A la recherche du courage...

Avis sur Sur un air de fado

Avatar julit lesmots
Critique publiée par le

L’histoire débute à Lisbonne, été 1968, avec la chute physique de Salazar, prémices de sa chute réelle, puisqu’il est contraint de renoncer au pouvoir suite à un AVC. Il décédera 2 ans plus tard. Salazar met en place l’Estado novo (l’État nouveau), un régime autoritaire, conservateur, catholique et nationaliste. L’État nouveau est anti-communiste sans pour autant développer un régime Fasciste.

L’auteur met en scène certains acteurs de cette dictature, tout en mettant en avant les opposants au pouvoir en place.

Fernando Pais, médecin, ferme les yeux sur ce qui l’entoure tout en profitant de la douceur de vivre que lui procure Lisbonne, mais sa rencontre avec un gamin, graine de révolutionnaire, le fait sortir de sa rêverie et son cœur balance, chavire entre acceptation et refus d’un régime qui a conditionné son désarroi et son acceptation. Son indécision palpable, au point parfois de se demander s’il n’est pas un des acteurs principaux, vole peu à peu en éclat et le mène à la conquête de son courage, mais aussi de la prise en main de sa vie.

Les sentiments sont assez bien présents, la retranscription des sentiments, indécisions ou révolte est bien présente et palpable, avec une pointe de cynisme qui permet certainement de naviguer et se protéger d’une situation qui déplaît.

La culture, la langue portugaise, sont un mystère pour moi, pourtant, je ressors de ma lecture avec le sentiment d’avoir fait une excursion dans Lisbonne, grâce aux nombreuses expressions portugaises, que l’auteur parsème dans le récit : « Bon dia Doutor », « Viva a liberdade », « Bem Vindo a casa Senhora Pais », « Deus, por quê o meu filho ? », on ne s’y trompe pas, on est bien au Portugal ! C’est franchement bien construit, avec l’aspect historique bien présent, des planches très visuelles et des personnages attachants.

Le récit fleure bon le Portugal, avec certaines scènes romantiques, l’aspect dramatique de l’Histoire est bien présent, tout au long du récit, comme une épée de Damoclès qui viendrait fondre sur toute tentative de contestation. L’opposition est tuée dans l’œuf, sans lui laisser la possibilité de voir le jour, malgré une pointe de lassitude des partisans.

L’album est facile à lire, les dessins se suffisant à eux-mêmes, notamment avec certaines planches dépourvues de bulles… Apportant une certaine intimité, entre le lecteur, les personnages et l’Histoire. L’auteur se contentant de raconter des tranches de vie, sans jamais chercher à démontrer qui a tort ou raison, se centrant que l’évolution du personnage et la découverte de son passé apportant un éclairage qui maintient l’intérêt.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 241 fois
1 apprécie

Autres actions de julit lesmots Sur un air de fado