La foi et la science peuvent être amies, mais leur mariage est un désastre.

Avis sur Y : Le Dernier Homme, volume 5

Avatar vive_le_ciné
Critique publiée par le

Et un final en apothéose, parfait, concluant parfaitement cette série. Il n’y a pas la moindre trace de déception, au contraire c’est même le meilleur volume de la série ! Le premier arc conclura donc le fil rouge autour de l’origine du fléau (mais le fait-il vraiment ?) et de la quête d’Allison. On est surpris et captivé de voir les personnages si proche du cœur même de tout cet univers et de comprendre tous les enjeux derrière. La confrontation

entre Allison et son père

sera admirablement bien maîtrisée, d’autant plus si on fait écho aux flashbacks sur son enfance qu’on a eu au fil des numéros. Ça permet aussi de résoudre l’intrigue avec Toyota, d’une très belle manière. Ce qui est beau dans cet arc, c’est qu’il ne s’agit pas forcément d’une happy-end, mais plutôt d’un nouveau départ. On aura par la suite droit à deux OS vraiment chouettes, permettant à Yorick et 355 de rejoindre la France, mais surtout de retrouver des têtes connues et là aussi, amorcer ce nouveau départ dans cet univers. Ca y est, la fin du monde est passée, il est temps de reconstruire.

Et débute alors l’arc final, celui qui était intrinsèquement la quête de Yorick. Maintenant que l’humanité est sauvée, c’est à lui de sauver ce qu’il lui reste et de retrouver Beth. Une nouvelle fois, le rythme est très bien mené, puisqu’on voit les début de la concrétisation de ce qu’on soupçonnait depuis un moment, mais on suit aussi en parallèle Hero et son groupe tenter de rejoindre tout le monde, tout en essayant de fuir Alter. Dont on découvrira également la véritable motivation et qui en fait probablement une des meilleures méchantes de comicbook. Non pas parce que c’est grandiose et épique, mais bien parce que c’est dramatique. A l’image de ce final qui est tout simplement parfait : une fin douce et amer.

Que ce soit le fil rouge de Yorick, celui de Beth, celui de 355, celui de Hero ; on sent vraiment ce soupçon de nostalgie dans les derniers moments. Et on se rend compte qu’il ne pouvait pas y avoir d’autres fins, comme une magnifique tragédie grecque. On obtient les réponses aux dernières questions, et surtout tout le monde se retrouve confronter à ses choix, ses décisions. Chacun aura profondément évolué au cours de ces 5 années. L’épilogue apportera une touche finale merveilleuse, concrétisant tout ce qui a été mis en place, et ouvrant la voie à ce nouveau monde d’une très belle façon. Et bien sûr, les dessins de Pia Guerra seront toujours aussi fantastiques, avec des planches particulièrement sublimes qui capturent vraiment l’ambiance tragique de ce final.

Y, le dernier homme se conclut donc d’une manière magistrale. Son univers, ses personnages, son écriture, son rythme, ses dessins…, tout en fait une œuvre majeure dans le genre. Plus qu’un roman graphique, c’est une œuvre sociétale qui répond à merveille à sa problématique. Il y a des faiblesses ici et là, mais l’ensemble est tellement fabuleux qu’on les occulte très facilement. Les messages transmis sont très puissants également et parfaitement dosés. Incontestablement, un des meilleurs comicbook que j’ai pu lire, et une des meilleures œuvres d’anticipation. Un pur régal du début à la fin, et je suis à présent excité de la voir adapter mais aussi terrifié qu’elle soit massacrée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 138 fois
2 apprécient

vive_le_ciné a ajouté ce comics à 2 listes Y : Le Dernier Homme, volume 5

Autres actions de vive_le_ciné Y : Le Dernier Homme, volume 5