Critiques de À cause des filles… ?

Scaar_Alexander
6

Quand la ringardise rafraîchit... notamment grâce aux filles

Pascal Thomas, c'est un gars qu'on aime bien. Pas un cinéaste « majeur », hein : preuve en est que la page Wikipédia anglophone fait trois lignes alors que lui, fait des films depuis quarante ans, et...

Lire la critique

il y a 3 ans

RomainLacquement
2

Critique de par De Cinéphiles à Cinéphiles

Pas grand-chose à se mettre sous la dent en ce mois de janvier calme, on se laisse donc tenter par une comédie française. Ce film a été notre petite piqûre de rappel, pour se souvenir de se méfier du...

Lire la critique

il y a 3 ans

FrankyFockers
4

Critique de par FrankyFockers

Le cinéma de Pascal Thomas a connu deux pics. L'un au début de sa carrière, dans les 70's, où il signe des merveilles comme Le Chaud Lapin, Pleure pas la Bouche Pleine ou les Zozos, et une autre fin...

Lire la critique

il y a 3 ans

Lyson67
3
Lyson67

Sans grand intérêt

Pourtant prête à croire l'incroyable, ces histoires en fausses notes m'ont laissée au sol m'empêchant de décoller. Très décevant. Trois étoiles pour les références à Baudelaire, à Molière, à Brassens...

Lire la critique

il y a 2 ans

Sofian_DeRochdi
4

Et le mari s'en va!

Histoire/Scénario : Que peut-on dire de ce film ? L’histoire se base sur le mariage de 2 protagonistes, le mari s’en va à peine la cérémonie à l’église terminée. La « fête » continue tout de même et...

Lire la critique

il y a 3 ans

peppinacoop
7
peppinacoop

Critique de par peppinacoop

Une petite comédie faite d'une série de plusieurs sketchs bien sympathique .On y découvre une pléiade d'acteurs .

Lire la critique

il y a 2 ans

Christoblog
1
Christoblog

Un naufrage total

J'ai une sympathie particulière pour Pascal Thomas, qui trouve sa source dans le plaisir éprouvé il y a bien longtemps à la vision de films comme Pleure pas la bouche pleine (1973), ou Les maris, les...

Lire la critique

il y a 3 ans

madguybrush
5
madguybrush

Tristement médiocre

Une succession de nouvelles vaines. La petite bourgeoisie cinématographique se regarde le nombril.

Lire la critique

il y a 3 ans