Love Of My Dreams qui sera l'unique partant du projet rock opéra Songs From The Black Hole enregistré complètement sous son idée de base, la chanson mettant en scène l'un des personnages féminins de l'histoire, il y invitera Rachel Haden du groupe "that dog." à en faire la voix dessus! et tout est dedans, le son typique de ce qui en devait être, ce mélange de rock avec ce synthé moog, ce personnage féminin au premier rôle du chant, le tout fait en studio, voilà la seule forme qu'on a du projet de base! celle ci sonne particulièrement power pop, ça en aurait fait presque un tube je pense:
https://www.youtube.com/watch?v=dMseH5GIVTA

Bon bon, je dérive un peu.. mais un peu de fond d'histoire aide à mettre les choses en contexte! aaaalors qu'est ce fameux Pinkerton, hein?

Pinkerton, le titre en soit, est une référence au personnage de l'opéra Madame Butterfly du grand Puccini, l'album présente sur sa pochette une œuvre d'un autre très grand, le peintre Hiroshige qui faisait des peintures du Japon de son époque (des années 1800) là mis, pour être dans l'ambiance de l'album, dans des couleurs très sombre..
du coup pas mal de références dans sa présentation, n'est ce pas? d'ailleurs y'a même une map cachée! si vous avez le cd, peut être que vous l'ignorer encore, mais en retirant le support noir qui tient le cd derrière se trouve un dessin qui est la map dite Pinkerton, il y a encore plus de références, même à Lou Barlow de Dinosaur Jr! chaque îles à son nom, il y a une dédicace à deux fans très dévoué qui avait ouvert à l'époque le fanclub du groupe, malheureusement elles décéderont dans un accident tragique peu de temps après la sortie de l'album..
à travers cela une œuvre extrêmement intime et personnel, suffit juste de le constater par sa chanson d'ouverture, entrons dans le vif du sujet:

Tired Of Sex! le mec il débarque et direct il te raconte sa vie sexuelle, mais qui veut savoir ça?! mais ce n'est pas que, bien sur à travers il exprime son dégout de se contenter de ce rapport petit à petit et de ne pas avoir plus,
en soit l'absence total de relation et d'émotions, du coup c'est assez intéressant.. mais faut le faire! se livrer nu tel quel dès les premières paroles de l'album, c'est clair on va pas te mentir, ça va droit au cœur du sujet!
la démarche est très sincère et honnête, comme tout le long de l'album et son principe même, le mec il est pas là pour te parler du beau temps ou ce qu'il a manger! mais encore une fois, ça peut paraitre drôle "Hahaha "tired of sex", genre lemec! qu'il est con haha" et voilà un soucis qui jouera à l’échec de l'album et de ce que Rivers voulait en faire, il pensait y échappé avec celui ci et être clair et précis, mais bizarrement la confusion entre celui qui écrit et celui qui écoute est toujours présente.. m'enfin passons cela, musicalement ça envoie la pattée direct, ce putain de riff! et le solo, Rivers se lâche tout de suite, ça annonce la couleur.

Arrive ensuite Getchoo, je dirais pas que c'est la plus faible, ça me parait trop péjorative, mais c'est la moins complexe en terme de composition peut être, pour certains ça peut être un plus justement? ceux qui préfèrent à l'écoute quelque chose de plus simplifié, celle ci va droit au but à l'inverse de d'autres chansons disons plus intenses de la bestiole! mais avec cette touche très appuyé sur le côté dramatique, qui verra en naitre son terme émo bien que totalement exagéré et presque dérivé de l'émotion pure qu'on nous livre par cela, cet album c'est la confession d'un nerd, pas un mec qui se teint les cheveux noir les lisse et se maquille pour dire qu'il est rejeté!
le solo de guitare là ressort un peu la touche Nirvana je pense, ce côté non mélodieux? j'exagère peut être mais bon, la chanson en soit est cool et ne déconcentre pas, mais pas le stand up du groupe ni de l'album cela dit, enfin.. ça dépend pour qui!

Puis No Other One, où Rivers vient à nous décrire cette fille avec ses hauts et ses bas, mais que peu importe les trucs qui dérangent il ne peut pas s'en passer tout simplement, quand y'a ce feeling qui vous rendent inséparable malgré les différences, vous savez.. un écho à No One Else de l'album bleu?

Ce qui en fait sa puissance c'est le refrain soudain d'un air si tragique, qui complimente du coup les couplets plus "saints" dirais je? j'adore sur le second avec la guitare en fond qui apporte son détail croustillant, le moment
où tu te rends compte du songwritting de qualité, c'est aussi par ces petites choses ainsi que ça ressort et qu'on le remarque, le travail, pas de branlette.

