Seventh Son of a Seventh Son, la vierge de fer au top du top

Avis sur Seventh Son of a Seventh Son

Avatar Tristan Renet
Critique publiée par le

Dans la continuité de Somewhere in Time, Iron Maiden perfectionne son côté progressive en ajoutant des claviers à sa musique. Hormis le tubesque Can I play with Madness, les morceaux oscillent entre 5 et 6 minutes et proposent des mélodies toujours aussi accrocheuses. Bruce Dickinson est toujours au top. Moonchild calme d'emblée l'auditeur et The Clairvoyant et sa basse galopante fera headbanguer les chevelus du fond qui n'ont pas encore compris que cet album est une tuerie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 277 fois
Aucun vote pour le moment

Tristan Renet a ajouté cet album à 1 liste Seventh Son of a Seventh Son

Autres actions de Tristan Renet Seventh Son of a Seventh Son