Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Un Must-Have du speed/thrash metal

Avis sur Rust in Peace

Avatar Larry Sarrs
Critique publiée par le

Quand on parle de groupe mythique dans le metal, d'innovateur dans le thrash, on parle surtout de Metallica. Mais comment parler d'eux sans parler de leurs frères ennemis de Megadeth, dont Dave Mustaine a joué et composé pour le premier puis a créé le second. Après trois bons albums parfois un peu confus aux relents de thrash, de speed et de quelques miettes de punk, et des hits tels que Wake Up Dead ou In My Darkest Hour, on n'attend que du bon.

Quatrième album du groupe, Rust In Peace voit le jour avec un line-up tout neuf, LE line-up de Megadeth dira-t-on plus tard, avec donc toujours Mustaine et Ellefson, mais aussi Nick Menza officiant derrière les futs, et Marty Friedman à la gratte.

Dès les premières notes, les bases sont posées : il faut s'attendre à du très très grand metal.

Malgré une production très old school et un peu faiblarde, les hymnes s'enchainent sans s'arrêter sur tout l'album : la magique Holy Wars The Punishment Due, avec un des plus beaux breaks de guitare acoustique jamais écrit, pondu par Maitre Friedman, et des riffs en veux-tu-en-voilà, la vibrante Hangar 18, source d'inspiration de la pochette de l'album sur les ET, avec ses échanges de soli à damner le guitariste qui est en vous, l'agressive Take No Prisonners, Five Magics et son ambiance sombre, l'ultra thrash Poison Was The Cure, et deux moments très forts de l'album : Lucretia et son intro mythique, et surtout Tornado Of Souls, avec peut être le plus beau solo de la création, encore une fois Made By Friedman, un solo qui fait vibrer, banguer, trembler, on se retrouve à faire du air guitar sur une Jackson Kelly imaginaire dans la position si particulière du maitre, cette chanson est un chef d'oeuvre comme il y en a peu. Enfin Dawn Patrol adoucit la sauce avec son couple basse-batterie et son chant macabre, pour terminer en beauté par la toute puissante Rust In Peace Polaris.

En à peine 41 minutes, on explore un album bourré de riffs, de solis, de paroles torturées, et d'une inspiration thrash comme on aimerait en avoir plus souvent. Si la production, améliorée par le remaster sorti en 2004 avec quelques bonus, est un peu légère avec une batterie trop étouffée, je sais que je tiens tout de même dans mes mains un album phare que je pose à coté de ...And Justice For All de Metallica et de Seasons In the Abyss de Slayer, pour moi les meilleurs albums de ma collection, car comme ces derniers Rust In Peace est un album doté d'une énergie, d'une hargne, d'une inspiration rares, d'une vie qui lui est propre, qui fait qu'il passe régulièrement sur la platine pour y rester un bon nombre de jours : en un mot, un classique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1588 fois
18 apprécient

Larry Sarrs a ajouté cet album à 1 liste Rust in Peace

  • Albums
    Illustration

    Top 10 Albums

    Avec : Rust in Peace, …and Justice for All, Slave to the Grind, Seasons in the Abyss,

Autres actions de Larry Sarrs Rust in Peace