Why Bother? c'est un "relief" quelque part, qui peut plaire facilement! on se lâche et on retourne à une sauce plus boosté et direct, elle aurait du être un single ça en aurait fait son tube je pense! maaais surement trompeur par le reste du contenu de l'album, là les paroles contre dise le thème même: Alors que sur le reste de l'album Rivers est dans une obsession là à l'inverse, à travers celle ci, il se dit bah pourquoi se faire chier? mais c'est dit à sa façon et avec talent, j'adore, les paroles c'est un plaisir de les chanter à voix haute, tout l'album l'est finalement, c'est son album, mais.. finalement c'est le notre!

Et tant on s'y retrouve, peu importe notre âge ou l'époque,ce sentiment de plus vouloir se laisser avoir et de plus vouloir se prendre la tête, et c'est ce que la forme de la chanson dégage, on se prend pas la tête, encore une fois, ça aussi c'est génial comme mariage et bien penser.

Et autant Why Bother? est plus légère, autant la prochaine qui est nulle autre que Across The Sea atteint son opposé totale, que ça soit dans les paroles ou musicalement, c'est intense de la première seconde à la dernière!

La chanson en soit est une réponse à une lettre d'une fan japonaise (l'obsession de Rivers, oui ça fait "creepy", non?) qui, j'imagine, a du beaucoup lui plaire pour en venir à ceci, alors il lui répondra avec cette chanson, y'aura pas de suite à cette histoire malheureusement comme il nous le laissera savoir à travers une interview des années plus tard.

Mais visiblement c'était une source inspiration très forte et qui portera ses fruits, c'est exécuté à la façon de Rivers bien sur, ne cachant aucun détails venant même à dire s'il se demande si elle se touche en pensant à lui regrettant qu'il ne soit pas là.. et c'est marrant car c'était en 1997 ça, pas aussi courant comme lien enfin pas autant peut être que ce qui peut se crée aujourd'hui par le net, du coup son contexte a toujours sa place, sous une autre forme, mais comme quoi, un album qui témoigne d'un passage d'une vie totalement personnel peut être vraiment universel et cela à travers les générations! la chanson.. pfiou, le pont, le solo, puis le passage calme, pour remonter, à savourer, un moment qui ne cesse de procurer d'émotions.

The Good Life, encore une chanson typique qui se verrait prise plus dans un second degrés alors qu'au fond elle traite un sujet sérieux, Rivers se faisait opéré de la jambe car étant plus longue que l'autre
du coup pendant ce temps si ce n'était pour rester cloitré au lit d’hôpital il ne pouvait se déplacer qu'avec une canne, c'est pas ce qu'il y a de plus cool pour un jeune, du coup il a fait cette chanson, sur ce lit d'hôpital, et voilà pourquoi il est comme ça finalement, tel qu'on l'entends, tel qu'il s’exprime ainsi!

Voilà pourquoi il crie la vie, et qu'il chante sans faire sa diva mais juste ce qu'il en sort de son cœur et de ce qui se passe chez lui.. à l'inverse de ce que sera l'album suivant d'ailleurs: Rivers qui se sent un peu embarrassé fera des déclarations pas très belles ni gentilles envers Pinkerton et fera de l'album vert, le troisième du groupe, la réponse à la réaction de Pinkerton, bref son opposé, maitrise totale du chant, l'absence totalement de prise de position personnel aux niveau paroles ou quelconques formes, l'enregistrement parfait ou chaque prise est revu à la loupe, un son de production en mr propre, bref c'est bien fait en soit et il est efficace tel quel l'album vert, comme un truc d'été agréable! qui peut détester quelque chose comme Island In The Sun (la musique que vous entendez aujourd'hui pour la pub de la poste) après tout? c'est craquant et un tube parfait qui fait toujours son effet! mais voilà, Weezer à la base c'était plus que ça, pas une machine à tubes de radio vide d'émotions personnels, Weezer c'est Rivers et Rivers c'est Pinkerton, et Pinkerton c'est.. moi?

J'ajouterais que j'adore le passage du solo, un moment bordélique et casse gueule pourtant totalement maitrisé et bien écrit qui met en avant le passage suivant bien plus calme et reposé, comme si c'était le soleil après l'orage, mais là l'un est aussi bon que l'autre.. le pont est très beau, j'adore la guitare en slide qui débarque venue de nulle part mais qui se colle à merveille sur ce qui se passe dans ce passage de cette chanson précise, et c'est le genre de détails qu'on retrouve souvent sur l'album, des moments où un instrument arrive dont ne sait où, comme sur Across The Sea et le piano, mais qui complimente totalement le morceau et prend tout son sens dedans! ça fait la magie de Pinkerton ça aussi, car ces instruments ne reviennent pas après, il arrivent que le temps d'une performance, mais une performance utile et qui a sa place sur le moment choisit.

El Scorcho un autre titre qui traite d'une relation très personnel de Rivers, encore précis où il cite des situations vécus par des détails anecdotiques mais qui en fait son charme, en citant même Green Day, lorsqu'il veut inviter la fille à les voir en concert, hey à l'époque ils était cool pour tout le monde! mais c'est plus divisé mais bon..
Elle est le premier single de l'album et ça a surpris plus d'un, l’esprit de la chanson résume un peu l'idée de l'album, le côté très intime de Rivers par ses dires mis en dessous d'une forme assez laisser aller, les autres mecs du groupe qui chante de drôles de bruits à côté par ci par là, un pont totalement hors sujet qui change du reste de la chanson qu'on voit pas trop venir, c'est génial!

T'as le côté vraiment travaillé, mais sans partir dans un délire péteux, ça reste facile, mais c'est intelligent, puis au lieu je sais pas d'en faire un délire megalo sa forme est totalement naturelle et ça, ça rend l'album fort, mise à nue, pas de surproduction over the top ou quoi, et pourtant la chanson qui a plus l'allure d'un single que le reste, enfin reste que Why Bother? aurait été plus efficace pour eux je pense dans l'idée de faire le premier single! et pourtant y'en a pas mal qui l'ont reprise, de Deftones à l'acteur Michael Cera.

Après y'a Pink triangle! ha celle ci, une autre chanson qui est un exemple typique de la confusion qu'il y avait, Rivers raconte une vrai histoire, sans humour volontaire! maaais c'est vrai, le contenu fait que ça peut faire l'effet de surprise marrant pour celui qui découvre, l'histoire étant que Rivers était attiré par cette fille mais qui finalement en conclut qu'elle serait lesbienne, pas en refusant quelconques avances, mais car elle avait un bracelet qui soutenait la cause de l'homosexualité qui lui a amener à croire cela..

Alors qu'en fait non, il apprendra bien plus tard qu'elle était bien hétéro! aah oui ça c'est con, Rivers..
mais en attendent ça lui servira d'inspiration pour une superbe chanson, bien que reste la réaction, suffit de voir des performances de l'époque où les filles n’arrêtait pas de crier de façon amusante dès l'attaque du refrain: "I'm dumb, she's a lesbian!" m'enfin mise à part cela, ce solo mélodieux, je m'en lasse pas, il me fait toujours effet..

Attention, là c'est Falling For You, un très grand moment de l'album et du groupe en général avec Across The Sea (pour ne citer que de cet album, sinon il y a bien sur par exemple Only In Dreams du premier, et j'en passes..)
j'adore ses couplets si mélodieux cassé par un refrain presque gueulé (par dans le sens dans lequel vous pensez..) et qui revient avec un couplet qui pousse encore plus sur la touche mélodieuse et mélancolique
à travers toujours un texte très personnel, une déclaration d'amour, de l'obsession, et qui en fait sa force par des paroles qui marquent, par celle ci parmi mes passages préférées comme "I gotta go turn in my rock star card, and get fat and old with you" et le moment clé est bien sur la partie du solo avec un changement d'accords au milieu, un travail de génie bien fouillé et qui prouve les qualité de songwritter de Rivers dont il n'en exagère pas, loin de l'idée d'en faire too much, bien que par là il y avait tout de même la démarche de se prouver artistiquement au public et aux critiques "plus underground" qu'il savait ce qu'il faisait et qu'il y a un réel effort derrière, suite aux réactions de l'album bleu, enfin c'était sa façon d'y répondre du moins.

Et puis on termine sur Butterfly, comment faire autrement pour finir un album aussi sauvage et bruyant que par une chanson ... purement acoustique? haha!
et ça, quel génie, c'est comme la conclusion ultime vers ce voyage si intense et personnel du chanteur, juste lui, sa guitare, enregistré vers 3h du mat, au dernier moment, sans effets, comme s'il ne reste plus que vous deux..
bon y'a une petite apparition discrète de percussion faite par leur ami Karl mais c'est tout sinon.

