👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Some attention over here ! I'm talking about penises !

Derrière ce titre racoleur il y a Floax qui m'a piqué la citation que je voulais mettre, il a donc fallu que j'en trouve une autre.

Pardon.

Mais avouez que vous lisez cette critique pour ça.

Je ne vais pas m'étendre toute la nuit pour vous expliquer en quoi Asterios Polyp est génial, il y a déjà une cinquantaine de critiques à peu près toutes d'accord entre elles et la répartition des notes est assez éloquente. Alors, je serai bref : lisez cette BD.

Asterios Polyp nous raconte deux histoires : celle d'un pauvre type arrogant qui va tout perdre (femme et appartemment) et partir loin, et celle en flashback de l'époque où il avait tout, pendant laquelle on suit la relation avec sa femme et son évolution jusqu'aux événements du début de la BD. Voilà en gros, pour le fil conducteur.

Là où cette BD est géniale c'est dans la multiplication des thèmes abordés. On y parle d'architecture, de perception de la réalité, de Platon, un peu de musique et de physique quantique, de l'inconscient et de la recherche du double, de la différence entre le Dieu unique et les panthéons polythéistes... Ça pourrait être trop et trop bordélique, mais l'auteur sait parfaitement distiller les informations pour qu'elles n'étouffent pas le récit. Mieux : rien n'est de trop, et le texte n'est absolument pas prise de tête.

Et justement, les digressions nous expliquent que la mythologie grecque cherchait à expliquer le monde via des figures humaines (Zeus et ses éternels défauts, par exemple). Le brillant détournement du mythe d'Orphée nous offre les pages les plus fulgurantes de la BD et les plus importantes sur l'évolution de notre personnage.

Le plus fort apparaît à la seconde lecture, quand on comprend, par exemple, les premières bulles des toutes premières pages, ou qu'on voit vaguement, sans forcément mettre la main dessus tout de suite, un second niveau de lecture, un détail, ou un lien entre les chapitres qui nous avait échappé. Le fait même que tout débute par la foudre n'est pas anodin.

Côté graphique, c'est simple mais brillant. Tout le monde en a parlé, alors j'appuierai juste sur le fait qu'Asterios est le seul personnage à être toujours dessiné de profil, comme sur une pièce de monnaie. Janus, le dieu aux deux visages ? Car le double est omniprésent dans la BD, jusqu'au personnage lui-même qui passe du connard arrogant à un type un peu moins tête-à-claques. Comme Janus, un visage tourné vers le passé et l'autre vers l'avenir. Au temps pour la mythologie.

D'ailleurs, tous les personnages suivent le principe architectural d'Asterios : "la forme suit la fonction". Que ce soit dans leurs traits, leurs bulles, ou les délires visuels qui parsèment le bouquin, rien n'est laissé au hasard.

Et puis, cette fin... Certains ne l'ont pas comprise (??), mais elle colle au poil au Monsieur Je-sais-tout qu'il est. Tellement jubilatoire qu'on peut refermer l'album sans regret.

Brillant, vous dit-on.

Finnegan
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

2 j'aime

Asterios Polyp
Karhmit
10

Bande Dessinée.

Sans y regarder de très près, on pourrait avoir l'impression d'avoir devant nous l'adaptation en bande dessinée d'un roman de Paul Auster. Le sujet, un architecte renommé en dépression change de vie...

Lire la critique

il y a 11 ans

30 j'aime

3

Asterios Polyp
Hororo
10

Critique de Asterios Polyp par Hororo

Je devrais commencer cette chronique avec une courte biographie de l'auteur mais je n'en suis pas capable. David Mazzucchelli est un artiste dont la carrière m'a toujours échappé. Avec Frank Miller...

Lire la critique

il y a 11 ans

24 j'aime

2

Asterios Polyp
RiahLondes
4

Trop intellectuel prout prout pour moi...

Hum. Je me sens un peu navré de ne pas saisir en quoi cet ouvrage est un chef d’œuvre. Je vois que d'un point de vue technique et graphique ça sort du lot. Mais sur l'histoire, ça me laisse un peu de...

Lire la critique

il y a 7 ans

17 j'aime

7

Ile du second visage
Finnegan
9

Tout dans cette île avait sa seconde forme, sa double incarnation.

Il m’est difficile d’écrire quelque chose de convenable sur ce livre, mais je sens que je suis tenu d’écrire quelque chose. Aussi cette note partira-t-elle certainement dans tous les sens. Mais...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

2

L'Obscène Oiseau de la nuit
Finnegan
8

Accordez-moi au moins ce privilège des vieilles, de dire des choses qui n’ont pas de sens.

Mais qu’est-ce que j’ai lu ?... Dans ma recherche de bouquins originaux, je tombe parfois sur des trucs vraiment chelou. L’histoire prend place en pleine décadence des Azcoitia, une riche famille...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

Asterios Polyp
Finnegan
9

Some attention over here ! I'm talking about penises !

Derrière ce titre racoleur il y a Floax qui m'a piqué la citation que je voulais mettre, il a donc fallu que j'en trouve une autre. Pardon. Mais avouez que vous lisez cette critique pour ça. Je ne...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime