👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Etourdissant. Comme le dit le titre, dans une oeuvre comportant un soin du détail, une qualité graphique irréprochable, et un scénario à plusieurs lectures que nous explorons Joe. Du pitch simple de l'univers imaginaire, Grant Morrisson nous narre la crise hypoglicémique de Joe, jeune garçon mélancolique, qui, de sa chambre à la cuisine, explorera toutes les pièces qui les séparent ainsi que ce qui se passe entre deux, à travers son monde imaginaire. Un chien errant pénétrant dans la maison devient un monstre sanguinaire, une fuite d'eau devient une rivière, une coupure d'électricité sonne l'apocalypse pour le monde que Joe s'est créé et dans lequel il se perd, ainsi que le lecteur. Cette perdition est telle que nous nous retrouvons ainsi dans la même position que l'enfant, où est la réalité, où est le délire ? En variant entre brève réalité et longue phase de délire, nous sentons la tête qui nous tourne, et perdons le sens de la réalité, de l'orientation, nous ne savons plus où Joe se trouve et combien de temps s'est déroulé depuis le début de son périple.

Une simple traversée à tatons devient ainsi un gigantesque périple, auquel les retournements de situation nous amènent à nous interroger et à nous faire frissonner quand à la conclusion. Joe est-il réellement un enfant-qui-meurt ? Et si ce n'est que légende dans l'imaginaire du jeune homme, quelle est la part de vérité dans le monde réel ?

Il y aurait encore beaucoup à dire, j'ai évoqué le scénario, la perdition, la qualité graphique et le jeu de couleur en pleine variation, nous pourrions évoquer les personnages en qui, à travers ce one-shot, chacun se développe à travers sa petite histoire, et pour qui, très vite, nous nous attachons. Grant Morrisson reprend avec aisance et talentueusement le squelette de la quête fantastique du héros élu pénétrant un monde immense. Et de cette utilisation, nous nous rapprochons d'avantage de Joe, qui semble avoir la même culture que nous, les mêmes approches, et ainsi les mêmes reprises.

A lire !
Gzaltan
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 9 ans

10 j'aime

1 commentaire

Joe : L'Aventure intérieure
Gzaltan
9

Etourdissant...

Etourdissant. Comme le dit le titre, dans une oeuvre comportant un soin du détail, une qualité graphique irréprochable, et un scénario à plusieurs lectures que nous explorons Joe. Du pitch simple de...

Lire la critique

il y a 9 ans

10 j'aime

1

Joe : L'Aventure intérieure
Yupichaks
8

The Dying Boy

Grant Morrison est capable du pire comme du meilleur. Ici il arrive avec brio à nous faire entrer dans l'imaginaire formidable de Joe, jeune garçon diabétique un peu perdu qui nous fera vivre des...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

Joe : L'Aventure intérieure
Dreamingoldfish
6

Critique de Joe : L'Aventure intérieure par Christo Bee

Petite déception que ce livre. Il était accompagné d'un certain buzz, de recommandations, et puis finalement pas vraiment le feu d'artifice espéré. Un récit somme toute assez convenu, et surtout...

Lire la critique

il y a 10 ans

4 j'aime

3

Mister Miracle
Gzaltan
9

Attention, chef-d'oeuvre !

Mister Miracle, c'est qui ? Un super-héros DC dont le nom est loin d'être aussi connu que Batman ou Superman. Un fils de Dieu ayant grandi sur une planète infernale dont il est rescapé. Un homme...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

The Promised Neverland, tome 1
Gzaltan
8

Fermez les yeux au dessin, lisez entre les lignes !

The Promised Neverland, le nouveau manga a proposer quelque chose de nouveau et de frais depuis l'Attaque des Titans ou One Punch Man. Comme le seinen évoqué précédemment, le dessin n'est pas très...

Lire la critique

il y a 4 ans

12 j'aime

1

Joe : L'Aventure intérieure
Gzaltan
9

Etourdissant...

Etourdissant. Comme le dit le titre, dans une oeuvre comportant un soin du détail, une qualité graphique irréprochable, et un scénario à plusieurs lectures que nous explorons Joe. Du pitch simple de...

Lire la critique

il y a 9 ans

10 j'aime

1