Des paroles si belles et touchantes, plus que jamais, à la fois romantique mais cru comme le reste du thème de l'album qui en fait sa force si marquante, ça résume tout son concept, c'est sans artifices et on y croit car c'est sincère, c'est beau, ça vient du cœur.
"I guess you're as real as me, maybe i can live with that, maybe i need fantasy..."

Et voilà, déjà la fin, ma connexion est éternel avec cet album, par ces paroles qui résonnent toujours en moi et son émotion que je ne retrouve nulle part, m'enfin à ce jour c'est plus qu'un album pour moi, il fait à part entier de ma vie par les événements qui s'y rattachent, des amitiés ou plus qui se sont crée à travers, des concerts, des soirées.. il est sans gène, juste honnête par rapport à ce qu'un humain peut vouloir et désirer tout en faisant place aussi à un côté plus émotionnel, c'est un album très humain finalement, bien plus que d'autres, autant dans son fond que sa forme, un cri du cœur, et c'est ça qui surprenait et surprend toujours les gens et qui restent incompris, c'est à la fois artistique tout comme ça ne l'est pas du tout, c'est personnel tout comme c'est plein de références.

Je pense que si l'album était mal reçu, enfin non, il avait plutôt de bonne critiques, c'est juste que ne c’était pas à quoi les gens s'attendaient et qu'il avait bien trop d'avances sur son temps, cela se remarque par l'influence qui est plus présente que jamais aujourd'hui.

Voici un exemple qui résume tout: à sa sortie le magazine Rolling Stones l'a désigné comme pire album de l'année, non non je déconne pas!

Mais vous savez quoi? même pas quelques années plus tard ils vont revenir là dessus, lui donneront 5 étoiles sur 5 et l'ajoutant dans le catalogue des 100 meilleurs albums des 90's, vous voyez ce qui se passe là?
ce qui se passe c'est ce qui résume totalement la plus part de l'écoute des gens envers cet album, c'est un album sans conneries, un livre intime, cru et à la fois touchant, une attitude de loser total en fait, à la première écoute ça parait trop dégagé et surtout sauvage, totalement sauvage! plein de bruits mais justement ça ce n'est que la forme qui témoigne de l'émotion direct qui s'en dégage, le travaille génial qu'il y a musicalement et la sincérité qui prend part de toute la base de l'album par l'émotion de l'interprétation vocale et des instruments, c'est ce qui ressort petit à petit et qui gagne les gens à travers le temps, qui en fait sa force et qui explique que ceux qui y reviennent y comprennent pourquoi l'album est reconnu tel quel et a une saveur unique.

Bon maintenant il a un peu plus sa reconnaissance, l’exemple de Rolling Stones puis aussi au sein même du groupe qui en a fait sa version deluxe il y a quelques années, ils en sont décomplexé et ont compris que les jeunes l'adulent, ils en ont même fait une tournée, une tournée bien sur dont j'ai sauté sur la première date, direction Los Angeles, avec des potes on a même envoyé sur scène une pancarte taille humaine de Chewbacca (qu'on a chacun signé et mis des private jokes ou références au groupe), c'était marrant car c'était avant que le groupe débarquent sur scène donc ils l'ont découvert en live devant nous, et bien sur ils l'ont gardé le reste de la tournée! maintenant notre Chewbacca est blindé de signatures et est devenu un truc historique du groupe dont ils prennent soin, haha.

Je pense que sa note est trop faible ou celle des chansons car on juge trop vite à la première écoute, c'est un album qui se découvre petit à petit, qu'on appréhende et qu'on ne se détache plus par la suite une fois qu'on en saisit le cœur de l’œuvre, il y a tout dessus, un mec qui s'y donne à fond vocalement pas dans un sens technique mais purement émotionnel, des paroles, une batterie bien présente qui se lâche et qui donne la patate, des idées de constructions et structures surprenantes et très bien foutus, des solos de guitare, de la basse qui est pratiquement en mode solo tout le long haha, une puissance de dingue à tous les niveaux, et pourtant c'est pas juste du rock'n'roll cet album, pas du tout.

https://www.youtube.com/watch?v=I__o6BmwtDA
(bien que pas en HD, mais si ça peut dépanner)

Et pour finir en beauté, une chanson du temps de cet album qui ne verra que le jour sur sa version deluxe, une magnifique ballade qui est juste l'une de mes préférées du groupe et qui dans cette version contient un final avec un mega medley de plusieurs airs de chansons de l'album :)
https://www.youtube.com/watch?v=o8TyGGFUlhM

Amen.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1743 fois
54 apprécient · 4 n'apprécient pas

Pinkerton a ajouté cet album à 7 listes Pinkerton

Autres actions de Pinkerton Pinkerton