Á lire au moins une fois pour sa culture générale, ensuite poubelle direct !

Avis sur Tintin au Congo - Les Aventures de Tintin, tome 2

Avatar Angie_Eklespri
Critique publiée par le

Par quoi allons-nous commencer? Par quoi ? Et pourquoi pas par ça? Une aventure de Tintin controversée. Je n’ai pas eut la chance de tomber dessus enfant, mais il serait temps de réparer ça. J’ai fait mes premières armes avec : Les Cigares Du Pharaon, qui a longtemps été ma BD de chevet. Donc Tintin au Congo, ça doit être bon. Pour moi, cette histoire de BD raciste c’est un malentendu. Hergé est trop fin pour tomber aussi bas. Il a dû utiliser quelques clichés un peu gros, quelques gags mal calculés, et ça a suffit pour salir la réputation de Tintin, mon héros d’enfance, et la réputation de son créateur. Et merde !!

Oui, merde. Je dois avouer que je suis tombé de haut quand même. Des nues, de ma chaise…Cet épisode est raté, pas que mauvais, raté, hors sujet. Une aventure de Tintin, ça ? Le trait même, si sûr, cette ligne claire si fluide a disparue, ou plutôt, n’est pas encore apparue. Les personnages sont schématiques comme dans du pré-Hergé, les animaux, n’en parlons même pas, et l’histoire, elle n’existe pas. Sur certaines planches, les personnages sont ramassés sur eux-mêmes, sur d’autres ils sont bien plus aboutis, un foutoir. Le nom d’Al Capone est balancé comme un hareng-saur, (on est en Afrique, je vous le rappelle), mais il ne participe à aucun moment à l’histoire, ou ne fait avancer les débâts. C’est comme si certaines planches avaient étés dessinées par un stagiaire. Il n’avait pas encore atteint la complète maîtrise de son art, ça se voit. Des décors rudimentaires, sans détails… Autant dire que dans ces cas là, la couleur ne sert à rien, mieux vaut faire une BD en noir et blanc, mais bon.

Le fond, c’est une accumulation de clichés, racistes, coloniaux, méprisants, qu’on se demande s’il le fait exprès, ou s’il pense réellement comme ça. S’il l’a fait exprès, c’est pas drôle, s’il pense comme ça, c’est grave.
Les africains se sont des fainéants. Comme ne l’indique pas le titre de l’album, nous sommes dans un pays, qui s’appelle l’Afrique(?) [Tout le monde sait bien que l’Afrique c’est un pays, pas vrai ?]

Le Congo c’est l’Afrique, l’Afrique, c’est que le Congo. Le Congo, c’est un village, avec quelques huttes, et un chemin de terre. Milou n’est pas en reste. Il apostrophe directement le lecteur, (maladresse stylistique qui disparaîtra lors des futures aventures de Tintin), et traite les autochtones de paresseux ( !) Qui parle à travers Milou ici ? Tintin, ou Hergé ? Les nègres qui parlent petit-nègre même entre eux (!?) Idiotie sémiologique. Etc. Il paraît qu’on ne peut pas lire une BD de 1930, sans le remettre dans le contexte. LOL. J’ai lu l’aventure suivante, pour me faire une idée du contexte, et je remarque que c’est beaucoup moins cliché : Tintin en Amérique ( ?) Hergé est-il soudain devenu plus intelligent ?

Les Etats Unis c’est un pays, avec des villes, Tintin a de vrais alter-ego en face, et les indiens semblent plus « civilisés » que les nègres. D’ailleurs, il n’y a pas de nègres en Amérique. Ils jouent le même rôle qu’Al Capone dans Tintin au Congo, une case vide. Ouais. On a beau re-contextualiser, (souvent pour dédouaner celui qu’on re-contextualise d’ailleurs), la réalité est là. Cette BD pue le racisme à grand papa, et je pardonne Hergé de l’avoir été raciste, puisque c’était « normal », c’était dans l’air du temps, c’était la mode.

On voit le peu de cas porté au sujet. Seul le message compte. Tintin est en mission en Afrique. Eux, ils sont lâches et poltrons, et fuient à toutes jambes à la moindre alerte. Tintin c’est le « Bon blanc », comme ils disent eux-mêmes : Ya bon blan…très simples d’esprits ces africains. Avec son casque colonial, et son fusil, il n’a qu’une obsession : aller à la chasse. Il s’improvise maître d’école aussi, le parfait petit missionnaire.
Chasse au lion, chasse à l’éléphant, chasse à la gazelle. Qu’est-ce que ça à avoir avec Tintin ? Chasse au léopard, qui prend un bon coup de pied dans le cul (!) Un léopard, c’est un gros chat, c’est rien d’autre. Il ne fait que chasser notre reporter ? Donc l’Afrique, c’est un terrain de chasse. Milou terrasse un lion a lui tout seul (!) Un lion c’est aussi inoffensif qu’un chat, voyons ! Deux jeunes nègres se disputent un couvre chef. Tintin intervient, découpe le chapeau en deux, et voilà nos deux idiots habillés pour l’été. Ils repartent contents, chacun avec un morceau sur sa tête. Clin d’œil entendu de Milou au lecteur. Tintin a fait son Salomon. Or dans l’anecdote biblique originale, il me semble que Salomon ne tranchait pas le bébé en deux, mais on va dire que c’est un détail. Les africains ne sachant pas lire, ils ne feront pas la différence, et les européens vont laisser passer cette erreur, parce que la blague elle est trop bonne...Hum.

Blagues de débutant, très faciles, et que des raccourcis grossiers. Il y en a trop pour que soit une erreur. L’Afrique c’est un jouet, les africains des abrutis caricaturés comme tels, et Tintin reporter est dépeint sous un autre jour. Le géreur d’habitation qui s’en va faire un safari sur son terrain de jeu. Simpliste, d’un paternaliste assumé, et pas drôle.

Si cette BD n’était pas d’Hergé, on n’en parlerait même plus aujourd’hui, et on ne le défendrait pas comme on le défend. On l’aurait déjà mis à la poubelle. Alors oui, c’est mauvais. De la propagande raciste coloniale, pour Glorieuse Nation Belgique. Et ça donne une idée de l’état des consciences à l’époque. Hergé l’a reconnu, c’était une commande, ceci ne l’honore pas. Il a mis son héros pour enfants, au service de la propagande nationale. Beaucoup estiment qu’il n’y a rien de choquant là-dedans, que c’est inoffensif, sans conséquence. Ça donne une idée de l’état des consciences, aujourd’hui. Aussi inoffensif que Spirou, ou Boule et Bill, dans la bibliothèque entre les aventures de Martine à la plage, et Les Passagers du Vent ? Non. Une BD de propagande de 1930, que l’on doit lire en le re-contextualisant (quand on a 7 ou 8 ans, bonjour la re-contextualisation quand même !), n’a rien à faire dans une bibliothèque en libre circulation, car les enfants, dans leur grande sagesse, peuvent faire de malencontreuses erreurs d’exégèse. Elle a sa place au musée, entre un masque africain, et deux gravures de bateaux négriers. Le lieu, (donc le musée), aide aussi à la re-contextualisation ou re-conceptualisation.

Que ces pages peu glorieuses de notre histoire, on les utilise pour faire rire des enfants, c’est déjà très douteux, mais que le lecteur continue de rire, même adulte, c’est de l’inconscience, ou un complaisant aveuglement. Il n’y a aucun second degré, aucune critique, aucune nuance dans ce bouquin, pour le coup, aucun effort de contextualisation de la part de Hergé lui-même ! On savait pertinemment ce que mépris, paternalisme, racisme et spoliation voulaient dire à l’époque. Certains trouvaient cela abject et luttaient contre, Hergé lui, était artiste officiel, point, trait. C’était son choix. Il faut lire, Tintin au Congo. Il faut lire cette BD, car elle est édifiante de bêtise. Cette œuvre participe à la diffusion de préjugés honteux, que beaucoup n’ont toujours pas su dépasser. Et ça peut instruire quelqu’un, en supposant que le lecteur ne soit pas un idiot convaincu à la base.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 411 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Angie_Eklespri Tintin au Congo - Les Aventures de Tintin, tome 2