Couverture Asterios Polyp

Asterios Polyp

(2009)
12345678910
Quand ?
8.2
  1. 1
  2. 5
  3. 16
  4. 27
  5. 61
  6. 158
  7. 408
  8. 747
  9. 742
  10. 412
  • 2.6K
  • 493
  • 1.8K
  • 19

Fils d'immigrant, Asterios Polyp est l'archétype du brillant universitaire américain de la côte est. Un intellectuel plein de charme et d'assurance.

Match des critiques
les meilleurs avis
Asterios Polyp
VS
Révélation

Asterios Polyp est un homme arrivé, la cinquantaine, américain, universitaire de renom et légèrement arrogant, qui vit littéralement sous les traits de son dessinateur, David Mazzucchelli. Dessinateur de longue date, Mazzucchelli livre ici son premier roman graphique. Quand je suis tombé sur cette BD en médiathèque, je me suis rappelé qu’elle figure dans plusieurs Top 10 de membres du site. En la feuilletant j’ai rapidement senti un univers de talent à explorer. L’arrogance d’Asterios Polyp...

36 13
Trop intellectuel prout prout pour moi...

Hum. Je me sens un peu navré de ne pas saisir en quoi cet ouvrage est un chef d’œuvre. Je vois que d'un point de vue technique et graphique ça sort du lot. Mais sur l'histoire, ça me laisse un peu de marbre. En fait, je me suis presque ennuyé. Toute cette arrogance prout prout autour de l'Art. Les métaphores, les mots complexes et ce comportement présomptueux et pédant. Bref c'est tout ce que je déteste. Je ne sais pas si c'est l'auteur qui est comme ça, où bien s'il souhaitait vraiment... Lire la critique de Asterios Polyp

15 7

Critiques : avis d'internautes (51)

Asterios Polyp
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Bande Dessinée.

Sans y regarder de très près, on pourrait avoir l'impression d'avoir devant nous l'adaptation en bande dessinée d'un roman de Paul Auster. Le sujet, un architecte renommé en dépression change de vie après l'incendie de son appartement ressemble à s'y méprendre à certaines histoires de l'écrivain new yorkais. De même, le personnage principal et certains éléments narratifs pourraient tout à fait... Lire la critique de Asterios Polyp

29 2
Avatar Karhmit
10
Karhmit ·
Critique de Asterios Polyp par Hororo

Je devrais commencer cette chronique avec une courte biographie de l'auteur mais je n'en suis pas capable. David Mazzucchelli est un artiste dont la carrière m'a toujours échappé. Avec Frank Miller il a contribué a donner à Daredevil (Born again en 1986) son âme de héros brisé mais invaincu tandis qu'avec le même auteur il écrivit la mythologie de Batman pour en faire un héros à la fois humain... Lire l'avis à propos de Asterios Polyp

24 2
Avatar Hororo
10
Hororo ·
Apocalyp' Now!!!

A l'instar de ce que peuvent faire Chris Ware ou Marc-Antoine Matthieu, David Mazzucchelli nous propose ici de la BD totale... Ce qu'il faut de mélancolie, ce qu'il faut d'humour, ce qu'il faut de nostalgie, ce qu'il faut de philosophie et surtout une sacré inventivité graphique. Il parvient à donner à chaque idée la forme qui convient à l'exprimer. Il est troublant de lire cette oeuvre et de se... Lire la critique de Asterios Polyp

7
Avatar RunningJack
9
RunningJack ·
Une œuvre transcendante

En toute honnêteté, avant même de l’avoir lu, je savais que j’allais adoré. J’avais déjà apprécié la pâte de David Muzzucchelli sur son travail avec Miller (Batman & Daredevil) et, plus tard, sur des œuvres plus personnelles comme City of Glass ou Rubber Blanket. Mais, ce qui a surtout attiré mon attention, c’est l'esthétique si particulière et le pitch, simple... Lire l'avis à propos de Asterios Polyp

2
Avatar Chris_Marques
10
Chris_Marques ·
Découverte
Je suis le héros de ma propre histoire.

Asterios Polyp est un graphic novel/comics/livre extraordinaire, et peut-être la bande-dessinée qui transcende le plus son genre et ses codes. Difficile de ne pas noter la structure pour le moins étrange de l'ouvrage, entre les nombreuses pages blanches inter-chapitres, les planches tantôt divisées en cases, tantôt beaucoup plus libres et ce mélange de couleurs qui varie d'une situation à une... Lire la critique de Asterios Polyp

11 4
Avatar Floax
10
Floax ·
Toutes les critiques du roman graphique Asterios Polyp (51)