Everything is not going to be ok

Avis sur A Scanner Darkly

Avatar lamafache
Critique publiée par le

Le réalisateur Richard Linklater a su frappé fort avec son œuvre de science-fiction, parmis son terrain de comédie dramatique. Or, une de ses productions a su davantage se démarquer par son inquiétant du futur proche, s’appuyant sur une mise en doute de la réalité et sur un jeu d’identité brouillé, A Scanner Darkly. Le travail du réalisateur, s’inspirant du roman « Substance Mort » de Philip K.Dick, dépeint les échecs sentimentaux jalonnés, les problèmes psychiques, liés à la consommation d’amphétamines. Loin des voitures volantes ou du rapport homme/machine, ce roman ancre ce récit dans un futur proches des tendances paranoïaques et schizophrènes.

Bob Actor, un agent infiltré sous le nom de « Fred », est envoyé par la police pour démanteler une organisation de junkies suspectés de terrorisme. Quotidien confus, ce job ne l’enchante point et l’incite a consommer la Substance M, qui mine peu à peu à son identité et lui enlève toute volonté d’action. Le cauchemar absurde se transforme en tragique lorsque ses supérieurs lui demandent d’enquêter sur lui-même. Comment enquêter sur soi sans finir par devenir totalement schizophrène ?

Après un visionnage attentif, je me rends compte que l’œuvre montre et même réfléchis la situation de certains pays en termes de surveillance undercover. A mes yeux, l’Etat policier et les théories du complot cités dans A Scanner Darkly imaginé il y a 27 par Philipe K.Dick et cité dans le film, sont aujourd’hui le parfait reflet de notre société. Peu à peu, la Substance M a déjà modifié ma perception de la société sur les changements négatifs qu’elle apporte. Les problèmes liés à la drogue, sont ici, traités de manière plus profonde et m’ont vraiment faite prendre conscience. D’ailleurs est-ce que je regarde l’écran ou est-ce lui qui me regarde ? Peut-être que je porte une seconde identité…

A Scanner Darkly est présenté sous forme de dessin-animée. L’effet causé par ce dernier est assez sympathique car cela laisse une sorte de barrière entre ce qui est raconté dans le film et la vraie réalité des choses. L’apport d’une autre manière à la confrontation du sujet de la drogue, laisse une autre vision du contexte sur les conséquences morales et bien même physique. Au contraire du roman de Philip K.Dick pouvant laisser les lecteurs sur leur faim.

Pour laisser un mot sur cette fin, A Scanner Darkly laisse une réflexion sur les gens qui nous entourent et entre-autre notre propre identité au sein de la société. Quelle influence a-t-elle sur nous et nos actes. Est-ce vraiment la drogue le problème ou la société qui nous oblige à le créer ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 70 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de lamafache A Scanner Darkly