Le début de la fin

Avis sur Tomb Raider: The Beginning

Avatar VGM
Critique publiée par le

En attendant (sans grand espoir) le quatrième épisode du comics TR devant faire le lien entre TR9 et TR10 (TR Reboot 1 et 2), je me suis attaqué à la préquelle The Beginning, qui était à l'époque sortie deux mois avant le jeu. D'accord, les comics transitifs sont mauvais, mais peut-être que celui-ci allait être bon ?

Eh bien autant dire que j'ai vite déchanté. Si le coup de crayon de Nicolas Daniel Selma est toujours aussi agréable visuellement, le scénario est lui toujours aussi tragique (c'est un peu bizarre de dire toujours pour une œuvre sortie en tout premier, mais bon vous comprenez l'idée hein). Bref, Rhianna Pratchett je n'avais rien contre toi, mais là ça commence à bouillonner quand même. Le postulat de départ est pourtant simple : montrer comment les personnages principaux du jeu en sont venus à se rencontrer, et à partir ensemble sur l'Endurance.

Sauf que voilà, si nos héros étaient déjà plus des montres de clichés que de charisme dans le jeu, c'est encore pire ici. Sam est une hystérique riche qui pourrait tourner des pornos sans problème (http://hpics.li/823c0bb), Josh le gros warrior qui peut encaisser des balles en rigolant et sans avoir de séquelles, Alex le geek qui peut pas vivre sans ordinateur, etc. Mais au-delà des personnages en eux-mêmes, c'est leurs histoires qui sont le moins intéressantes. En fait, à part celle de Reyes (et encore), elles ne servent tout simplement à rien. Clichées (encore) et peu développées, elles n'apportent strictement rien aux personnages, qui replongent dans l'oubli sitôt la BD achevée. La palme du ridicule revient néanmoins au Dr Whitman, déjà terriblement énervant dans le jeu. Divorçant d'une nana idiote (et clichée), ce looser magnifique est un peu le centre du comics : tous les autres personnages graviteront autour de lui, alors qu'in fine il s'agit peut-être du plus ridicule et du moins intéressant de tous.

Mais n'y-a-t-il donc rien qui puisse sauver cette BD de la nullité absolue ? Absolument rien, nous répond Andrea Mutti. Mais qui est est-ce donc ? Le second dessinateur pardi ! Car en plus d'être deux fois plus vide que les autres comics (mais plus cohérent, du coup), ce Beginning est deux fois plus long. Et du coup, ils ont cru bon de changer de dessinateur sans prévenir, comme ça, au milieu. Pour faire simple, on passe d'un truc visuellement super sympa (bien qu'imparfait) à un truc juste horrible. Mais une image valant mieux que des mots, je vous propose de vous faire votre propre avis : http://hpics.li/6984fdd VS http://hpics.li/86c7dca ; non mais vraiment, admirez-moi ce trait, c'est quand même pas possible : http://hpics.li/df25a75 .

A bien y réfléchir, la publication de ce comics avant la sortie de TR9 était peut-être un avertissement :
« Regardez, vous voyez l'écriture de Rhianna Pratchet ? Eh bien ce sera la même dans le jeu, alors ne vous attendez pas à des miracles hein ».
Pourtant, au vu de la qualité scénaristique du comics, j'ai presque envie de dire que la narration de TR9 est fabuleuse, à côté.

En somme, ni utile ni intéressant, Tomb Raider : The Beginning n'est qu'un produit commercial de plus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 748 fois
6 apprécient

VGM a ajouté ce comics à 1 liste Tomb Raider: The Beginning

Autres actions de VGM Tomb Raider: The Beginning