Joyeuses vacances en enfer

Avis sur Vacation in Hell

Avatar Pierrealfoy
Critique publiée par le

C'est avec grand étonnement que j'ai appris la sortie du dernier album du groupe new-yorkais. La figure montante est de nouveau réunie avec un titre accrocheur "Vacation in Hell". Et après écoute des morceaux qui composent cet album on y retrouve en effet des sonorités, c'est une invitation au voyage. Mais pas forcément un voyage en enfer. Certaines instrus sont plus violentes que d'autres. Quoique. On plonge dans une atmosphère relax. Sauf la première chanson qui entame l'album sur de grosses basses avec le titre "Hello". La patte et le talent d'Erik The Architect, le beatmaker, rythme ce nouvel opus. Beaucoup d'instru type rock, de la batterie, de la guitare. Mais aussi un peu de trap, ce qui n'est pas de coutume pour le trio infernal. Mon avis bien entendu subjectif et partial m'empeche de respecter la trap comme elle (je suis pas sûr) méritait d'être respectée. Mais trop de trap tue un album et un seul titre de ce style suffit. L’hétérogénéité des instrus apporte une diversité de sonorités et un rythme plus ou moins différent. Et c'est aussi ça les vacances. C'est le bruit des vagues, le chant des mouettes. On pourrait l'entendre au début et à la fin de The Goddess. Et l'Architect nous fait danser. Le flow est toujours si limpide et fluide. Les 3 voix différentes et si singulières de chacun des membres du groupe rythment en symbiose. Les vacances c'est aussi le repos. On ressent la météo à travers les sons. On passe d'une plage ensoleillée à une averse accompagnée d'une partition de piano. Le cliché d'une scène bien blues. Avec par dessus des vocales qui résonnent en écho. Erik le compositeur joue sur tous les rythmes, sur tous les styles. Je change de musique, j'entends encore le chant des mouettes. Le trio new-yorkais ce serait-il offert un séjour à la plage ? C'est ce qu'on essaye de nous faire comprendre. Mais les gars de Brooklyn charbonnent même en vacances? Ou bien serait-ce t-il une invitation à se reposer. Ce qui ne reste pas à se reposer sous le parasol c'est bien sur le flow du trio qui endiable (hell, on y est!) les morceaux. De plus en plus fluides les flows se succèdent et la synchro est parfaite.
D'un morceau à l'autre on peut passer du tout au tout.
Quelques sons aux connotations psychés. Parce qu'il s'agit quand même des Flatbush Zombies. Cet univers psychédélique avec lequel on a apprit à les connaître est une fois de plus présent mais il a évolué. Ils ont apprit à le mélanger et le jouer avec d'autres instrus. Bon boulot.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 313 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Pierrealfoy Vacation in Hell