👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sans doute le meilleur film live des studios Disney du siècle dernier.

« 20 000 Lieues sous les mers » est un film culte des studios Disney. Je me souviens de l’avoir vue quand je n’étais qu’un enfant, et au-delà du fait que je m’impatientais devant cette relique des temps jadis, je fus très impressionné. Aujourd’hui que je le revois, je comprends d'où me venait le souvenir de ce sous-marin obscur attaquant les navires, et je réalise l’impact qu’il a eu sur mon subconscient et sur mon imaginaire, car cela m’avait énormément effrayé. Oui, le Nautilus m’avait beaucoup plus effrayé que le calamar géant, à cause de ses lumières vertes ténébreuses et de ses attaques sournoises.
Avec mon regard d’adulte, je comprends mieux désormais le propos du film, et je suis très satisfait de constater que l’œuvre se démarque de la complaisance et des schémas convenus dont souffre le cinéma fantastique actuelle. Aujourd’hui, si le studio réalisait un remake, sans aucun doute le Capitaine Nemo reviendrait à la raison et libérerait de lui-même ses otages, comme pour un mea-culpa grandiose et un super happy end. Mais dans le film de 1954 (tout comme dans le livre, je l’imagine, car je ne l’ai jamais lu), le capitaine Nemo veut entrainer le submersible et tout son équipage dans sa chute (un choix très cruel), afin de préserver le secret de son génie. C’est là, tout l’intérêt de ce dénouement, car cela fait de Nemo un personnage tout à fait extraordinaire, qui ne recule devant rien, car foncièrement dépourvu d’empathie. On comprend alors que c’est un vrai bon grand génie du mal, à sa façon.
Au-delà du schéma général de l’œuvre, j’ai aussi était interpellé par les effets spéciaux, notamment ceux qui donne vie au calamar géant et je me suis dit que c’était tout à fait honorable (pour l’époque et même pour aujourd’hui). Car il y a quelque chose de plus vivant dans ces marionnettes que dans le rendu froid des images de synthèses d’aujourd’hui. En cela l’œuvre demeure ancrée dans son temps, mais semble proposer ce qui se faisait de mieux en la matière.
Ce qui a le plus vieilli dans cette œuvre ce ne sont pas les effets spéciaux, mais les acteurs et leurs voix françaises, nasillardes, insupportables. Outre le fait qu’il ressemble quelque peu à feu Walt Disney, Paul Lukas (Professeur Pierre Aronnax) est l’acteur qui affiche le meilleur bilan dans cet exercice. Il est sobre et juste, contrairement au reste du casting. Kirk Douglas (Ned Land) est tout simplement énervant dans son rôle du blond parfait, Peter Lorre (Conseil) parait toujours perdu au milieu de la masse, comme un stagiaire ridicule. Enfin, James Mason (le célèbre capitaine Nemo) est une caricature grossière de son personnage, trop solennel, top sérieux, trop écorché, trop froid et distant, trop de tout cela en fin de compte pour le rendre naturel et convaincant.
J’ai également noté quelques scènes qui auraient du mal à passer aujourd’hui, et devant lesquelles je me suis sentie très mal à l’aise : à l’exemple de celle où les hommes dans leurs tenues submersibles agrippent des tortues par les nageoires (contre leurs grés bien entendu) pour les amener vers le Nautilus. En réalité, toutes les scènes impliquant des animaux m’ont dérangé, et notamment celles de l’otarie. Que dire aussi de la scène de la tribu indigène? Des noirs présentés comme des cannibales, courant, flèches et lances tendues, après un blond épouvanté… Aïe, aïe, aïe! quelle image désastreuse et dispensable, par-dessus tout!
Je dois aussi dire un mot à propos de la musique, gros défaut du film, car elle a une légère tendance à la crispation. Insupportable. C'est encore plus étrange, car il s'agit d'un Disney.
Le rythme est long, et certaines scènes se répètent plusieurs fois, ce qui est très ennuyeux.
Mais dans l’ensemble, c’est un film fantastique excellent des années 50, et ce n’est pas peu dire, tant il souffre de la comparaison des films aux moyens colossaux des temps modernes. Je le recommande à tous les passionnés du genre et du cinéma en général. C’est sans doute le meilleur film live des studios Disney du siècle dernier.

il y a 3 ans

1 j'aime

20 000 Lieues sous les mers
Aqualudo
8

Deux hommes entre tous les hommes ont le droit de répondre maintenant. Le capitaine Nemo et moi.

Ah, Jules Verne, Disney, Douglas, Mason. Lorsque le film se lance j’imagine aisément voir Mister Eddy commencer cette séance par une longue intro avec en bonus une de ses petites histoires dont il...

Lire la critique

il y a 8 ans

33 j'aime

9

20 000 Lieues sous les mers
LeTigre
9

Une adaptation fidèle d’un des plus grands romans de Jules Verne.

20.000 lieues sous les mers doit être un des premiers romans de Jules Verne que j’ai dû lire pendant mon enfance. Malgré un emploi de vocabulaire très précis, j’ai dévoré ce roman comme un...

Lire la critique

il y a 4 ans

26 j'aime

7

20 000 Lieues sous les mers
Walter-Mouse
9

L'Odyssée

Sur une période de 4 ans, Walt Disney va tenter l'exploration du cinéma en images réelles avec l'aide de fonds bloqués au Royaume-Uni depuis la Seconde Guerre Mondiale sur le territoire anglais. Plus...

Lire la critique

il y a 5 ans

19 j'aime

Huit et demi
Casse-Bonbon
2
Huit et demi

Rien compris (mais peut-être qu'il n'y a rien à comprendre au final)

Je n’avais jamais vu de film de Federico Fellini (je ne crois pas que je retenterais l’expérience), mais je sais que ce « Huit et demi » est considéré comme l’un des meilleurs films de tous les...

Lire la critique

il y a 1 an

6 j'aime

Le Mystère des pingouins
Casse-Bonbon
5

Un immense gâchis

Le mystère des pingouins est un anime japonais fantastique des plus étranges. Un enfant particulièrement intelligent enquête sur des événements surnaturels qui interviennent dans sa ville, en effet...

Lire la critique

il y a plus d’un an

4 j'aime

West Side Story
Casse-Bonbon
10

La sublime déclaration d'amour de Spielberg

Tout comme le film de 1961, j’ai adoré. Rien d’étonnant à cela puisque le remake de Spielberg respecte la matière première avec une précision presque aberrante. Tout y est pareil, de la réplique au...

Lire la critique

il y a 5 mois

3 j'aime